Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

libéralisme mondialisme

  • Toi aussi fais ton Barbier, rase gratis

    Comment se positionner pour un génie de l'économie, un chantre du progrès et un as de la réforme (et accessoirement, ce qui ne nuit pas, un lèche-cul du système) :

    -> déclarer avec force et conviction que :

    - les Français ne travaillent pas assez

    - ils ont trop de congés payés

    - ils sont trop malades à cause de l'assurance maladie

    - le chômage tue l'emploi

    - le dimanche est un jour comme un autre

    - la maternité doit être partager avec les pères, d'ailleurs les pères devraient être payés comme les mères

    - le salaire horaire minimum doit être établi par les patrons car eux seuls savent de quoi ils parlent

    - les frontières n'existent pas puisqu'elles sont un frein au profit et que le profit, c'est l'emploi

    - les minima sociaux sont une bonne chose, d'autant qu'ils sont compliqués à obtenir (ce qui fait des économies), calment les gens mais comme ils sont fainéants au point de ne pas jouer sans cesse à la chaise musicale de l'emploi en se flexibilisant pour aller le chercher jusqu'à là où il n'est pas, il faut proposer un travail obligatoire bénévole en échange

    - la longévité augmente (dans l'idéologie libérale, elle augmente toujours même lorsque cette croyance se heurte au mur de la réalité), on peut donc augmenter la rentabilité de la bête humaine en la chargeant de façon inversement proportionnelle à la baisse des charge patronales (qui-permet- les-profits- donc-la-croissance-donc-l'emploi), et programmer son obsolescence en retardant l'âge de la retraite tout en ayant naturellement la possibilité de s'en séparer bien avant puisque la flexibilité est valable pour tous, il faut une égalité républicaine devant le chômage et les minima sociaux

    - la tricherie est une constante économique comme une autre, les cartes de jeu économiques permettent d'ailleurs d'habilement anticiper les détours par la case prison en s'entourant de juristes capables de se prémunir des contraintes juridiques, et puis, le tout est de se faire prendre le plus tard possible, le paiement différé, c'est du temps, donc de l'argent.

    La triche, c'est un risque, que l'on prend pour rester dans la concurrence et qui passe en pertes et profits, comme y passent les incidents/accidents que l'on peut économiquement légitimement accepter s'ils sont la conséquences d'une gestion serrée et donc efficiente de l'entreprise.


    La barbe ou encore ?

  • Savoir lire la "nationalisation temporaire" de Macron


    Si les mots peuvent nous parler, il ne faut pas voir dans le projet du président Macron, une volonté de recouvrer un pan stratégique de notre industrie nationale.

    Il s'agit d'une simple tactique libérale pour remporter un marché plus au futur avantage d'une multinationale "française", électrice et commanditaire de Macron.

    C'est une renégociation à la Farage ou à la Trump, ou encore à la de Gaulle, un "pragmatisme libéral".

    Le but est de gagner un peu de temps pour négocier au plus serré et faire pression.

    Mais chacun sait que l'UE interdit ce genre de manoeuvre, tout ce qui est national est hors-sol du marché, Macron lui-même explique qu'il ne faut pas s'y tromper et insiste sur le terme de "temporaire".

    Dans tous les cas, nos pans stratégiques nationaux, dont le transport et le savoir-faire industriel, ne sont pas au programme des libéraux.

    Ils veulent ses fleurons pour le privé qui les alimente, pas pour la France, mais pour l'oligarchie française, ce qui est bien différent, puisque c'est l'opposé.

  • Cinq étoiles et un enterrement

    C'est dans la famille Villiers, puy sans fond de fameux fadas, que l'extrême-droite nourrit régulièrement ses phantasmes de puputch de l'armée contre l'Etat.

    Alliés de toutes les croisades américaines mais alliés aussi sur le fond à l'idéologie des Fils de la liberté, il s'agit d'une longue histoire dans l'Histoire de noblesse de bas étage luttant pour ses intérêts particuliers contre le pouvoir central.


    Il faut connaître des idéologies politiques de chacun pour pouvoir analyser leurs prises de position.

    Savez-vous pourquoi Philippe de Villiers est opposé à certaines guerres ?

    Il est rattaché aux lobbies américains qui mènent une lutte à mort contre le Pentagone en particulier et le Département d'Etat en général.

    Les intérêts de certaines Oil & Gaz International Companies ne sont pas toujours les mêmes que ceux de leurs Etats respectifs.

    Les intérêts du Puy du Fou ne sont pas à moindre échelle, les mêmes que ceux de la France.

    On peut toujours être pour ou contre quelque chose pour de bonnes ou de mauvaises raisons.

    Idéologiquement, ces fins de race s'inscrivent dans la lignée des La Fayette, Tocqueville, Bastiat, alliés indéfectibles des Fils de la Liberté fondateurs des Etats-Unis d'Amérique.

    Toujours de cette féodalité qui s'acharnait à s'emparait de la souveraineté royale pour asseoir leur pouvoir local, ils exècrent l’État centralisateur et son contrôle sur leur petite liberté au service de leur commerce, c'est ainsi que la prétendue "grande liberté" américaine est leur modèle.

    Ces gens-là sont surtout et avant tout, rattachés à leurs intérêts particuliers contre l'intérêt général et son Etat défenseur.

    Pierre de Villiers aurait démissionné depuis longtemps s'il était sincère, les coupes sombres dans le budget des armées datent d'il y a longtemps et obéissent aux logiques de marché atlanto-européistes.

    Du reste, il a mené toutes les guerres impérialistes de l’indéfectible allié américain, même les querelles libérales s'effacent pour mener une croisade, les Villiers seront toujours prêts à imposer leur prétendue force spirituelle même avec les moyens légaux et matériels de l'Etat, une messe vaut bien ce pari gagnant.

    Les coupes sombres dans le budget de l'Etat sont dangereuses pour la France, mais le maintien d'un Villiers aux armées l'est tout autant.

  • Simone Veil ou de la relative déification des personnages de l'histoire de France

    Monsieur Hulot est-il un grand homme ?
    Aux heures où l'on comprend l’arnaque écologiste du vendeur de shampoings toxiques présentateur de TF1 sponsorisé par les grands groupes financiers, on se demande si, malgré cela, il pourrait finir au Panthéon.

    Pour madame Veil, on en s’est pas posé de questions.

    Madame Veil a connu une adolescence qu’on ne saurait qualifier, elle a connu la Shoah, qui signifie en hébreu qu’on ne peut même pas poser un nom sur cette horreur.

    Madame Veil a su combattre jusqu’à la Shoah en lui opposant, dans son esprit, une force bien plus puissante qui est la volonté de faire le Bien contre la lâcheté et l’ignominie de faire le mal.

    Madame Veil a su trouver cette ressource en elle, l’humain est capable du pire comme du meilleur et possède d’incroyables capacités de résilience, c’est, par delà l’innommable, l’espoir qui nous est permis.

    Madame Veil a-t-elle pour autant réalisé de tels exploits que la France ait à l’honorer comme ceux qui l’ont fondée ou consolidée.

    Il faut avoir fait quelque chose de remarquable pour la France pour mériter d’être inhumé au Panthéon.

    Madame Veil a contribué à inscrire notre civilisation dans une politique de santé publique.

    Des femmes mourraient de ne pas trouver assistance dans leur désarroi, l’avortement se pratique de tout temps et sous toutes les latitudes, même sous les cieux gouvernés par la religion qui l’interdit.

    Les avortements clandestins entraînaient le pronostic vital des femmes, et les avortements se pratiquaient à l'étranger pour ceux qui en avaient les moyens.

    L'avortement, involontaire ou volontaire, est vieux comme le monde, partant de là, on peut, soit le prendre en compte, soit faire l'autruche, les libéraux cons jouent à ces oiseaux de malheur.


    Contrairement à ce qui a été véhiculé, la Loi Veil est une loi sur la vie.


    Son premier alinéa et donc le principal, rappelle ce grand principe.

    Le principe, c'est la vie, l'avortement est l'exception, et toutes les mesures doivent avoir été prises pour que ce soit l'ultime recours.

    Non, toutes les grossesses ne sont pas prévisibles, un oubli de contraception est fréquent, cela arrive aux femmes les plus attentives, les préservatifs ont un coût (même si certains députés n'ont visiblement pas toujours conscience de la façon dont les Français les plus pauvres finissent les fins de mois), et la pudeur même peut amener à une grossesse.

    L'arrivée au monde d'un enfant, s'il est le plus merveilleux des événements, ne peut malheureusement pas toujours être envisagé sous les meilleurs hospices, si l'idée d'un contrôle des naissances est détestable, la lourde responsabilité d'une vie peut être remis en cause.

    Lors de son discours devant les députés, Simone Veil a déclaré :

    « Je le dis avec toute ma conviction : l'avortement doit rester l'exception, l'ultime recours pour des situations sans issue. Mais comment le tolérer sans qu'il perde ce caractère d'exception, sans que la société paraisse l'encourager ? Je voudrais tout d'abord vous faire partager une conviction de femme - Je m'excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d'hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l'avortement. Il suffit d'écouter les femmes. »

    Je serais plus réservée sur l'usage fait de cette loi par certains groupes de pression, et rappelle qu'aux USA, des mouvements d'extrême-droite voient et organisent sournoisement des campagnes allant jusqu'à la stérilisation de certaines parties de la population.


    Je ne m'attaquerai pas à Simone Veil sur ce sujet, de même que je ne suis pas dupe du fait qu'il serve de prétexte à l' expression d'un antisémitisme révoltant.
    Je rappelle d'ailleurs que ce qui déplaît le plus aux libéraux cons n'est pas tant l'avortement en lui-même, que l'intervention de l'Etat qu'ils exècrent. Pour ces gens-là, Dieu doit se substituer à l'Etat, ou plutôt, il est inadmissible que l'Etat se substitue à Dieu.

    Cela étant posé, je m'interroge légitimement sur la personnification de cette loi dite Veil, en réalité loi voulue et dictée par Valéry Giscard d'Estaing.

    Pour ne rien dire du paradoxe étant donné les liens opusiens des centristes (qu'ils se nomment UDF ou autrement) dont Philippe de Villiers était d'ailleurs membre.

    Certes Simone Veil a porté ce combat, avec la force sur laquelle VGE comptait.

    Il avait dans un premier temps souhaité madame Giroud mais cela aurait gêné dans son propre camp étant donné les penchants politiques opposés de la féministe.

    Madame Veil fut d'ailleurs féministe à son corps défendant, et le genre à la mode aura toujours quelques difficultés presque non avouables à défendre l'idéologie très droitière d'une Simone Veil que l'on retrouvera quelques années après, aux côtés de rien moins que La Manif Pour Tous (ce que les lecteurs attentifs de mes analyses comprendront fort bien).

    Le fait est que c'est madame Veil qui fut choisie pour la joute parlementaire, et qu'elle ne partagea pas le morceau.

    N'oublions pas qu'un tel personnage mène une carrière politique et que l'affaire ne se mène pas sans quelques cartouches dans sa besace, dans ce milieu, il faut être prêt à tuer politiquement aussi bien dans le camp adverse que dans le sien propre, et chacun sait ce qu'il en fut en l'occurrence.

    Le ministre Simone Veil accomplit donc sa mission brillamment, comme nous le savons, elle a su échapper à des situations d'une dimension tout autre et même pas comparable.


    Si la condition des femmes a matériellement et symboliquement avancé d'un pas de géant sous son entremise, madame Veil ne fut que le messager d'une législation et aspiration qui la dépassait largement.


    Mais bien pire encore fut son implication dans le démantèlement des attributs de souveraineté de notre Etat qui ont fait la France.

    Je ne doute pas que madame Veil ait été entraînée dans l'idéologie libérale en pensant bien faire, elle avait compris que la plus grande vengeance contre les forces du mal était de faire le bien qui est d'une incommensurable plus grande puissance.

    Cependant, sa volonté de pardon et de réconciliation l'a entraînée dans le piège économiste qui fait de l'idéologie libérale son appât et son vecteur de transmission d'un alignement sur une pensée étrangère à la France, étrangère à l'esprit de nos lois, celui de l'unité et de la protection nationales.

    C'est sous le ministère du parti de Simone Veil que la France s'est vu dessaisir dans ses prémices de son attribut de souveraineté fondamental, celui de la monnaie.

    C'est via son européisme libéral que la France doit se ranger à l'abandon du politique au profit de l'économique et de connaître le chômage de masse, conséquence d'une autorisation de profits sans contrôle, le manque d'Etat révélant le cynisme de la logique de marché et obligeant les citoyens devenus entités individuelles et individualistes, à s'aligner ou à mourir.

    Cette même marchandisation de la société qui oblige à fermer des services publics, dont des maternités et donc des centres d'intervention volontaire de grossesse, par un retour de bâton, la santé publique et celle des femmes au premier chef, se trouve menacée et remise en cause !

    C'est avec la construction européenne tant défendue par Simone Veil et à son idéologie que la France perd tous les jours de son âme, madame Veil a beau avoir été une grande dame de courage et de ténacité, et tous de devoir se ranger à son idolâtrie quelque peu malsaine, je ne peux faire autrement que de regarder son action à l'aune de la grande Histoire de France puisque c'est de cela qu'il s'agit avec son entrée au Panthéon, et de me dire que l'action menée est bien plus destructrice que fondatrice.

    Admettons que dans les facéties de l'Histoire, madame Veil aura pris la place de VGE qui, Macron avant l'heure, se voyait aussi gros qu'un empereur, juste retour de ceux qui pensant utiliser les femmes, se retrouvent replacé par pantalonnade, à la case quasi de "rien" par rapport à "ceux qui ont réussi" à finir au Panthéon.

  • Robert Ménard, le soft power libéral américain, le Qatar et le terrorisme

    Ménard CIA.jpgAprès avoir été financé par la CIA avec Reporter Sans Frontières, Robert Ménard poursuit au Qatar où la Rand Corporation of Developpment (Emanation privée de la CIA) téléguide la Qatar Foundation qui finance le terrorisme.

    "Selon Haoues Seniguer, maître de conférences en science politique, la fondation défendrait « des thèses proches de l'islamisme radical »"jusqu'en 2016, le logo de Qatar Airways s'affichera sur le maillot blaugrana des Catalans. Mais dès 2015, face aux soupçons de soutien au terrorisme par la fondation et la situation sociale au sein du royaume, le président du club, Josep Bartomeu, annonce qu'il ne souhaite pas renouveler l'accord lucratif signé par son prédécesseur Sandro Rosell 2. Un contrat qui prendra fin en 2016."

    Robert Ménard s’installe au Qatar
    Quelques jours seulement après son départ de Reporters sans frontières, dont il était le secrétaire général, Robert Ménard a pris la tête du Centre de Doha...
    LIBERATION.FR

    Oriane Borja http://www.rand.org/topics/qatar.html


    http://www.rand.org/topics/qatar.html Qatar | RAND RAND has conducted research on Qatari issues since 2003. From 2003 to 2013, much of this work was… RAND.ORG J’aimeAfficher plus de réactions · Répondre · Supprimer l’aperçu · À l’instant Oriane Borja Votre commentaire..." target="_blank">Qatar | RAND
    RAND has conducted research on Qatari issues since 2003. From 2003 to 2013, much of this work was…
    RAND.ORG



    http://www.rand.org/education/qatar.html

    RAND Education Projects in Qatar | RAND
    Examines the kindergarten through grade 12 (K-12) education system in Qatar
    RAND.ORG



    Alors que je dénonçais depuis de nombreuses années la WISE :

    http://orianeborja.hautetfort.com/archive/2013/10/28/temp-616ef9d1fa3a8c9a3aee0fe7ef8909e1-5207598.html


    Je m'aperçois que d'autres arrivent aux mêmes conclusions après enquête : :


    "De plus, rien ne dit que le Qatar soit le principal bénéficiaire du jeu sur l'échiquier mondial du "soft power", cette bataille pour l'influence idéologique qui passe par la culture, l'art et l'éducation. Omniprésents à Education City mais aussi au Wise, via la Rand Corporation, think tank ultra-libéral, les champions du monde américains dudit "soft power" sont en embuscade, prêts à ramasser la mise – en l'occurrence affermir la diffusion du modèle capitaliste et de la société de consommation de masse. Et il se pourrait bien, au bout du compte, que ces derniers ne tirent pas moins profit du Wise que le Qatar."

    http://www.letudiant.fr/educpros/opinions/innovation-sommet-mondial-sur-l-education-a-qui-profite-le-wise-2013.html


    http://orianeborja.hautetfort.com/archive/2013/08/04/robert-menard-ou-comment-le-front-national-n-en-finit-jamais.html



  • Quand on peut sponsoriser DAECH comme le PSG, le ballon d'or noir revient à ?

    Le terrorisme libéral passe très bien lui, surtout si c'est pour mourir pour une baballe, c'est si libéralo romantique, et puis, Macron dirait que ce n'est que du Népalais, y a pas mort de banque.

    D'ailleurs rassurez-nous, le PSG continuera de jouer pour DAECH ?


    Mondial 2022: Le Qatar énervé par les 4.000 morts potentiels évoqués par le «Washington Post»
    L'émirat est très critiqué pour sa gestion des ouvriers immigrés...
    20MINUTES.FR

  • Les rageux libéraux au sein du Front National et au-delà

    Jean-Michel Sulzer a débarqué au Front National à un moment où le mouvement national s'éloignait des dérives libérales et où la formation assurait formellement l'interdiction de toutes formes de discrimination et préjugés, c'est-à-dire que la Front, contrairement à ce que presque tout le monde pensait, tournait le dos à toute idéologie d'extrême-droite, quelle soit économique ou politique .

    Jean-Michel Sulzer venait de petits clubs échangistes de droite (dont il n'a jamais cessé d'être).

    Quand il est arrivé, je lui ai bêtement laissé ma place, il voulait une position éligible en IDF, il y avait la mienne à laquelle Marine m'avait mise sans que je le demande, et comme je n'étais pas de ceux qui faisaient des histoires pour une place et que je crois dans l'intérêt général, je me suis désistée pour lui.

    Sauf que Sulzer n'en était pas du tout un défenseur, ce que j'ignorais à l'époque, c'est un vulgaire idéologue d'extrême-droite, libéral et nullement attaché à la France dont les attributs de souveraineté de son Etat sont constitutifs.

    La souveraineté monétaire n'est donc pas du tout un préalable pour lui et pour cause, il place l'économique au dessus du politique, comme tout mondialiste qui ne respecte pas la France.

    La France fait société par son unité et ses institutions qui la garantissent par des mécanismes politiques, d'organisation de la Cité, finement élaborés, dans un but d'intérêt général et de protection du citoyen.

    Nos institutions sont on ne peut plus cohérentes et si l'on ôte une pièce du mécanisme, elles fonctionnent de moins en moins bien et ne peuvent plus assurer la défense du citoyen dans sa globalité.

    Le clivage actuel est celui des partisans de l'unité à la française contre les tenants de la dérégulation anglo américaine, et ce clivage existe à l'intérieur même du Front National.

    Notre principe d'unité, garanti par notre Etat lorsqu'il est pleinement en possession de ses moyens, permet d'assurer au mieux l'égalité des citoyens sur le territoire national.

    Cela ne peut se faire que par la présence d'un Etat au pouvoir centralisé qui contrôle l'application de l'esprit de nos lois sur tout notre territoire.

    Les préfets ont depuis toujours assuré le contrôle de la présence de l'Etat qui agit dans notre intérêt commun.
    L'équation : "Plus d'Etat = Moins de Maffia" et réciproquement, s'avère une règle universelle.

    L'Etat dans notre pays ayant toutes les garanties d'agir démocratiquement, sous contrôle du peuple toute entier, la Nation.

    Le concept d'Etat-nation est propre à la France, il fait que l'Etat, c'est Nous.

    Mais Nous, ne sommes que des hommes, faillibles, corruptibles, le pouvoir des puissances d'argent, agit sans cesse pour se pérenniser et croître, même si leur système d'intérêts particuliers agit contre tous, y compris même entre eux.

    Ce qui nous est alors vendu comme une alternative, défendre certains lobbies financiers contre d'autres.

    On voit bien comment Trump défend l'intérêt des lobbies comme Exxon Mobil contre ceux qui voudraient tout simplement leur ravir le leadership, s'adossant sur l'opinion publique en communiquant sur la sauvegarde de la planète.

    Mais les mêmes qui voient vert, ne se priveront pas de mondialiser leurs profits pour les accroître, de faire travailler au plus bas coût en acheminant à travers la planète les produits comme les hommes -qu'ils ne considèrent pas plus autrement que comme matière à profit-, d'autant qu'ils vous feront payer le coût "éthique" prétendument vert, au prix fort, tout est bénéfice pour eux.

    Les clivages se croisent et se recoupent donc, entre ceux qui croient en une idéologie libérale et ceux qui se font berner par la communication, et ceux qui tentent de résister mais sans réaliser parfois qu'il n'y a de contrôle possible qu'en passant par des institutions qu'ils peuvent condamner par ailleurs.

  • La morale Bayrou, célégal sur toute la planète

    La mondialisation, royaume du "célégal", de faire travailler dur les enfants pour quat'sous et de polluer, l'épanouissement de l'Entreprise.

    La mondialisation, royaume du "célégal", bakchich aux groupes maffieux religiosorévolutionnaires où l'Entrepreneur est le roi du pétrole.

    Et attention, ça travaille du côté députés et assistants pour asseoir ce système, et ça s'adosse à la morale, la preuve, ils travaillent comme des dingues à assurer l'Entreprise de leur appui.

    Sarnez vous le dit en vérité, ses assistants travaillent, puisque les lois "célégal" de l'entreprise avancent partout, vous croyez que l'horreur libérale européenne et mondiale se fait toute seule ?

    Que nenni, Sarnez veille, fouette au besoin, des assistants qui travaillent à plein temps trois fois vingt-quatre heures sur vingt-quatre, belle leçon aux assistés-bande de feignasses aux trente-cinq heures.

    Et ça ira bien autant parler d'humanité, on imagine bien les petits d'hommes des assistantes à trois plein temps, profiter de leur mère, le berceau de l'humanité du Centre au centre mais pas au berceau de l'humanité trop humaine, le concept est hors-sol, le terreau de l'humanité, c'est pour la populasse qui met ses petites mains dedans.

  • Monnaie frappée au bitcoin du bon sens

    Le bitcoin est passé de 200 euros à 2 000.

    Les libertariens considèrent même la monnaie comme un marché, l'or ou le bitcoin, tout est matière à trafic.

    Plus ils vous manipulent pour en acheter, plus ils font monter le cours, jusqu'au calcul et manipulation pour les initiés du jour où ils les liquideront en masse juste avant la baisse.

    Ils laisseront alors tous les blaireaux qui auront fait gonfler la bulle avec leur monnaie virtuelle qui ne vaudra pas un clou.
    Et ainsi de suite.

    Le moyen permet à un petit nombre de faire de gros bénéfices sur le dos de tous les autres.

    C'est une sorte de loto pipé, les gagnants de la première ligne seront toujours les mêmes et vous, le tout venant qui exécute les ordres de cette bourse encore plus libérale que les autres, de se faire baiser.

    Les libertariens américains ont pour projet universel d'anéantir les Etats.

    Leur idéologie individualiste issue des Fils de la Liberté de la Boston Tea Party, fondateurs des USA, part du postulat selon lequel la seule liberté possible est de s'affranchir des Etats.

    Ce qui fonde un Etat, ce sont des attributs de souveraineté, au premier rang desquels on trouve la souveraineté monétaire.
    Une société se bâtit en civilisation en établissant des règles d'organisation de sa Cité.

    Le "droit naturel" des libertariens est celui de la liberté totale, affranchie de toutes règles.

    Mais ce retour à l'état de nature est celui de la sauvagerie du plus fort, c'est la loi du renard dans le poulailler.

    Leur monnaie virtuelle ne s'assoit pas sur une économie réelle (l'oikos nomos, les règles de la maison).

    Ils ne considèrent pas la monnaie comme un outil au service de la Cité et du Citoyen, mais comme un moyen spéculatif, un marché en soi, car tout est marché pour un libertarien.

    Tout est bataille et rapport de force, et naturellement, les plus faibles sur lesquels ils grandissent, sont ceux qui paieront la note.

    La perte de notre souveraineté monétaire s'inscrit dans cette histoire.

    Le bitcoin est simplement le niveau le plus avancé de notre perte de souveraineté.

    Ce sont des loups, ils se tuent donc entre eux, la banque virtuelle tue la banque traditionnelle mais la banque est toujours là, c'est la même, toujours plus meurtrière, plus que jamais avec le bitcoin.



    La valeur du Bitcoin passe le cap des 2.000 dollars
    Ce week end le cours de la fameuse monnaie virtuelle a passé ce palier symbolique pour la première fois. Un gain de près de 50% par rapport au prix de 1.400 dollars atteint il y a seulement trois semaines.
    ZDNET.FR

  • L'Euro à tout prix c'est l'Europe proxénète

    Les personnes qui votent pour les banques et leur monnaie, l'Euro, le font alors que cela envoie d'autres personnes au tapin pour pouvoir manger, ce sont les premières qui sont les vraies putains.


    Quand on voit ce qui se passe en Grèce, peut-on accepter le prix à payer pour rester dans ce système, ces femmes pourraient être nos filles ou nos mères.


    En Grèce, une passe pour le prix d'un sandwich
    Conséquence indirecte de l'effondrement économique du pays après six ans d'austérité, les jeunes femmes y seraient de plus en plus nombreuses à se prostituer pour à peine 2 euros, selon une étude publiée la semaine dernière à…
    LIBERATION.FR