Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

culture

  • Une politique d'immigration digne de ce nom

    Il n'y a pas de contrôle ni de maîtrise de l'immigration sans reprise de contrôle de l'Etat qui ne retrouve ses prérogatives pleines et entières que par sa souveraineté monétaire, et ce sont ces mêmes moyens qui nous permettent les politiques d'assimilation à la française des populations d'origines étrangères, en redonnant à l'Etat sa force de faire de tous des Français, y compris et bien compris, ceux qui croiraient l'être par héritage.

  • L'Unité Nationale, notre fondement et notre avenir

    Quand Clovis a fondé le royaume de France, il a fondé une nation faite de tribus étrangères.

    Le but était d'éviter les guerres tribales de clans qui, les uns après les autres, se pillaient, se trucidaient, s'envahissait joyeusement.

    Nos rois ont compris comment consolider cette idée d'unité nationale en se dotant d'attributs qui ont fait de la France, la Nation millénaire que nous connaissons.

    Clovis, pour asseoir son idée d'unification, va s'appuyer sur l'Eglise qui, depuis Rome, avait structuré le territoire de ce qui allait devenir la France.

    Le royaume se divise à nouveau à cause de la loi qui voulait que le royaume de Clovis soit réparti entre ses enfants.
    Mais rapidement, Dagobert reprend l'idée d'unité de Clovis et l'appuie également sur une justice unifiée.


    Pour tous, il n'y aurait une justice publique, centralisée, rendue au nom du roi souverain, l'impôt, une monnaie, une loi, une défense, une sécurité, un Etat doté de missi dominici chargés de veiller à son autorité sur tout le territoire national, bientôt une école, une langue et ainsi de suite, c'est dans cet esprit que tout ce qui fait de nous des Français, que nous existons en tant que tels, se bâtit.

    Notre nation est une construction politique.


    La grande idée d'unité nationale garantie par un Etat doté à cet effet, avance et ne cessera plus, c'est de cela dont nous sommes les héritiers.

    Lien permanent Catégories : culture
  • Simone Veil ou de la relative déification des personnages de l'histoire de France

    Monsieur Hulot est-il un grand homme ?
    Aux heures où l'on comprend l’arnaque écologiste du vendeur de shampoings toxiques présentateur de TF1 sponsorisé par les grands groupes financiers, on se demande si, malgré cela, il pourrait finir au Panthéon.

    Pour madame Veil, on en s’est pas posé de questions.

    Madame Veil a connu une adolescence qu’on ne saurait qualifier, elle a connu la Shoah, qui signifie en hébreu qu’on ne peut même pas poser un nom sur cette horreur.

    Madame Veil a su combattre jusqu’à la Shoah en lui opposant, dans son esprit, une force bien plus puissante qui est la volonté de faire le Bien contre la lâcheté et l’ignominie de faire le mal.

    Madame Veil a su trouver cette ressource en elle, l’humain est capable du pire comme du meilleur et possède d’incroyables capacités de résilience, c’est, par delà l’innommable, l’espoir qui nous est permis.

    Madame Veil a-t-elle pour autant réalisé de tels exploits que la France ait à l’honorer comme ceux qui l’ont fondée ou consolidée.

    Il faut avoir fait quelque chose de remarquable pour la France pour mériter d’être inhumé au Panthéon.

    Madame Veil a contribué à inscrire notre civilisation dans une politique de santé publique.

    Des femmes mourraient de ne pas trouver assistance dans leur désarroi, l’avortement se pratique de tout temps et sous toutes les latitudes, même sous les cieux gouvernés par la religion qui l’interdit.

    Les avortements clandestins entraînaient le pronostic vital des femmes, et les avortements se pratiquaient à l'étranger pour ceux qui en avaient les moyens.

    L'avortement, involontaire ou volontaire, est vieux comme le monde, partant de là, on peut, soit le prendre en compte, soit faire l'autruche, les libéraux cons jouent à ces oiseaux de malheur.


    Contrairement à ce qui a été véhiculé, la Loi Veil est une loi sur la vie.


    Son premier alinéa et donc le principal, rappelle ce grand principe.

    Le principe, c'est la vie, l'avortement est l'exception, et toutes les mesures doivent avoir été prises pour que ce soit l'ultime recours.

    Non, toutes les grossesses ne sont pas prévisibles, un oubli de contraception est fréquent, cela arrive aux femmes les plus attentives, les préservatifs ont un coût (même si certains députés n'ont visiblement pas toujours conscience de la façon dont les Français les plus pauvres finissent les fins de mois), et la pudeur même peut amener à une grossesse.

    L'arrivée au monde d'un enfant, s'il est le plus merveilleux des événements, ne peut malheureusement pas toujours être envisagé sous les meilleurs hospices, si l'idée d'un contrôle des naissances est détestable, la lourde responsabilité d'une vie peut être remis en cause.

    Lors de son discours devant les députés, Simone Veil a déclaré :

    « Je le dis avec toute ma conviction : l'avortement doit rester l'exception, l'ultime recours pour des situations sans issue. Mais comment le tolérer sans qu'il perde ce caractère d'exception, sans que la société paraisse l'encourager ? Je voudrais tout d'abord vous faire partager une conviction de femme - Je m'excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d'hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l'avortement. Il suffit d'écouter les femmes. »

    Je serais plus réservée sur l'usage fait de cette loi par certains groupes de pression, et rappelle qu'aux USA, des mouvements d'extrême-droite voient et organisent sournoisement des campagnes allant jusqu'à la stérilisation de certaines parties de la population.


    Je ne m'attaquerai pas à Simone Veil sur ce sujet, de même que je ne suis pas dupe du fait qu'il serve de prétexte à l' expression d'un antisémitisme révoltant.
    Je rappelle d'ailleurs que ce qui déplaît le plus aux libéraux cons n'est pas tant l'avortement en lui-même, que l'intervention de l'Etat qu'ils exècrent. Pour ces gens-là, Dieu doit se substituer à l'Etat, ou plutôt, il est inadmissible que l'Etat se substitue à Dieu.

    Cela étant posé, je m'interroge légitimement sur la personnification de cette loi dite Veil, en réalité loi voulue et dictée par Valéry Giscard d'Estaing.

    Pour ne rien dire du paradoxe étant donné les liens opusiens des centristes (qu'ils se nomment UDF ou autrement) dont Philippe de Villiers était d'ailleurs membre.

    Certes Simone Veil a porté ce combat, avec la force sur laquelle VGE comptait.

    Il avait dans un premier temps souhaité madame Giroud mais cela aurait gêné dans son propre camp étant donné les penchants politiques opposés de la féministe.

    Madame Veil fut d'ailleurs féministe à son corps défendant, et le genre à la mode aura toujours quelques difficultés presque non avouables à défendre l'idéologie très droitière d'une Simone Veil que l'on retrouvera quelques années après, aux côtés de rien moins que La Manif Pour Tous (ce que les lecteurs attentifs de mes analyses comprendront fort bien).

    Le fait est que c'est madame Veil qui fut choisie pour la joute parlementaire, et qu'elle ne partagea pas le morceau.

    N'oublions pas qu'un tel personnage mène une carrière politique et que l'affaire ne se mène pas sans quelques cartouches dans sa besace, dans ce milieu, il faut être prêt à tuer politiquement aussi bien dans le camp adverse que dans le sien propre, et chacun sait ce qu'il en fut en l'occurrence.

    Le ministre Simone Veil accomplit donc sa mission brillamment, comme nous le savons, elle a su échapper à des situations d'une dimension tout autre et même pas comparable.


    Si la condition des femmes a matériellement et symboliquement avancé d'un pas de géant sous son entremise, madame Veil ne fut que le messager d'une législation et aspiration qui la dépassait largement.


    Mais bien pire encore fut son implication dans le démantèlement des attributs de souveraineté de notre Etat qui ont fait la France.

    Je ne doute pas que madame Veil ait été entraînée dans l'idéologie libérale en pensant bien faire, elle avait compris que la plus grande vengeance contre les forces du mal était de faire le bien qui est d'une incommensurable plus grande puissance.

    Cependant, sa volonté de pardon et de réconciliation l'a entraînée dans le piège économiste qui fait de l'idéologie libérale son appât et son vecteur de transmission d'un alignement sur une pensée étrangère à la France, étrangère à l'esprit de nos lois, celui de l'unité et de la protection nationales.

    C'est sous le ministère du parti de Simone Veil que la France s'est vu dessaisir dans ses prémices de son attribut de souveraineté fondamental, celui de la monnaie.

    C'est via son européisme libéral que la France doit se ranger à l'abandon du politique au profit de l'économique et de connaître le chômage de masse, conséquence d'une autorisation de profits sans contrôle, le manque d'Etat révélant le cynisme de la logique de marché et obligeant les citoyens devenus entités individuelles et individualistes, à s'aligner ou à mourir.

    Cette même marchandisation de la société qui oblige à fermer des services publics, dont des maternités et donc des centres d'intervention volontaire de grossesse, par un retour de bâton, la santé publique et celle des femmes au premier chef, se trouve menacée et remise en cause !

    C'est avec la construction européenne tant défendue par Simone Veil et à son idéologie que la France perd tous les jours de son âme, madame Veil a beau avoir été une grande dame de courage et de ténacité, et tous de devoir se ranger à son idolâtrie quelque peu malsaine, je ne peux faire autrement que de regarder son action à l'aune de la grande Histoire de France puisque c'est de cela qu'il s'agit avec son entrée au Panthéon, et de me dire que l'action menée est bien plus destructrice que fondatrice.

    Admettons que dans les facéties de l'Histoire, madame Veil aura pris la place de VGE qui, Macron avant l'heure, se voyait aussi gros qu'un empereur, juste retour de ceux qui pensant utiliser les femmes, se retrouvent replacé par pantalonnade, à la case quasi de "rien" par rapport à "ceux qui ont réussi" à finir au Panthéon.

  • Les sectes d'extrême-droite au ministère de la culture

    Pseudo science et nouvelle religion au gouvernement Macron


    https://veritesteiner.wordpress.com/…/francoise-nyssen-les…/

    Françoise Nyssen : les anthroposophes entrent au Gouvernement
    En nommant aujourd’hui Françoise Nyssen au Ministère de la Culture, le nouveau Premier Ministre…
    VERITESTEINER.WORDPRESS.COM



    https://youtu.be/G8D8glxYzbI

  • Macron et Philippe ne sont pas des Honnêtes Hommes

    A la commission de notre histoire, l’honnêteté du tandem présidentiel ne tient pas la route

    Macron et Philippe ne sont pas des Honnêtes Hommes, qui sont des généralistes (qui s'opposent aux "idiotès"), forts en maths et forts en thème, selon la conception de l'Académie platonicienne puis du XViième, le philosophe doit être géomètre, nul n'entre ici s'il ne l'est.

    Le spécialiste se dit en grec, "idiotès", celui qui s'enferme dans sa spécialité jusqu'à en devenir idiot, obtus, idéologue; la science ne suffit pas, la philosophie ne suffit pas, il faut être un généraliste, embrasser la société dans sa globalité et pour cela, posséder des connexions neuronales extrêmement variées.

    Villani pourra faire le calcul, le binôme au pouvoir est nul en maths, il n'est qu'agent communiquant de la finance qui en finit avec les lobbies en installant directement ses intérêts dans le nid public.

    Des beaux parleurs, voilà leur réussite, des escrocs, aucune base scientifique et donc incapables d'appréhender la complexité du pouvoir, et surtout de l'intérêt général, pour ne rien dire des conflits d'intérêts qui les animent explicitement.

    Macron et Philippe sont des littéreux, les nouveaux certifiés d'études littéraires sont d'une profonde indigence en la matière, ne sachant qu'aligner des idéologies, des pensées toutes faites qu'ils savent savamment répéter en boucle, ce qui a pour effet d'épater la galerie, mais qui, à l'analyse, sont pathétiques.

  • La privatisation de la république par les think tanks


    Les "think tanks" ne sont pas des institutions républicaines, il s'agit d'une libéralisation de nos institutions.

    Nos lois doivent s'élaborer dans des commissions, dans notre parlement, et nous devons élire les personnes qui donnent les orientations.

    Ces gens se disputent des parts privées de marché, les résultats dont il est question sont ceux de leur influence sur les institutions publiques, c'est à celui qui aura le plus réussi à imposer son poin(t)(g) de vue libéral sur nos politiques publiques.

    Avec des réflexes maffieux liés au pognon en jeu.

    Il faut mettre fin à cette privatisation, renationalisons nos institutions !


    Une main courante déposée contre Dominique Reynié après une altercation place Beauvau
    Convié à une réunion au ministère de l'Intérieur avec les représentants d'autres think tanks, mardi 21 mars, le politologue habitué des plateaux télé s'est violemment emporté contre un participant. Une scène qui a sidéré les témoins...
    MARIANNE.NET

    Lien permanent Catégories : culture
  • Quand Villani joue au sorcier

    Les communautés scientifiques, littéraires, artistiques, des explorateurs ou des aventuriers n'ont pas attendu l'Europe, l'Europe, l'Europe pour voyager, ni revenir vivre entre leurs parents, le reste de leur âge.

    L'Europe est à la fois trop grande, et trop petite pour être une solution, même intermédiaire.

    Trop grande car quid de nos spécificités, de notre façon de penser, quand on nous aligne tous peu à peu sur le Processus de Lisbonne et au-delà, de l'OCDE.

    La France, qui a donné Villani et avant lui, Lafforgue, plus discret médaillé Fields mais bien plus brillant défenseur du pays des sciences des arts et des lettres que nous fûmes, sera vouée à disparition dans un modèle européen où domineront toujours les institutions majoritairement opposées à notre civilisation.

    Comment Villani pourrait-il résoudre des équations impossibles en nous fondant dans un moule qui ne nous correspond pas, la quadrature du cercle politique, un modèle centralisé, unitaire, protecteur sous Etat-Nation comme la France, tiraillé par des systèmes individualistes, décentralisés, royaume des intérêts privés quand notre cadre en est un rempart.

    Il manque au mathématicien tous les aléas institutionnels, historiques, toute cette variable temps qui nous a forgée chacun si différents, et qui, comme il le dit lui-même, fait notre richesse en confrontant nos points de vue au sens littéral.

    Que seront ces points si on les aligne tous sur une droite qui nous relie certes le plus directement possible les uns aux autres, mais en niant la complexité du monde.

    Son utopie appauvrit irrémédiablement le prisme, sa suite tend vers zéro quand notre France à elle seule, nous portait vers l'infini et au-delà de nos frontières en franchissant celles des autres, pour peu qu'elles existent.

    Par delà les sciences, lettres et arts, de l'assassinat de notre civilisation si féconde pour un univers stérile à force de consanguinité organisationnelle, quid des relations très terre à terre du b a ba de nos protections sociales dans un monde fait pour que les gros mangent les petits, pour que les puissances d'argent dominent les rapports humains, que la compétitivité nous mettent dans une compétition à mort quand les structures politiques encadrées seules permettent une humanité viable contre les forces sauvages des lois du marché.

    La planète de ce prince maudit est un cercle circonscrit dans un triangle dont les sommets sont argent, pouvoir, domination, c'est d'urgence la tangente qu'il faut prendre comme direction !


    VIDÉO - Pourquoi Cédric Villani soutient Emmanuel Macron, même s'il n'est "pas super bon" en maths
    #ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 : ADDITION - Le mathématicien Cédric Villani était l'invité d'Audrey Crespo-Mara, mercredi 22 mars, pour détailler les…
    LCI.FR

  • La science n'est pas forcément une science exacte

    La médecine est une science complexe peu accessible au quidam et au sein même de laquelle plusieurs thèses peuvent s'affronter.

    Le dernier de mes enfants est atteint d'une maladie auto-immune dont on sait peu de chose et qui tend à se développer de nos jours si bien que l'on suppose entre autres des causes environnementales.

    Pourtant on trouve des traces de ces maladies depuis très longtemps, les médecins avaient par exemple pour habitude de goûter les urines de leurs patients pour savoir si elles contenaient du sucre.

    N'importe quoi peut révéler une maladie auto immune, pour mon fils, le facteur déclencheur fut vraisemblablement le virus de la grippe, en tout cas, c'est suite à cela qu'il est tombé malade et une chose est certaine, il doit sa seconde vie à la médecine, comme beaucoup d'entre nous, moi la première.

    Dans son cas, les progrès de la recherche sont exponentiels.
    Un jour l'on découvre que des cellules souches peuvent recréer ses défenses naturelles, une anomalie faisant que que certaines de ses cellules sont tuées par son propre organisme qui ne les reconnaît plus comme siennes, l'obligeant à suivre un traitement des plus contraignants plusieurs fois par jour ainsi que des contrôles encore plus contraignants qui amputent sur les heures de sommeil.

    Les greffes de cellules souches entraînent des rejets et d'autres traitements qui ont des effets secondaires qui peuvent être encore plus néfastes que la maladie originelle.
    La recherche a trouvé une algue tout-à-fait géniale qui leurre notre système immunitaire, cachant l'élément étranger pour le faire accepter par l'organisme, elle est joliment appelée "cape d'invisibilité" et tous les lecteurs assidus de Harry Potter auront compris de quoi il s'agit.

    D'autres travaux mènent vers une utilisation du vaccin du BCG, en traitement par injections multiples, elle permet de rendre réversible certaines maladies auto-immunes, dont le diabète de Type I (Insulino-dépendant) et la sclérose en plaques.

    Une bonne claque à ceux qui veulent absolument que les vaccins soient à l'origine de tous les malheurs du monde.
    La phase I du protocole de recherche a été validée et la phase II montre des résultats très encourageants.

    "Cette découverte va dans le sens de l'hypothèse hygiéniste, qui considère que les allergies et les maladies auto-immunes (parmi lesquelles on classe la SEP) explosent depuis que notre mode de vie limite notre exposition aux microbes. En effet, la généralisation des antibiotiques, la stérilisation du matériel, l'assainissement des eaux, etc., s'accompagneraient de dommages collatéraux.
    Il a précédemment été montré que l'infestation par des vers parasites contribuait à atténuer les symptômes de la SEP, parce que ces corps étrangers entraîneraient, selon l'hypothèse des chercheurs, les cellules immunitaires à mieux distinguer le soi du non-soi et à arrêter de dégrader la gaine de myéline. Le BCG, constitué d'une bactérie vivante mais atténuée, pourrait donc jouer le même rôle."

    Un monde médical complexe

    La médecine n'est pas quelque chose de miraculeux, pour sauver des vies, elle utilise les vaccins par exemple, et c'est une grande avancée, les résultats sont là, le progrès scientifique en la matière est indiscutable.

    Mais il y a un contre-coût, certains d'entre nous ne savent plus lutter contre les maladies car on les a "forcés" à vivre grâce aux progrès de la médecine en général et aux vaccins en particulier d'une part, et parce qu'en étant moins confrontés aux microbes et virus, nos défenses immunitaires s'installent dans un confort.

    Il y a des effets secondaires néfastes au progrès, c'est un cruel dilemme, des charlatans en profitent, du côté médical comme non médical, avec d'un côté un business du médicament, de l'autre, celui de l'ignorance.

    Reste que les hommes de bonnes volontés sont majoritaires et l'altruisme heureusement supérieur de tout temps aux profiteurs, la preuve par l'humanité, qui aurait disparu depuis longtemps si tel n'était pas le cas, et ça, c'est une preuve scientifique, jusqu'à preuve du contraire.

  • La richesse de la femme se trouve au plus profond de son âme

    Le seul sous-homme est celui qui croit qu'il en est de supérieurs; l'intelligence est une donnée relative, certains hommes quittent l'humanité en se rapprochant de la violence des bêtes sauvages, mais il n'existe ni de sous-, ni de sur-homme, sauf dans la tête de piètres humains.

    Les peuples ne sont par ailleurs que les sociétés issues des différentes organisations politiques, ce que les Identitaires appellent "peuples" s'appelle en réalité consanguinité et engendre la dégénérescence physique et mentale.

    La femme est un homme comme un autre, sa capacité maternelle en fait un être à part si elle la développe, lui permettant de tendre vers l'amour total de ses enfants, mais l'homme en général peut atteindre d'altruisme envers l'humanité toute entière (pardon du pléonasme, mais aimer ses enfants est une forme d'altruisme restreint qui mène vers un amour plus universel).
    La mère qui se consacre pleinement à sa responsabilité de mère, se dirige irrémédiablement vers la philanthropie car tout homme est envisagé comme s'il pouvait être son enfant ou l'enfant de son enfant.


    Ce que je pense me met logiquement les gauchistes et les droitistes à dos.

    Les gauchistes car ils exècrent le côté maternel de la femme, prouvant par là-même qu'il existe des misanthropes qui passent d'abord par la détestation de la femme, voire de soi.

    Les droitistes car ils n'envisagent pas l'humanité comme telle, construisant des idéologies autour de leurs croyances ignorant tout de l'espèce humaine.

    Lien permanent Catégories : culture
  • Les attaques politico numériques d'Assange continuent

    Cela fait des années que tout le monde sait que c'est faisable, il y avait eu un reportage en France où un ingénieur avait démontré en temps réel sous l’œil des caméras de télévision et via une famille cobaye consentante, comment il prenait le contrôle des téléviseurs et smartphones de leur foyer, on avait eu accès à ce qui se passait dans leur maison "à leur insu".

    Comme d’habitude, les libertariens comme Assange enfoncent les portes ouvertes et dans le but toujours affirmé de déstabiliser les Etats, qu'ils veulent abattre pour imposer le nouvel ordre entièrement privé avec guerres incessantes entre attaques et protections numériques, le tout pour le plus grand profit de monopoles privés.

    L'Etat se doit de nous protéger, il lui faut donc des moyens, la science lui permet de grandes avancées, mais l'Etat restera toujours un bien meilleur allié et protecteur de la population que les groupes privés, à moins naturellement que les Etats n'en soient plus et soient sont emprise de groupes privés.

    Moscou, grand ami des libertariens, est déjà dans cette configuration, l'Etat "fort" plébiscité par certains, est surtout cet Etat sans grands attributs économiques mais qui imposent sa loi libérale via un groupe maffieux d'oligarques qui s'en met plein les poches au détriment de la population, et ira ensuite planquer le magot à la City (ce qui permettra d'ailleurs de geler leurs comptes d'un simple clic comme l'a fait Obama, et de bloquer leur business).

    En France, notre Etat est structuré pour assurer un contrôle permanent via des mécanismes de contre-pouvoirs finement élaborés (et dont la complexité est utilisée par ceux qui veulent faire sauter ces verrous pour le déstabiliser).

    Au lieu d'apporter du crédit à Assange et ses réseaux, nous ferions mieux de nous en méfier à l'extrême et de voir comment, de lobbies intrusifs dans les affaires publiques, ils entendent prendre directement le contrôle des manettes comme ils le font avec des marionnettes comme Poutine et Trump.

    En France, ces lobbies hantent tous les partis politiques, ils ont des noms et sont identifiables et j'espère, sous bons contrôles de nos renseignements, qui ne sont au demeurant pas épargnés par ce genre de gangrène.

    Les medias, tout honnêtes qu'ils se veulent, sont émoustillés par ce genre d'informations qui n'est en réalité que coups de communication et propagandes des groupes libertariens.

    Relayer ces informations sans jamais mettre en parallèle les objectifs de ces réseaux de lobbies est un piège, dans lequel tombent des journalistes sous-informés et peu perspicaces comme il peut être normal qu'ils le soient, la formation n'est pas forcément très élitiste.

    Humain trop humain dans un cas, versus Homo homini lupus est; l'éternel combat d'un camp contre un autre, en sachant qu'ils sont potentiellement tous deux traversés par les mêmes travers.


    http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/affaire/assange/wikileaks-revele-que-la-cia-peut-espionner-via-des-smartphones-ou-des-teles-connectees_2086479.html