Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Chacun est seul responsable de tous"

  • Le journal Le Monde au secours du Balancetessources William Assange ...

    Le Monde et d'autres grands media, prennent fait et cause pour Assange, non sur sa personne tout de même controversée, mais sur le procès qui lui est fait en matière de trahison, crime dont objectivement, ils se sont montrés complices.

    Le Monde comme d'autres media ont relayé et sont donc potentiellement complices alors ils serrent les fesses comme les coudes ...

    Le fait est que :

    - les lobbies d'Assange et ceux de Trump/Bannon se confondent, tous les grands groupes de pression qui ont porté Trump au pouvoir sont les mêmes libertariens et libéraux cons pro-Assange et Snowden, pour Snowden, ils sont carrément les commendataires et les protecteurs (ce sont leurs réseaux en Russie qui le protègent).

    Il est donc étrange de s'en prendre comme le fait Le Monde, à "l'administration Trump "qui, par ailleurs dépasse totalement Trump , les deux se livrant de plus, une guerre tendue.

    - il ne s'agit pas d'informations ordinaires ni de journalisme, il s'agit de pénétrer des fichiers classés secret et de les balancer sans filtre ni analyse, mettant en danger toutes les sources et les agents de l'Etat.

    Les mêmes journalistes qui s'offusqueraient à raison, qu'on fasse de même avec leurs propres sources.

    - Etat dont, au passage, les libertariens comme Assange souhaitent la mort pour lui substituer des services entièrement privés et sous contrôle privé.

    - Evidemment, les Américains mettent en avant la grande liberté de leur civilisation, celle qui permet de dire absolument n'importe quoi et qui en fait le pays de toutes les croyances et de toutes les sectes

    - Mais la liberté tombe sans la sécurité en l'occurrence quand il s'agit de livrer des éléments qui permettent d'assurer cette liberté quand, entre de mauvaises mains, ils mettent en danger la population sur son propre territoire et les Citoyens américains en dehors de celui-ci.

    Même la liberté américaine, que je condamne dans ses extrémismes, a ses limites ...

  • Cannes, cache-misère sous tapis rouge


    A l'heure où l’épouse Balkany nous fait son cinéma pour jouer les martyrs d’opérette, Carla Bruni remonte les marches façon retour de la starlette sur le retour, son dernier Pygmalion empêtré dans une affaire de tricherie à la démocratie qui selon sa conception, s’achèterait à l’aune du pognon qu’on mettrait dedans, à l’américaine, ne rebute pas la belle, l’état de conscience n’ayant pas monté les marches jusqu’à sa cervelle, et même s’ il s’agit davantage de montrer son croupion, gageons qu’une opération caritative aussi surfaite fera bonne figure, ravalée toute pudeur, l’heure est à l’exposition.

    La position du fils d’un de ses ex sur une liste électorale d’un conspirationniste au palmarès bien fourni à droite et plus par affinités, passe tout aussi bien, on la verrait bien remettre la palme à Alain Delon, le cinéma est une grande famille ...

    Une famille si déconnectée du pays réel qu’elle s’enfle au regard de la réalité, si le cinéma de Ken Loach est un cinéma de nécessité, que penser d’un jury qui le célèbre tout en invitant un François Pinault, fût-il Henri dont la fortune n’a rien à envier à un Balkany, tricheries, malversations financières, le scénario est cousu main pour une palme de nageur en eaux troubles de compète (OK, comme dirait Marine ...), même si la spéculation sur les matières premières nous a déjà laissé un chef-d’oeuvre comme Le Sucre, on ne sait si Salma Hayek jouerait son rôle réel dans l’autre dimension.

    Car Salma monte au créneau social sans hésiter, c’est même à ça qu’on les reconnaît ... le Topaze de Pagnol nous avertissait déjà dans la voix de Fernandel que pour avoir autant d’argent, il fallait bien l’avoir volé quelque part, mais on dirait bien qu’à Cannes, la schizophrénie soit de mise, et qu’au bal des faux-culs, les petites frappes ne fassent pas dans le chirurgical, l’esthétique est aux artifices les plus dantesques.

    En témoigne leurs soirées caritativo récréatives au parfum de paradis sous acide, dont ils feindront de méconnaître les ravages jusqu’à ce que les faits divers révèlent leurs fins sordides ou tragiques, la comédie psycho-trop-humaine en caméra cachée, c’est à mourir.

    C’est au bénéfice de l’Afrique qu’on vous dit, que n’ont -ils visionné le remarquable reportage du service public sur les routes de la drogue, où l’extrême-droite, sans état d’âme même si en voix travestie et visage masqué, explique que “morts aux cons”, comment ils en font le trafic, et que ça élimine tous les parasites au passage, amenant lots de guerres, de famines et de maladies sur son passage, synonyme de terres brûlée, les déserts du Sahel ravagés par le terrorisme et guerre tribale ou de pouvoir, attisés par l’appât du gain facile des bakchichs sur les routes de la cocaïne. Et c’est pas du cinéma.

    https://www.france.tv/france-5/trafics/730191-les-routes-de-la-cocaine.html

    Le “white power” a toujours été de mode et de sortie, les salles obscures sous le Soleil de Satan, une légende bien vivante au sujet de la mort.

    Le cinéma en noir et blanc ou en couleur, c’est toujours une façon de montrer la réalité, à nous de la voir en se voilant la face, façon autruche, ou en pie de cérémonie, à chacun de voir.

    Lien permanent Catégories : culture, Film
  • Les petits libres entrepreneurs de l'économie collaborative

    Le responsable de la plateforme du grand Débat d'Emmanuel Macron (1) a été propulsé à la fois par OuiShare et les milieux de droite et d'extrême-droite. Cyril Lage a été un SpinPartners de l'Ecole de Guerre Economique de Christian Harbulot (2). Christian Harbulot est formateur à l'Institut de Formation Politique de la famille Millon et de l'IFRAP, ils forment des cadres de LR, du FN et participe au projet d'Union de droites. Avec Charles Beigbeder (cofondateur de l'Ecole de Marion Maréchal Le Pen), il participe via les réseaux AUDACE, de la formation à la libre-entreprise (3).

    Le levier de la Démocratie Directe, également porté par Etienne Chouard qui est aujourd'hui employé officiellement par les réseaux d'extrême-droite (Sud Radio avec Denis Florent Cheyrouze de l'Opus Dei et Didier Maïsto proche de TVLibertés et de RT), est une des revendications des droites formées aux grands groupes d'influence libertariens et libéraux conservateurs de Washington (Bourse Tocqueville).

    (1) https://lesjours.fr/obsessions/gilets-jaunes/ep29-cyril-lage-1/?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=episode-sharing&utm_content=gilets-jaunes%20ep29-cyril-lage-1&fbclid=IwAR1Zg97PHENzCbXrtjlij_zsK3Lel32JieM_GRHE6zKXkdUEE1ixWAMxfZ4 (2)https://www.maddyness.com/2018/04/30/cyril-lage-je-fais-ce-que-je-peux-a-mon-echelle-pour-changer-le-monde/ (3)http://jeunesactifs-patriotes.fr/contenus/uploads/2016/08/Plaquette-de-pre%CC%81sentation-AUDACE.pdf

  • Macron offre les données des Français à une cousine de Cambridge Analytica

    En 2014, je dénonçais un étrange œcuménisme autour d'un mystérieux lobbyiste d'extrême-droite au sein de l'Assemblée Nationale (un lobbyiste formé par le même Christian Harbulot cité dans mon post précédent) , aujourd’hui, le monde étant petit, c'est le même personnage, Cyril Lage en l'occurrence, qui s'occupe du Grand Débat National ...

    http://orianeborja.hautetfort.com/archive/2014/07/24/marion-marechal-le-pen-et-louis-aliot-se-mettent-ala-botte-des-spins-doctor.html

    C'est donc un groupe privé lobbyiste d'extrême-droite qui, moyennant un million d'euros d'argent public, va analyser et "sauvegarder" les données-doléances les plus profondes des Français, avec des logiciels dont ils sont les seuls à connaître les paramètres, soit une cousine de Cambridge Analytica qui s'est vu offrir tout cela par Macron ...

    https://lesjours.fr/obsessions/gilets-jaunes/ep29-cyril-lage-1/?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=episode-sharing&utm_content=gilets-jaunes%20ep29-cyril-lage-1&fbclid=IwAR2ciaPDbpBD8u0n-ypy4bMv2pnw9JpoVStD0TbRh3lBVbdyJfQHq5NYh3k

  • Les réseaux auxquels est rattaché le pion Eric Delbecque, un activisme anti-Etat international

    Eric Delbecque, pseudo expert et vrai escroc, tourne actuellement dans les media pour dénoncer la dangerosité organisée et internationale de l'extrême-gauche.

    Dont acte.

    Là où le bât blesse, c'est qu'il ne nous explique pas, qu'en même temps, il fait partie, avec son coreligionnaire Christian Harbulot, des réseaux d'extrême-droite internationaux qui participent de l'activisme appelant au chaos contre les Etats en collaboration précise avec les réseaux d'extrême-gauche qu'il dénonce, et dans les mêmes buts.

    Eric Delbecque est de tous les réseaux de Harbulot (école bidon d'Intelligence Economique davantage relais de propagande libérale intégriste sans avoir l'air d'y toucher).
    Harbulot est formateur des écoles de Charles Millon et Beigbeder prônant l'union des droites et formant les activistes d'extrême-droite en France et à l'international.
    Harbulot circule dans les réseaux religieux libéraux internationaux de Audace (Charles Beigbeder), et notamment en Afrique.
    En lien avec l'école dont Marion Maréchal Le Pen est la potiche avancée.
    Or les cadres qui pilotent directement Maréchal, ne cachent même pas leur activisme d'extrême-droite, en lien direct avec les Black Blocs, à tous les endroits de la planète où ils tentent de déstabiliser les Etats.
    Ce sont les pseudo penseurs de l'Incorrect, issus des différentes scissions de l'Action Française qui sont aux manettes.

    Mais comme par hasard, Eric Delbecque feint l'hémiplégie en ne racontant que la part du gâteau qu'il a envie de dévoiler alors qu'il est complètement entarté dedans.


    Nouvelles de France est un media activiste issu de la Bourse Tocqueville de Washington, il y fait tourner son réseau libéral intégriste : Monde et Vie, Harbulot, le mentor d'Eric Delbecque, et Maréchal Le Pen :

    https://www.ndf.fr/nos-breves/12-01-2016/78177/?fbclid=IwAR2Xl12TUuEyoOwSb8DZqqqqS7qlN5qTD1aHT_PEcgGeliD1li5VQaMu2Mo

  • Une guerre des boutons de façade, derrière, les réseaux les plus organisés et les plus puissants.

    L'alliance rouge brun, juste avant de fonder l'IFP de Millon et l'école de Marion Maréchal ...

    "C’est alors qu’un autre Cohen fait son apparition, Philippe de son prénom. Ce journaliste de Marianne, aujourd’hui défunt, venu du trotskisme, mais excédé par la pensée dominante, notamment sur la question européenne, lance en 1998 la Fondation Marc Bloch (qui deviendra la Fondation du 2 Mars), destinée à rassembler toutes les bonnes volontés dissidentes. Ce think tank compte parmi ses membres des « souverainistes des deux rives », comme Pierre-André Taguieff, Élisabeth Lévy, Henri Guaino, Emmanuel Todd, Paul-Marie Coûteaux, Marc Cohen, Philippe Raynaud, Jean-Pierre Le Goff, Jean-François Colosimo, ou encore Luc Richard et Sébastien Lapaque, les fondateurs de la revue royaliste Immédiatement. C’est la première entreprise d’envergure de destruction du « politiquement correct ». Quoique ses nombreux membres divergent sur certains points, elle bat en brèche les dogmes de l’Europe de Bruxelles ou de l’immigrationnisme, et commence à proposer des alternatives souverainistes ou « républicaines », comme on dit alors. Son travail accouchera quatre ans plus tard de la candidature de Chevènement, qui fut cependant un échec, et parallèlement du premier livre d’Élisabeth Lévy, les Maîtres censeurs (JC Lattès, 2002), qui résonne comme un coup de tonnerre dans le monde intellectuel français. À la petite équipe se sont greffés entre-temps la jeune Natacha Polony, Éric Zemmour, et des écrivains comme Philippe Muray (qui officiait déjà dans L’Idiot) ou Maurice G. Dantec, ainsi que le philosophe Alain Finkielkraut. Même si cette année 2002 est marquée par les manifestations anti-Le Pen, que Muray qualifiait de « shame pride » (la fierté de la honte), la dynamique est en train de s’inverser et la vague commence à se former, avant de déferler."


    LANEF.NET
    Les « nouveaux réacs » - La Nef
    Face au joug pesant de la pensée unique, une résistance se met en place à la fin des années 1990. Panorama de ceux que la gauche nomme avec mépris les « nouveaux réactionnaires ». Nous sommes en 1993. Toute la France est occupée par la pensée de gauche, version mitterrandienne, et la chape...



    Des liens politiques à connaître pour comprendre les réseaux anarchistes proches de l'Opus dei.
    Les liens extrême-droite/CNT/Black Bloc, pour ceux qui en douteraient.


    "La revue, « post-royaliste », avait intégré dès le début la critique situationniste et se référait à Guy Debord et très vite à l’Encyclopédie des Nuisances, entre autres. Ce furent de vraies années de « formation intellectuelle », sur le tas. Des années de lecture (et d’écriture) : Georges Bernanos, Simone Weil, Guy Debord, Ernst Jünger, George Orwell… Et l’Encyclopédie des Nuisances, Tiqqun, etc. Des années d’effervescence, de rencontres : quand on fait la liste des personnes qui sont intervenues dans Immédiatement, sous forme d’articles, d’entretiens, et même de conférences du Cercle Immédiatement, c’est impressionnant : Michel Houellebecq, Emmanuel Todd, Gilles Châtelet, Serge Latouche, Jean-Claude Michéa… Des dizaines de noms comme ça – Max Gallo, Régis Debray, Pierre-André Taguieff, etc. Des tas d’écrivains aussi, comme Frédéric Fajardie, Jérôme Leroy, François Taillandier, la chronique de Philippe Muray, etc. On publiait une nouvelle dans chaque numéro. Et puis des tas de journalistes, bien reconnus depuis : Philippe Cohen, Elisabeth Lévy, Joseph Macé-Scaron, j’en passe et des meilleurs (et des pires aussi…).

    On a participé à la création de la Fondation Marc Bloch devenue Fondation du 2 Mars, j’ai créé avec David Todd, le fils d’Emmanuel Todd, la section Sciences-Po Paris de la Fondation Marc Bloch, on a organisé avec les Verts Sciences-Po un débat « Démocratie de marché ou République sociale » entre Henri Guaino et Daniel Cohn-Bendit, le grand amphi Boutmy était plein à craquer, Richard Descoing a refusé les chaînes de télévision. Sous l’influence plus politique des anciens d’AF qui étaient aussi les aînés – le « politique d’abord » – la revue a soutenu la candidature du RPF de Charles Pasqua aux élections européennes de 1999, puis celle de Jean-Pierre Chevènement aux élections présidentielles de 2002. L’idée était alors de promouvoir et soutenir toutes les propositions politiques souverainistes, pour que ça ne se résume pas au Front national. C’était un peu la tendance « nationale-républicaine » d’Immédiatement, incarnée surtout par les anciens d’AF, qui cherchaient leur Monck dans les candidats du moment. Jacques de Guillebon nous a rejoint au début du millénaire, on est devenus de plus en plus situationnistes, anticapitalistes, anarchistes, écologistes, anti-industriels, technophobes – ou plutôt, cette tendance des « jeunes » s’est de plus en plus exprimée dans la revue.

    En juillet 2001, c’est l’inévitable scission, qui recoupe à peu près les tendances de la création : Sébastien Lapaque, soutenu par Stéphane Tilloy, Nicolas Vey, Louis-Xavier Perez, tente un putsch contre Luc Richard pour reprendre le contrôle total de la revue, et tente de placer Jérôme Besnard, qui naviguait plutôt dans les eaux de la revue Les Épées. Le fameux fantasme maurrassien du « coup de force », tenté en interne ! De l’autre côté, Luc Richard, Véronique Hallereau, Nicolas Vimar, Jean-Paul Duarte qui était devenu militant CNT. Le « puputsch », comme on disait après pour se marrer, tourne au fiasco, et toute l’équipe putschiste quitte la revue, juste avant notre départ pour Gênes. Outre des querelles de personnes et des désaccords éditoriaux, stratégiques et tactiques, il y avait aussi un différend politique et idéologique derrière tout ça, entre les « maurrassiens-républicains » et les « anarcho-situationnistes ».

    Dans la foulée nous partons pour Gênes, avec Jean-Paul Duarte, Luc Richard, et notre ami de Marseille Valeilles de Montmirail qui avait aussi évolué vers l’anarcho-situationnisme. Là, nous rejoignons directement le Black Bloc, où évoluaient aussi Julien Coupat et l’équipe de Tiqqun, et participons plus qu’activement à toutes ses actions – même légales… Nous en avons fait le récit détaillé dans Immédiatement : nous étions à la pointe avancée de toutes les actions, et avons assisté et participé à tous les évènements les plus aigus – dont l’assassinat de Carlo Giulani, juste à nos côtés. Nous partons dans les mois qui suivent, avec Jacques de Guillebon, Luc Richard et Jean-Paul Duarte, rejoindre le Black Bloc à un contre-sommet européen à Bruxelles, puis au printemps suivant à Barcelone.

    Nous devenons de plus en plus nous-mêmes, c’est-à-dire anticapitalistes, écologistes, etc. Et en même temps de plus en plus chrétiens, dans une lecture prophétique, apocalyptique, révolutionnaire, anarchiste voire communiste du christianisme. De plus en plus radicaux, et de plus en plus chrétiens en même temps. Avec Jacques de Guillebon, nous lisions Girard, Ellul, la Bible, les Pères de l’Église, les grands théologiens, nous théorisions et pratiquions avec Jacques la « théologie directe », etc. "


    Gaver explique ensuite comment Causeur (Zimmern, IFRAP, Levy, Beigbeder) apris le relais.


    PHILITT.FR
    Falk van Gaver : « Il n’y a rien d’équivalent à Immédiatement dans la presse aujourd’hui »
    L’essayiste Falk van Gaver retrace dans cet entretien l’évolution d’Immédiatement dont il est devenu le rédacteur en chef en 2001. Tiraillée entre deux tendances, les « maurrassie…



    Je rappelle donc, Jacques de Guillebon est un des fondateurs de l'Ecole de Marion Maréchal Le Pen, avec Charles Beigbeder, Millon ...


    Jacques de Guillebon, "journaliste" à Valeurs actuelles, Famille Chrétienne, Figaro, Marianne, Spectacle du Monde, l'Homme Nouveau, Atlantico, Causeur, La Nef, l'incorrect (bref toute la clique d'extrême-droite d' l'Union de droites), très proche de Chantal Delsol (épouse de Charles Millon), fondateur de l'école de Marion Maréchal Le Pen dont il est conseiller, a été un soutien appuyé de Julien Coupat et du Groupe du Tarnac. Il est l'auteur notamment de L'Anarchisme chrétien, aux éditions de L'Œuvre.



    Il faut comprendre pourquoi Frédéric Taddei donnait la parole dans son émission à l'extrême gauche et à l'extrême-droite, et finit à RT.


    Quand Taddei "faisait le job" comme dirait Alain Soral (avant de travailler plus officiellement pour les réseaux libertariens américains à RT), laissant la parole à des petits fils de bourgeois (Mathieu Burnel), qui peuvent aussi bien être des fils de banlieue comme un Drouet, enfants gâtés pourris répétant des poncifs révolutionnaires à deux balles.
    Ces gamins n'ont juste jamais reçu l'autorité nécessaire et veulent foutre une baffe à leur père dans l'inconsciente attente qu'ils ont de ne jamais en avoir reçu de leur part.

    Ceux-là ignorent ce que signifie la police, nos baillis et sénéchaux, et combien ils font de nous société.

    En l'absence, ils n'auront qu'un shérif (identique à une police municipale, c'est votre maire qui ferait la loi), un policier russe ou africain, c'est-à-dire une milice gardant des intérêts maffieux.

    Les libertariens américains ont mis en place au niveau mondial, la rébellion contre l’État, en pilotant des petites frappes qui entendent bien imposer leurs lois de caïds.

    Ce qui ne laissera la place, et c'est le but, qu'aux plus grandes maffia qui les emploient de gré ou à l'insu de leur plein gré.


    Taddei invitant tour à tour ses proches : Mathieu Burnel du Groupe du Tarnac, Soral, Dieudonné, Alain de Benoist, Todd, Sapir, etc.



    https://www.facebook.com/loeilmediatique/videos/760987014283046/

    L'oeil médiatique
    5 février, 20:00 ·
    En 2014, sur le plateau de France 2, cet activiste prévoyait une insurrection !


    Crédit vidéo : France Télévisions


    Autre "proche de l'Opus Dei" autre fondateur de l'Ecole de Marion Maréchal le Pen.

    "Il participe à sa première campagne électorale aux côtés de Raymond Barre, pour les élections municipales de 1995 à Lyon. Il démissionne cependant entre les deux tours de la liste menée par Jean-Michel Dubernard dans le 6e arrondissement en raison de divergences d'opinions.

    En 1998, il est élu sur la liste de Charles Millon au conseil régional de Rhône-Alpes et devient président de la commission Transport.

    Élu député européen en 2004, pour la région Sud-Est, il représente avec Philippe de Villiers et Paul-Marie Coûteaux le souverainisme français au Parlement européen. Il siège pendant cinq ans au sein du groupe Indépendance/Démocratie. Lors de la législature européenne 2004-2009, Patrick Louis a été présent à plus de 83 % des sessions du Parlement européen (250 jours sur 298)2. 55 % de ses votes enregistrés (en) (2 732 sur 4 250) sont conformes au vote majoritaire de son groupe parlementaire, le Groupe Indépendance/Démocratie2. En outre, il a voté en accord avec les autres eurodéputés français dans 31 % des cas2.

    Il est le coordinateur du MPF pour la région Rhône-Alpes et l'animateur du mouvement "Combat pour les Valeurs". Lors du bureau politique du MPF du 17 mai 2008, Patrick Louis est nommé secrétaire général, soit numéro deux du mouvement.

    En décembre 2006, il se déclare candidat aux élections municipales de 2008 à Lyon mais se rallie finalement à Dominique Perben (UMP). En mars 2008, il est élu conseiller d'arrondissement dans le 6e, puis conseiller communautaire du Grand Lyon.

    En mars 2010, il est de nouveau élu conseiller régional en Rhône-Alpes et siège dans le groupe Union de la droite et du centre.

    Il a envisagé avec Christine Boutin une liste commune aux élections européennes de 20143 mais y renonce peu de temps après4.

    À partir de juin 2018, il préside le conseil scientifique de l'Institut des sciences sociales, économiques et politiques en tandem avec Jacques de Guillebon5."

    FR.WIKIPEDIA.ORG
    Patrick Louis (homme politique) — Wikipédia
    Député européen entre 2004 et 2009, il est secrétaire général du Mouvement pour la France depuis 2008. Il a été conseiller du 6e arrondissement de Lyon et conseiller de la communauté urbaine de Lyon de 2008 à 2014. Conseiller régional de Rhône-Alpes de 1998 à 2004 puis de 2010 à 2015...




  • Ils voulaient être Dieu contre César, ils finiront à tous les diables


    Renaud Dely recevait Rachida Dati sur France Info ce matin.
    Il lui posait la question de son engagement au côté de François-Xavier Bellamy, vraisemblable tête de liste LR aux prochaines élections européennes.

    Rien que le prénom, mon oncle se nomme François-Xavier, il a été mis au séminaire à cinq ans et forcé à devenir prêtre, comme cela se fait dans toute bonne famille bourgeoise catho.

    C'est que Françou (en hommage à mon tonton qu'on appelle "TontonSou") Bellamy n'est pas n'importe qui.

    Chef des "Veilleurs" durant la manif Pour Tous, ce mouvement se chargeait de passer ses jours et ses nuits sur le parvis des églises, allongé par terre avec même pas la Bible pour oreiller, afin de prier et cierger tous les alentours afin d'obliger Satan à stopper ses méfaits.

    Bref, tout un programme politique qui sied bien à droite, qui, pour ne point perdre son "Sens Commun", s'entiche à la folie de ses ouailles d'un autre temps.
    Il ne s'agira pas ici de remonter tous leurs réseaux et implications dans tous les mouvements déstabilisateurs de ces dernières années, gilets jaunes bien compris, il y a assez de messes basses autour de leur sacro saint secret des affaires que de leurs pudibondes humbles réserves et discrétions quant à leur appartenance à l'Oeuvre de Dieu.

    Et puis ces gens-là sont de sacrés gaillards, que la loi divine s'abatte sur Ghosn, qu'un Bolloré et un bibendum Michelin surgissent comme par miracle et tout est pardonné (Si tu reviens tout est pardonné disait l'un des leurs).

    Mais revenons à notre Rachida, brebis égarée dans la gueule du loup.
    Telle la petite chèvre de monsieur Séguin, pas du genre à se laisser faire, elle en a vu d'autres, et de pédaler dans la semoule de la question du journaliste Observateur, mais de retomber sur ses pieds.

    On ne la lui fait pas, elle qui porte la toge blanche noire de Madame Veil.
    Oui, Rachida est obligée de nous rappeler qu'elle doit certains de ses diplômes en chocolat au fait du Prince, et que Simone, ayant sans doute comme un Roland Dumas sacrant avocat le compagnon de Marine le Pen, quelques comptes à régler avec ses anciens compagnons de fortune et d'infortune, la fit reine en lui offrant la profondeur qu'elle avait du mal à acquérir seule.

    Dans tous les cas, ne nous leurrons, pour asseoir sa place en politique, il faut avoir avaler autant de couleuvres qu'on a donné de coups de couteaux, la grande Simone comme tous les autres.
    Le paradoxe est le même, la translation identique.

    Personne ne s'est jamais posé la question de savoir pourquoi la loi sur l'IVG passe avec VGE et Raymond Barre aux commandes, notoirement "proches " comme on dit, de l'Opus Dei ?

    Madame Veil comme Rachida Dati aujourd'hui, sont des hommes de main à tout faire, et d'excellents pions pour les basses œuvres de l'Oeuvre.

    Raymond Barre sans doute tout heureux, mais pas encore gâteux, pour laisser croire à une apparition du "lobby juif", VGE qui, faisant passer la Loi sur le regroupement familial, permet là d'éviter une reproduction de l'ordre du "grand remplacement".

    La reproduction des sous-élites, ce n'est pas très opuso compatible.

    Car ne vous y fiez pas, Villiers n'était pas loin, et ce n'est ni à lui ni à la famille Gaymard que sont destinées ces lois de populasse.

    A moins que la consanguinité ait trop joué rendant la multiplication des petits opusiens impossible, ces familles sont très prolifiques, même la petite Christine Boutin entre deux psaumes, ne dit pas non à une petite partie de jambes en l'air avec son cousin germain, et attention de ne pas vous prendre un coup de la Sainte Bible si vous y voyez à redire. Comme elle n'a pas lu la Bible de toute façon car n’ayant pas appris l'hébreu, elle ignore tout des règles d'hygiènes de base, qu'il a fallu attribuer à Dieu afin de les imposer aux croyants ...

    Ce n'est pas là de la simple méchanceté de ma part (je vous vois venir), mais il fallait que j'appelle à venir à moi tous les petits enfants du Bon Dieu pour vous expliquer la chose.

    Voyez Christine, qu'on ne peut soupçonner un instant de pacte avec le diable, tout juste un nichon légèrement dévoilé sur une antenne télé pour montrer qu'elle n'est pas celle que vous croyez, et puis quoi, Kim Kardashian n'est pas seule sur le créneau de la communication à usage commerciale, si on veut vendre sa daube, il faut bien consentir à quelques sacrifices.

    Et voilà Christine, allant faire son marché manifestant à Washington dans l'antre du Resarch Family Council.

    Le RFC est la branche famille d'un des plus puissants groupes d'influence au monde, c'est là que la petite Maréchal a été reçue lors de son intronisation dans le petit monde international de l'extrême-droiture religioso libérale planétaire.

    L'Heritage Foundation, puisque c'est de lui dont il s'agit, a été notamment fondé par la famille de multimilliardaires Mellon Scaife, des entreprises et banques du même nom.

    Père issue de l'OSS, ancêtre de la CIA, ayant fait fortune dans les matières premières, ils sont également à l'origine du Planning Familial (horreur malheur, Vampirella en personne).

    Mais pas d'affolement, les Américains n'ont pas nos pudeurs, ils vous expliquent doctement que l'objet est de "rationaliser" la population noire, à qui les campagnes de "stérilisation" s'adressent prioritairement.

    Pour leur bien, ils sont pauvres, les pauvres.

    Du reste madame Boutin oublie ses vapeurs quand il s'agit de gagner des élections, la droite joue sa carte crédit catho avec ce genre de personnages, les petits arrangements avec dieu et le diable, c'est la même paroisse.

    Et quand madame Boutin va à Washington faire son école buissonnière en prenant des cours privés hors-contrat républicain, elle n'y va pas seule, mais en sainte Trinité, Franck Margain et Béatrice (Béa pour les intimes) Bourges.

    Et devinez quel grand saint manitou a ouvert la voie ?

    The Jack in the box, la famille Millon et Fils pardiou, au grand complet, qui forme religieusement tout un tas de petits protégés aux saintes huiles libérales, Ron et Rand Paul bien compris.

    Les deux pontes expliquant que la liberté passe avant tout.

    Alors la grande liberté, c'est un truc divin, sans Etat, exit César, reste ?

    Bref, j'ignore si François-Xavier Bellamy a accompli son pèlerinage dans les plus puissants groupes d’influence, le fait est qu'il en a reçu l'onction.

    Et si Rachida y trouve son compte, au moins bancaire, elle pourra toujours feindre les premières communiantes en nous jouant le sermon attendu d'elle, de Jeannette Bougrab ou d'une autre Zineb, toutes Gatestone pratiquantes.

    Mais ne nous y trompons pas, comme le groupe Lafarge, entre deux messes, financent Daech en deniers du culte dollars, bénis par Dieu, il serait mal comprendre l'intégrisme libéral si on ne comprend pas, qu'en même temps, Jour de Colère et Farida Belghoul sont chargés d'agiter les milieux musulmans et Fils de France, la succursale de Camel Bechick, de les rassembler au sein de la mouvance.

    Leur dieu n'a d'ennemi que l'Etat, ne l'oublions jamais, le reste n'est que decorum.

    Quels réseaux plus maillés, plus fidèles et plus lucratifs que celui des croyants ?
    Les politiques l'ont toujours compris, et de s'y adosser, le monde économique encore davantage visiblement.

    Pourtant, en France, il existe une singularité, l'exemple de Richelieu en est un grand symbole, cardinal, il fut surtout un de nos plus grands serviteurs de l’État, lui qui avouait sur son lit de mort qu'il n'avait jamais eu d'autres ennemis que ceux de l'Etat.

    Comme les époques passent mais les éternelles querelles restent, comme nous comprenons Richelieu et nous confondons à son service, celui que la parole de Dieu réserve à César, mieux vaut s'adresser à ces affaires plutôt qu'à ses saints, rien de nouveau sous le soleil de Satan.

  • Les voeux pieux du président des riches

    C'est donc un menhir (homme debout) comparé au dolmen, couché abattu de décembre, qui nous a présenté ses voeux.

    Une érection politique due à l'espoir des "réformes nécessaires" qui animent Emmanuel Macron et qui consistent, ne nous y trompons pas, à s'aligner sur les directives libérales initiées par l'Union Européenne.

    Car oui dans cet enchaînement-là, there is no alternative et le logiciel macronien est programmé à cet échéance.


    La démocratie du non-choix est celle qui réduit le politique au plus petit dénominateur commun qui ne saurait être que le plus grand diviseur commun social puisqu'il ne peut que nous confondre avec la courbe toujours ascendante des inégalités.

    Inégalités sociales et jusque devant l'impôt que seule la progressivité peut rendre juste, couplées à une inégalité de genre car dans cette injustice, les femmes car les plus mal considérées et loties, subiront toujours la double peine d'un système libéral qui les réduit à une simple variable d'ajustement.

    La sacro-sainte flexibilité demandée par un monde où l'économie domine le politique va de pair avec la simple volonté de ne jamais donner de statut réel aux travailleurs les plus pauvres.

    Ce sont eux (et rappelons-le, elles), qui servent à faire tenir tout l'" équilibre" de la pyramide, sans l'écrasement par le bas de la base laborieuse, l'édifice pyramidal s'effondrerait comme château de cartes.

    Le "modèle" allemand si souvent porté aux nues n'est jamais que la consécration flamboyante de cette saloperie économique.
    La femme comme le travailleur étranger venant occuper ce poste clef de voûte de la domination par et pour l'argent.

    Main d'oeuvre jetable et interchangeable à volonté puisque la pauvreté n'est pas denrée rare et que la poule aux œufs d'or est fabriquée en quantité industrielle.

    Déstabilisation des pays pourvoyeurs de souffrance humaine acculée à s'offrir au marché occidental et déconsidération volontaire de la femme dont on nie sciemment les multiples rôles porteurs de la société.

    Le géant Atlas qui porte le monde, c'est la femme pauvre, elle le fait comme si ce rôle lui avait été dévolu sur ordre divin, à l'heure des super héros hollywoodiens femmes ou de couleur, phantasme bien maintenu à cet état par des règles qui resteront inchangées dans le monde du marché puisqu'il ne tient qu'à ce fil, celui de donner un statut qui tiendrait enfin compte du fait que la précarité, ça se paie.

    75 % du travail précaire est un temps partiel subi, si on rémunérait cet aléa, le politique reprendrait ses droits sur l'économique et la face du monde en serait changée, combien de temps César restera-t-il insensible à cela ?

  • Etat versus activisme, balle au centre

    Face à l'utilisation de l'Internet par les groupes d'influence, les Etats réagissent heureusement et ont enjoint les GAFA à agir contre les agissements des activistes qui font remonter artificiellement leurs actions par des algorithmes falsifiés.

    Certes des manipulations portent encore aujourd'hui leurs fruits, -les Gilets Jaunes en sont une émanation, comme la Manif Pour Tous (même si les relais de terrain comme les Eglises et autres chapelles ont été naturellement actionnés, comme les plus traditionnels partis politiques), comme les Jours de Colère et autres Nuits Debout- mais les suppressions sont effectives et les capacités de nuisances virtuelles s'amoindrissent.

    Les fora de JeuxVidéos.com sont surveillés, la première plateforme de discussion de France a été sommée de réagir face à l'entrisme et au trollage dont ils faisaient l'objet, touchant des dizaines de millions de jeunes, avec une puissance de frappe considérable.

    You Tube et Facebook étant évidemment concernés, ces remous font déjà des vagues au sein d'ER puisque des droits sonnants et trébuchants s'associaient à ces comptes fallacieux artificiellement gonflés, ces réseaux utilisant les moyens de l'ennemi pour se financer.

    Et même s'il persistera toujours un fonctionnement intrinsèque du monde 2.0 qui favorisera une liberté d'expression totalement biaisée à la base.
    Je suis, en tant que rédacteur au site Agoravox, bien placée pour savoir comment cela fonctionne.
    Mon introduction dans le réseau y ayant été permise grâce à ER et au Front, puis, mes articles censurés par mes anciens camarades de jeu, puis adoubés par les réseaux de gauche plus radicale, et enfin, plutôt adulés comme détestés des uns et des autres car tapant trop sur tout le monde à la hauteur du grade de chaque saloperie découverte.

    La liberté d'expression a surtout ses limites au sein de ses plus fervents tenants ...


    Pour ce qui est des États, ils ont toujours un temps de latence pour répondre aux attaques ennemies, celui de l'analyse et de la riposte. Les voyous utiliseront toujours de nouvelles méthodes mais on avance dans la connaissance des données d'escroqueries utilisées via les nouvelles technologies.

    Et restent toujours des méthodes plus traditionnelles en utilisant des moyens légaux qui demeurent efficaces.


    Ainsi même si Le Rassemblement National arrivait au pouvoir par des concours de circonstances, il vivrait les mêmes moments qu'un Macron aujourd'hui.

    Il faut bien comprendre que ce ne sont ni Hollande, ni Macron ni demain Le Pen qui sont visés, mais l'Etat.

    Macron a beau avoir toutes les volontés de réformes qu'il veut, notre Etat est très solide et seul le chaos pourrait entraîner sa chute.

    Ce chaos est l'objectif des forces libérales à l'oeuvre.

    Ces forces ne sont pas des lubbies de complotiste, elles ont des visages et des moyens, elles ont pénétré tous les milieux depuis des dizaines d'années selon des techniques précises.

    Elles ont mené à la Manif Pour Tous hier, aux Gilets jaunes aujourd'hui, en passant par les Jours de Colère ou les Nuits Debout.

    Elles agissent de façon transversale dans tous les milieux politiques, économiques, médiatiques, culturels, universitaires, même notre renseignement est travaillé par ces réseaux.


    Evidemment, les groupes d'influence qui manipulent les masses dans le but de déstabiliser les Etats voient dans le traitement qu'ils subissent par un contrôle plus intensif de leurs vecteurs de pénétration, un complot contre leur liberté et la preuve qu'ils seraient dans le vrai.


    Ajoutons que les méthodes de Cambridge Analytica n'étaient pas nouvelles et ont été utilisées par la CIA au moment des révolutions colorées, BHL comme les Glucksman auraient beau jeu de critiquer celui d'un Bannon, d'autant que parfois, les fils se touchent ...

    Et puis les activistes peuvent toujours encore se rabattre sur le téléphone de RTL, de RMC ou de Sud Radio, d'autant que les présentateurs sont tout prêts à collaborer.

    Et l'IFRAP ayant placé Natacha Polony un peu partout et notamment à la tête de Marianne, la république a toujours de quoi trembler en croyant dormir sur ses deux oreilles.

  • Contrepoints fait le coup de poing avec son réseau subalterne, et laisse Le Monde ébahi

    Le Monde qui site Contrepoints, qui est un des sites des libertariens et libéraux cons américains, issu de la Bourse Tocqueville et formé directement à Washington, la fachosphère la plus sérieuse implantée en France.

    Reste que les transferts de souveraineté datent malheureusement d'avant 73 et que Maastricht a totalement parachevé l'ablation de notre souveraineté monétaire.
    Quant à Contrepoints de vue de Washington, étant donné que pour eux, tout doit à terme passer dans les mains du privé ...

    Le mystère réside pour moi dans le fait que Contrepoints (issu de la Bourse Tocqueville de Contribuables Associés) est intimement lié aux souverainistes, John Laughland, homme lige de Ron Paul en Europe, est de toutes les sauteries souverainistes.

    Certes il faut tenir compte des querelles libérales qui opposent les tenants de l’anéantissement total de l'Etat et ceux de sa restriction minimale, notamment aux droits régaliens (ce qui oppose par exemple les très liés Farage et Dupont Aignan).

    Le fait est que les économistes de Contrepoints connaissent bien les hommes de leurs propres réseaux et ont pu bien identifier la personne à l'origine de la diffusion de la théorie qui a ensuite inondé la fachosphère plus guignol .

    Mais Le Monde qui se réfère aux sites de Radio Courtoisie, ça fait toujours un peu sourire, d'autant que bien qu'intégrés aux plus puissants groupes d'influence de Washington et donc du monde, ils devraient rester assez confidentiels en terme d'existence réelle, ne serait-ce que pour s'en tenir à la fameuse dichotomie maurrassienne.


    LEMONDE.FR
    Non, la loi « Pompidou-Giscard-Rothschild » de 1973 n’a pas créé la dette française