Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

libéralisme mondialisme - Page 4

  • La dictature de l'entrepreneuriat, l'idéologie en vogue

    Le revenu universel, né dans l'imagination et le calcul des théoriciens du libéralisme du siècle dernier -les mêmes qui veulent instaurer la dérégulation et précarisation générales de l'économie et du travail- ou la dictature de entrepreneuriat.



    Le revenu universel fascine aussi la riche Silicon Valley
    Ce concept est récupéré par plusieurs entrepreneurs, dont le cofondateur de Facebook et le PDG de Tesla, pour faire face à l'automatisation du travail et le développement de l'intelligence artificielle.
    LEFIGARO.FR|PAR LUCIE RONFAUT

  • La vérité alternative, déjà bien installée en France

    En s'opposant à l'extension du délit d'entrave à l'IVG, MMLP se pose en défenseur de lobbies qui manipulent par des mensonges et contre-vérités scientifiques, et qui dissimulent une volonté d'imposer une prétendue loi naturelle divine sur Terre.

    Ces lobbies ne se cantonnent d'ailleurs pas s'en prendre à la liberté des femmes, que le Front National est censé défendre.

    MMLP ne cessant de prendre ses distances avec un mouvement politique qu'elle utilise à ses propres fins qui sont celles des lobbies qu'elle défend, ici comme en d'autres circonstances.

    Car ces groupes de pression, proches de l'Opus Dei, sont reliés entre eux pour défendre une "loi naturelle" qui va jusqu'à la défense du libéralisme le plus pur en matière économique, la main invisible étant, dans leur idéologie, celle de Dieu.

    Leur combat est corrélé à un combat contre l'Etat.

    Santé, éducation, police, justice, tous les attributs de souveraineté de l'Etat sont dans leur collimateur.

    Ces réseaux d'influence ne veulent pas que les hommes, et en l'occurrence les jeunes femmes, reçoivent des aides de l'Etat, la seule aide valable étant celle des serviteurs autoproclamés de Dieu.

    Ils se posent en directeur de conscience, ne nous laissant plus de libre-arbitre.

    Partout ils agissent pour désinformer et asseoir leur "vérité alternative".

    1984-2017, l'année la plus rock'n roll alternatif des courants politiques.

  • Sous les pavés anti-avortement, la plage libérale

    Trump met fin au financement fédéral d'ONG soutenant l'avortement.

    Il ne s'agit pas vraiment d'une mesure anti-IVG, malgré la présence de l'Opus Dei dans les réseaux Trump, il s'agit d'une atteinte à l'Etat, et ce genre de prétexte religieux permet de le faire le plus naturellement du monde.

    L'Opus Dei est un des leviers des libéraux qui l'ont créée pour étendre leur idéologie anti-étatique.
    L'atteinte à l'Etat venant se cumuler à l'idéologie individualiste du surhomme.

    Les droits appartiennent aux puissants, les faiblesses s'éliminant naturellement dans la Loi du même nom.



    États-Unis. Donald Trump prend une première mesure anti-avortement
    Le président américain Donald Trump s’est entouré de hauts responsables ouvertement hostiles à l’avortement. Il a signé ce lundi un décret interdisant le
    OUEST-FRANCE.FR

  • Shérif Trump fais-moi peur

    L'union soviétique américaine, c'est fini ! Vive le totalitarisme libéral !

    Ouvriers, employés, et même vous, indépendants (vous allez même devoir vous aligner), vous ne serez plus embêtés par du matériel de protection ou des conditions de travail veillant sur vous, grâce à la grosse Bertha Trump, poum ! Disparition quasi intégrale des normes pour les entreprises.

    L’histoire ne dit pas si les cantines d'entreprises seront toujours obligées d'acheter Trumps' steak & wine, mais peut-être n'est-ce l'affaire que des 25 % d'obligations restantes.



    Donald Trump promet d'alléger la réglementation des entreprises de 75%
    La National Association of Manufacturers (NAM) estime à 297.696 le nombre de régulations fédérales qui restreignent leurs activités.
    LEFIGARO.FR|PAR PIERRE-YVES DUGUA

  • Trump invente le courant politique alternatif, ça disjoncte

    Les faits disent que le cambrioleur a volé les biens de cette maison, mais les faits alternatifs racontent que le propriétaire a été délesté de conneries dont il n'avait pas besoin.

    Les faits montrent que l'assassin a descendu froidement une innocente victime, les faits alternatifs affirment que l'on a soulagé la vie de cette personne en lui ouvrant les portes du Paradis.

    Les trumpettes et les trumpésistes adulent Orwell au point de reprendre les théories de leurs croyances pour eux-mêmes, 2 + 2 font 5, et un contre-point-media sait tout !

  • Devinez qui est l'ennemie des plus grands oligarques de la planète finance

    "My enemies are Wall street and The military–industrial complex " Donald J. Trump (sur un air presque déjà connu ...).

    Trop réglementée la bourse de NYC, et trop étatiste le lobby rattaché au Pentagone et au Département d'Etat.

    Les grands oligarques de Trump sont beaucoup plus maffieux de ça et n'entendent pas être assujettis à la moindre règle.

    Sur l'air, plus c'est gros, mieux ça passe, Trump est conseiller par le personnage qui inspira le Loup de Wall Street, le loup entre dans la bergerie gouvernementale, où le renard règne sur le poulailler avec toute sa basse-cour d'oligarques de la finance internationale.

    Notons que le souverainiste, Nigel Farage, l'homme des libertariens en Grande-Bretagne, s'expatrie pour la plus grande chaîne du système au monde, détenue par Rupert Murdoch, à qui l'on doit le Brexit et Trump, et qui possède également le plus grand journal d'économie en Europe, ainsi que la quasi totalité des logiciels éducatif (qui sont inclus notamment dans les ordinateurs gracieusement offerts au Venezuela, comme je l'avais signalé à l'époque).

  • Les Trumptés de libre-échange, des traités entièrement léonins

    Ce que veut faire Trump, c'est ce que veut aussi Farage, c'est renégocier les traités de libre-échange, mais de façon plus agressive encore, plus profitable à leurs entreprises et où les Etats n'interviennent pas.

  • Nicolas Dupond Aignan, pas le dernier perdreau d'extrême-droite

    Pardon mais cela fait longtemps que les réseaux d'extrême-droite passent assurément plus par NDA que par Marine Le Pen, même si évidemment, elle s'y rattache via Collard ou sa nièce.

    La théorie du grand remplacement n'est qu'un aspect de la théorie d'Eurabia qui vient jusqu'à Wilders, Riposte Laïque, Boulevard Voltaire, Radio Courtoisie, depuis les think tanks libertariens et libéraux cons américains.

    Lorsque NDA assiste dithyrambique, aux assises de l'Institut Pour la Justice, c'est aux réseaux de Contribuables Associés qu'il s'associe, or les lobbies de Contribuables Associés (IPJ, Intsitut de Formation Politique, Sos Education, IFRAP, Bourse Tocqueville ), bien connus de NDA, Collard, Marion Maréchal Le Pen, Camus et l'extrême-droite en général, forment leurs cadres directement à Washington dans les groupes d'influence qui sont à l'origine de ces théories (Heritage Foundation, Cato institute, AEI, etc.), ces mêmes groupes qui ont porté Trump au pouvoir.

    Je rappelle que ce sont des cadres d'Exxon Mobil qui viennent tout spécialement en France, expliquer à des membres regroupés par l'extrême-droite, quels libertariens ils peuvent être. le trumpiste Alain Soral a notamment envoyé ses troupes lors des conférences du Docteur Nigel Ashford avec tous les adeptes de TVLibertés.

    NDA a participé à de nombreux montages lobbyistes des réseaux d'extrême-droite.
    L'équipage NDA/Farage en est d'ailleurs une émanation.

    Nicolas Dupont-Aignan s'approprie la théorie du "grand remplacement" - Le Lab Europe 1
    Dupont-Aignan s'approprie la théorie du "grand remplacement"
    LELAB.EUROPE1.FR

  • L'extrême-droite tente une OPA sur les catholiques

    Les Identitaires, qui comptent aussi quelques païens folkloriques, même si ce folklore est poreux avec leur folklore catholique, sont avant tout des libéraux.

    Il faut d'ailleurs s'arrêter sur ce terme car les catholiques d'extrême-droite se disent anti-libéraux car ils reprennent l'acception anglo saxonne du terme.

    Libéral signifiant pour eux, celui qui laisse tout faire, et notamment au niveau des moeurs.

    Pourtant, ils sont libéraux au sens français, économiquement, ils sont pour la décentralisation et la dérégulation qui va avec, l'Etat étant leur bête noire.

    Ils sont d'ailleurs liés aux réseaux libertariens des Tea-parties, qui sont libéraux-libertaires, mais sont reliés, aux USA comme en France, aux réseaux religieux, dont les catholiques, mais l'extrême-droite se décline dans toutes les religions, les alliances avec des évangélistes et autres protestants, avec des juifs, des orthodoxes (leurs réseaux en Russie sont puissants) et même musulmans, existent.

    Le libéral-conservatisme étant une variante compatible du libéralisme total des libertariens, puisque le communautarisme est la forme d'organisation de ce système, il n'y a seulement pas de mélange entre eux, ils préconisent de vivre entre ceux qui pensent et vivent de la même manière.

    Les catholiques de gauche n'ont pas disparu, ils sont chapeautés par les mêmes réseaux, ils forment au PS, les "poissons roses", que l'on a retrouvés à La Manif Pour Tous naturellement.

    Gérald Collomb a lancé les ponts plus loin, et Macron est un ami intime d'Yves de Kerdrel (Valeurs Actuelles), ils partagent les mêmes valeurs libérales, et l'on a retrouvé Kerdrel et Charles Beigbeder à la dernière sauterie de Robert Ménard, ce qui se comprend très bien lorsque l'on connaît ces réseaux.

    Le Boulevard Voltaire de Ménard est tenu par Cherouze (Opus Dei) et Jamet (ancien mitterrandiste Horloger -Club de l'Horloge, où l'on retrouve Le Gallou et autres Blot.

    Le Gallou conseillant toujours Marine le Pen, et Blot reliant les réseaux Russes avec d'autres membres des réseaux libertariens, comme John Laughland par exemple, qui est l'homme-lige de Ron Paul en Russie (IDC, Institut pour la Démocratie et la Coopération).

    Il serait très long de parler de tous les liens avec l'extrême-droite trumpiste et de les expliquer.

    Le danger est bien présent, bien installé, bien compliqué au regard de la plupart, même des observateurs les plus accomplis des milieux politiques dont l'ignorance est parfois effrayante et qui ne peuvent en aucun cas, donner un éclairage de faits qui leur sont totalement inconnus.



    "L’instrumentalisation identitaire monte en puissance chez les catholiques"
    Plus connu sous le pseudo Koztoujours sur les réseaux sociaux, Erwan Le Morhedec, avocat de profession et blogueur catholique revendiqué, s’inquiète…
    MARIANNE.NET

  • L'Empire des libéraux contre-attaque

    Il ne sert à rien de vouloir raisonner des idéologues, vous aurez des réactions épidermiques d'adeptes dont on touche le gourou, des réflexes claniques maffieux.

    En revanche, il est important d'expliquer et de dénoncer.

    Verdier-Molinié se fout même de l'entreprise qu'elle ne connaît pas, elle fait partie d'un réseau de lobbies d'extrême-droite (IFRAP, Bourse Tocqueville, Contribuables Associés, Institut de Formation Politique, Institut Pour la Justice, Sos Education, etc., reliés aux plus grands groupes d'influence américains).

    On leur offre à la base, des formations à des techniques de manipulation, et des réseaux, le tout avec des financements de groupes qui ont intérêt à abattre l'Etat.

    Leur cible, c'est l'Etat, seul rempart à leur idéologie libérale totalitaire.


    Julien Lovato
    7 h ·
    "Suite à des attaques personnelles concernant ma critique du « dogme » néo-libéral récité par Verdier-Molinié.
    Attaques consistant à : 1 dénigrer personnellement, 2 pinailler sur une faute, 3 dénaturer mes propos, 4 qualifier mon raisonnement de partisan politiquement, 5 critiquer nommément sur un profil fermé,
    voici une réponse. Réponse assurément non communiste, non socialiste, non libérale, non néolibérale, juste issue d’une longue praxéologie éprouvée.

    Comprenons bien, hurler aux charges sociales (Cotisations Ndla) tel que le fait cette dame pour satisfaire les grands groupes ayant atteint une masse critique ne rendra pas (toutes) nos entreprises performantes. Ca consolidera les profits et dividendes de ces groupes mais n’amènera aucune création supplémentaire d’activité par ailleurs. Abaisser fortement ces prélèvements sans analyser dans le détail les facteurs de création de richesse ne créera pas davantage de richesses/emploi et appauvrira nos infrastructures collectives. Oser dire cela c’est être dans la ligne de Hamon selon ces détractrices semblerait-il !

    Alors tout chef d’entreprise évoluant dans un ETI/PME qui sait un peu comment ça marche vous dira la chose suivante concernant l’entreprise prise comme groupe social (le parallèle est facile à faire avec un état):

    Une PME, une ETI c’est en général 3 groupes sociaux différents : l’actionnariat, le management, le salariat. Si l’on satisfait trop une des parties prenantes quel que soit le motif, ça revient à déséquilibrer le pacte social liant tout ce petit monde autour du projet d’entreprise et donc à casser des pièces du moteur de création de richesse.

    Exemple 1 : augmenter trop les rentes des actionnaires en payant moins les salariés ou en n’investissant pas dans de la capacité de production ; c’est faire que le salarié (se sentant déconsidéré et mal traité) n’en donne plus que pour ce qu’il est payé, c'est-à-dire pas grand-chose. Casser sa protection sociale, c’est faire qu’il sera moins en forme, moins disponible, plus occupé à gérer les maux de ses enfants, etc. donc moins impliqué --> à créer de la valeur ajoutée and so on pour ce qui est des transferts sociaux, du chômage, de la défense, de la police, de l’éducation. Ne pas investir dans de la capacité de production (machines, méthodes, formation, analyses, recherche et développement…) l’entreprise plonge inévitablement. Le parallèle avec les projets réformistes de Fillon, Macron etc. sont faciles à faire.

    Exemple 2 : si l’on ne satisfait que le salariat, on tombe sur pléthore de congés, des horaires faciles mais ne correspondant plus aux plages de contact/réalisation avec le client, en clair ça génère des demandes salariales toujours plus décalées de la raison sociale de l’entreprise (à savoir répondre aux besoins du client). Le parallèle avec le projet réformiste de Hamon (puisqu’il parait que ma pensée lui correspond) est lui aussi facile à faire. On satisfait des demandes individuelles, les demandes ubuesques des différentes ethnies et on perd les synergie de l’universalisme… voyez vous là aussi le parallèle avec le socialisme actuel ?

    Conclusion : si on laisse faire les uns (actionnaires/financiers) le projet d’entreprise/état échoue à plus ou moins long terme, et de même si on laisse faire les autres (salariés/ethnies). Je vous passe les détails sur le management mais les conclusions arrivent invariablement au même résultat. Là je ne suis dans aucun parti et les encartés de gauche me traitent déjà de néo-con et les encartés de droite de Hamondiste (ça se dit ça ?)

    Mon fond de pensée c’est que sachant cela, il est facile de comprendre qu’il n’y a aucun groupe social dans l’entreprise ni aucun individu qui détient la vérité. Les manageurs voient un symptôme fruit de leur point de vue. Ils en cherchent les causes toujours selon leur point de vue et trouvent des solutions satisfaisant majoritairement … leur point de vue (même s’ils pensent avoir pris toutes les précautions pour éviter d’être partisans).

    Au résultat ces solutions ne sont que peu efficaces et parfois même, elles empêchent la pérennité/développement de l’entreprise. Pourquoi ? Parce que, sauf coup de chance, ces solutions ne répondent qu’à une partie de la problématique technique nécessaire à adapter l’entreprise. Et comme, selon un autre prisme de lecture, ces solutions ne répondent majoritairement qu’aux intérêts du petit groupe qui les a identifiées, ça crée des dissensions dans le pacte social et génère de la friction avec les autres parties prenantes. Ce phénomène est tout à fait normal, la rationalité est limitée et dépend de notre propre point de vue et le raisonnement qui en découle est obligatoirement ontologique.

    En clair chaque acteur ne peut faire ni percevoir ni agir autrement. Dans l’action, celui des groupes sociaux qui a le plus de pouvoir, les actionnaires surtout (vu que les manageurs sont intéressés par variable et actions), fait prévaloir ses solutions (ça ressemble à du lobbying chez nos politiques tiens). Mais ces solutions peinent à passer à l’action pour diverses raisons : soucis cognitif des acteurs/salariés, changement culturel difficile, flemme des changer d’habitudes, envie de son petit confort, pas à franchir trop grand dans le contexte de non maitrise des processus actuels etc.

    Mais la plus grande cause de la difficulté à implanter cette nouvelle technique/culture, le plus grand frein est que derrière la technique identifiée comme nécessaire (mais pas idoine), se dessine également un autre pacte social. Et ce pacte n’a pas été construit à l’avantage de tous ni même construit tout court. (Zut j’ai tapé sur les salariés, manageurs et actionnaires en même temps… est-ce Hamondiste, Macroniste ou Filloniste ?)

    Réformer lorsqu’on comprend plus en détail ce moteur dont je vous ai tracé les grandes lignes, n’est pas réciter la messe néo-libérale « Moins de charges, moins de charges, moins de code du travail » telle une Verdier-Molinié. Réformer c’est faire que l’on soit en capacité dans un état/entreprise/équipe donné de prendre toutes les volontés énoncées par chaque sous-groupe social, de prendre tous les freins au changement énoncés ci-haut (et ceux que l’on découvre en cours de route à l’écoute des parties prenantes), et de les traiter en cherchant puis concevant ensemble des solutions techniques et humaines.

    Et ces solutions ne peuvent se trouver que lorsqu’on reconçoit concomitamment le système de production, le système de planification, le système de communication (nature, volume, règles etc.), le système social, et que chacun y trouve une partie de ses intérêts à court, moyen et long terme. Bien souvent on ne peut énoncer de solutions apriori car s’agissant d’un dépilage de problèmes issus de rationalités humaines, il faut laisser chaque groupe social formuler, hiérarchiser, choisir les problématiques qui l’intéressent et les confronter aux résultat d’un même processus issu de la rationalité des autres groupes.

    Déclencher le progrès, l’évolution d’une société humaine (état, équipe, entreprise, privé, public, coopératif) ne peut se faire autrement qu’en déployant une vaste méthode de résolution de problèmes aveugle organisant correctement la confrontation d’idées, la récitation du dogme n’a pas sa place dedans mesdames : Catherin Dargaud ; Camille Becquet ; Eloise Lenesley."