Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Chacun est seul responsable de tous"

  • Une guerre des boutons de façade, derrière, les réseaux les plus organisés et les plus puissants.

    L'alliance rouge brun, juste avant de fonder l'IFP de Millon et l'école de Marion Maréchal ...

    "C’est alors qu’un autre Cohen fait son apparition, Philippe de son prénom. Ce journaliste de Marianne, aujourd’hui défunt, venu du trotskisme, mais excédé par la pensée dominante, notamment sur la question européenne, lance en 1998 la Fondation Marc Bloch (qui deviendra la Fondation du 2 Mars), destinée à rassembler toutes les bonnes volontés dissidentes. Ce think tank compte parmi ses membres des « souverainistes des deux rives », comme Pierre-André Taguieff, Élisabeth Lévy, Henri Guaino, Emmanuel Todd, Paul-Marie Coûteaux, Marc Cohen, Philippe Raynaud, Jean-Pierre Le Goff, Jean-François Colosimo, ou encore Luc Richard et Sébastien Lapaque, les fondateurs de la revue royaliste Immédiatement. C’est la première entreprise d’envergure de destruction du « politiquement correct ». Quoique ses nombreux membres divergent sur certains points, elle bat en brèche les dogmes de l’Europe de Bruxelles ou de l’immigrationnisme, et commence à proposer des alternatives souverainistes ou « républicaines », comme on dit alors. Son travail accouchera quatre ans plus tard de la candidature de Chevènement, qui fut cependant un échec, et parallèlement du premier livre d’Élisabeth Lévy, les Maîtres censeurs (JC Lattès, 2002), qui résonne comme un coup de tonnerre dans le monde intellectuel français. À la petite équipe se sont greffés entre-temps la jeune Natacha Polony, Éric Zemmour, et des écrivains comme Philippe Muray (qui officiait déjà dans L’Idiot) ou Maurice G. Dantec, ainsi que le philosophe Alain Finkielkraut. Même si cette année 2002 est marquée par les manifestations anti-Le Pen, que Muray qualifiait de « shame pride » (la fierté de la honte), la dynamique est en train de s’inverser et la vague commence à se former, avant de déferler."


    LANEF.NET
    Les « nouveaux réacs » - La Nef
    Face au joug pesant de la pensée unique, une résistance se met en place à la fin des années 1990. Panorama de ceux que la gauche nomme avec mépris les « nouveaux réactionnaires ». Nous sommes en 1993. Toute la France est occupée par la pensée de gauche, version mitterrandienne, et la chape...



    Des liens politiques à connaître pour comprendre les réseaux anarchistes proches de l'Opus dei.
    Les liens extrême-droite/CNT/Black Bloc, pour ceux qui en douteraient.


    "La revue, « post-royaliste », avait intégré dès le début la critique situationniste et se référait à Guy Debord et très vite à l’Encyclopédie des Nuisances, entre autres. Ce furent de vraies années de « formation intellectuelle », sur le tas. Des années de lecture (et d’écriture) : Georges Bernanos, Simone Weil, Guy Debord, Ernst Jünger, George Orwell… Et l’Encyclopédie des Nuisances, Tiqqun, etc. Des années d’effervescence, de rencontres : quand on fait la liste des personnes qui sont intervenues dans Immédiatement, sous forme d’articles, d’entretiens, et même de conférences du Cercle Immédiatement, c’est impressionnant : Michel Houellebecq, Emmanuel Todd, Gilles Châtelet, Serge Latouche, Jean-Claude Michéa… Des dizaines de noms comme ça – Max Gallo, Régis Debray, Pierre-André Taguieff, etc. Des tas d’écrivains aussi, comme Frédéric Fajardie, Jérôme Leroy, François Taillandier, la chronique de Philippe Muray, etc. On publiait une nouvelle dans chaque numéro. Et puis des tas de journalistes, bien reconnus depuis : Philippe Cohen, Elisabeth Lévy, Joseph Macé-Scaron, j’en passe et des meilleurs (et des pires aussi…).

    On a participé à la création de la Fondation Marc Bloch devenue Fondation du 2 Mars, j’ai créé avec David Todd, le fils d’Emmanuel Todd, la section Sciences-Po Paris de la Fondation Marc Bloch, on a organisé avec les Verts Sciences-Po un débat « Démocratie de marché ou République sociale » entre Henri Guaino et Daniel Cohn-Bendit, le grand amphi Boutmy était plein à craquer, Richard Descoing a refusé les chaînes de télévision. Sous l’influence plus politique des anciens d’AF qui étaient aussi les aînés – le « politique d’abord » – la revue a soutenu la candidature du RPF de Charles Pasqua aux élections européennes de 1999, puis celle de Jean-Pierre Chevènement aux élections présidentielles de 2002. L’idée était alors de promouvoir et soutenir toutes les propositions politiques souverainistes, pour que ça ne se résume pas au Front national. C’était un peu la tendance « nationale-républicaine » d’Immédiatement, incarnée surtout par les anciens d’AF, qui cherchaient leur Monck dans les candidats du moment. Jacques de Guillebon nous a rejoint au début du millénaire, on est devenus de plus en plus situationnistes, anticapitalistes, anarchistes, écologistes, anti-industriels, technophobes – ou plutôt, cette tendance des « jeunes » s’est de plus en plus exprimée dans la revue.

    En juillet 2001, c’est l’inévitable scission, qui recoupe à peu près les tendances de la création : Sébastien Lapaque, soutenu par Stéphane Tilloy, Nicolas Vey, Louis-Xavier Perez, tente un putsch contre Luc Richard pour reprendre le contrôle total de la revue, et tente de placer Jérôme Besnard, qui naviguait plutôt dans les eaux de la revue Les Épées. Le fameux fantasme maurrassien du « coup de force », tenté en interne ! De l’autre côté, Luc Richard, Véronique Hallereau, Nicolas Vimar, Jean-Paul Duarte qui était devenu militant CNT. Le « puputsch », comme on disait après pour se marrer, tourne au fiasco, et toute l’équipe putschiste quitte la revue, juste avant notre départ pour Gênes. Outre des querelles de personnes et des désaccords éditoriaux, stratégiques et tactiques, il y avait aussi un différend politique et idéologique derrière tout ça, entre les « maurrassiens-républicains » et les « anarcho-situationnistes ».

    Dans la foulée nous partons pour Gênes, avec Jean-Paul Duarte, Luc Richard, et notre ami de Marseille Valeilles de Montmirail qui avait aussi évolué vers l’anarcho-situationnisme. Là, nous rejoignons directement le Black Bloc, où évoluaient aussi Julien Coupat et l’équipe de Tiqqun, et participons plus qu’activement à toutes ses actions – même légales… Nous en avons fait le récit détaillé dans Immédiatement : nous étions à la pointe avancée de toutes les actions, et avons assisté et participé à tous les évènements les plus aigus – dont l’assassinat de Carlo Giulani, juste à nos côtés. Nous partons dans les mois qui suivent, avec Jacques de Guillebon, Luc Richard et Jean-Paul Duarte, rejoindre le Black Bloc à un contre-sommet européen à Bruxelles, puis au printemps suivant à Barcelone.

    Nous devenons de plus en plus nous-mêmes, c’est-à-dire anticapitalistes, écologistes, etc. Et en même temps de plus en plus chrétiens, dans une lecture prophétique, apocalyptique, révolutionnaire, anarchiste voire communiste du christianisme. De plus en plus radicaux, et de plus en plus chrétiens en même temps. Avec Jacques de Guillebon, nous lisions Girard, Ellul, la Bible, les Pères de l’Église, les grands théologiens, nous théorisions et pratiquions avec Jacques la « théologie directe », etc. "


    Gaver explique ensuite comment Causeur (Zimmern, IFRAP, Levy, Beigbeder) apris le relais.


    PHILITT.FR
    Falk van Gaver : « Il n’y a rien d’équivalent à Immédiatement dans la presse aujourd’hui »
    L’essayiste Falk van Gaver retrace dans cet entretien l’évolution d’Immédiatement dont il est devenu le rédacteur en chef en 2001. Tiraillée entre deux tendances, les « maurrassie…



    Je rappelle donc, Jacques de Guillebon est un des fondateurs de l'Ecole de Marion Maréchal Le Pen, avec Charles Beigbeder, Millon ...


    Jacques de Guillebon, "journaliste" à Valeurs actuelles, Famille Chrétienne, Figaro, Marianne, Spectacle du Monde, l'Homme Nouveau, Atlantico, Causeur, La Nef, l'incorrect (bref toute la clique d'extrême-droite d' l'Union de droites), très proche de Chantal Delsol (épouse de Charles Millon), fondateur de l'école de Marion Maréchal Le Pen dont il est conseiller, a été un soutien appuyé de Julien Coupat et du Groupe du Tarnac. Il est l'auteur notamment de L'Anarchisme chrétien, aux éditions de L'Œuvre.



    Il faut comprendre pourquoi Frédéric Taddei donnait la parole dans son émission à l'extrême gauche et à l'extrême-droite, et finit à RT.


    Quand Taddei "faisait le job" comme dirait Alain Soral (avant de travailler plus officiellement pour les réseaux libertariens américains à RT), laissant la parole à des petits fils de bourgeois (Mathieu Burnel), qui peuvent aussi bien être des fils de banlieue comme un Drouet, enfants gâtés pourris répétant des poncifs révolutionnaires à deux balles.
    Ces gamins n'ont juste jamais reçu l'autorité nécessaire et veulent foutre une baffe à leur père dans l'inconsciente attente qu'ils ont de ne jamais en avoir reçu de leur part.

    Ceux-là ignorent ce que signifie la police, nos baillis et sénéchaux, et combien ils font de nous société.

    En l'absence, ils n'auront qu'un shérif (identique à une police municipale, c'est votre maire qui ferait la loi), un policier russe ou africain, c'est-à-dire une milice gardant des intérêts maffieux.

    Les libertariens américains ont mis en place au niveau mondial, la rébellion contre l’État, en pilotant des petites frappes qui entendent bien imposer leurs lois de caïds.

    Ce qui ne laissera la place, et c'est le but, qu'aux plus grandes maffia qui les emploient de gré ou à l'insu de leur plein gré.


    Taddei invitant tour à tour ses proches : Mathieu Burnel du Groupe du Tarnac, Soral, Dieudonné, Alain de Benoist, Todd, Sapir, etc.



    https://www.facebook.com/loeilmediatique/videos/760987014283046/

    L'oeil médiatique
    5 février, 20:00 ·
    En 2014, sur le plateau de France 2, cet activiste prévoyait une insurrection !


    Crédit vidéo : France Télévisions


    Autre "proche de l'Opus Dei" autre fondateur de l'Ecole de Marion Maréchal le Pen.

    "Il participe à sa première campagne électorale aux côtés de Raymond Barre, pour les élections municipales de 1995 à Lyon. Il démissionne cependant entre les deux tours de la liste menée par Jean-Michel Dubernard dans le 6e arrondissement en raison de divergences d'opinions.

    En 1998, il est élu sur la liste de Charles Millon au conseil régional de Rhône-Alpes et devient président de la commission Transport.

    Élu député européen en 2004, pour la région Sud-Est, il représente avec Philippe de Villiers et Paul-Marie Coûteaux le souverainisme français au Parlement européen. Il siège pendant cinq ans au sein du groupe Indépendance/Démocratie. Lors de la législature européenne 2004-2009, Patrick Louis a été présent à plus de 83 % des sessions du Parlement européen (250 jours sur 298)2. 55 % de ses votes enregistrés (en) (2 732 sur 4 250) sont conformes au vote majoritaire de son groupe parlementaire, le Groupe Indépendance/Démocratie2. En outre, il a voté en accord avec les autres eurodéputés français dans 31 % des cas2.

    Il est le coordinateur du MPF pour la région Rhône-Alpes et l'animateur du mouvement "Combat pour les Valeurs". Lors du bureau politique du MPF du 17 mai 2008, Patrick Louis est nommé secrétaire général, soit numéro deux du mouvement.

    En décembre 2006, il se déclare candidat aux élections municipales de 2008 à Lyon mais se rallie finalement à Dominique Perben (UMP). En mars 2008, il est élu conseiller d'arrondissement dans le 6e, puis conseiller communautaire du Grand Lyon.

    En mars 2010, il est de nouveau élu conseiller régional en Rhône-Alpes et siège dans le groupe Union de la droite et du centre.

    Il a envisagé avec Christine Boutin une liste commune aux élections européennes de 20143 mais y renonce peu de temps après4.

    À partir de juin 2018, il préside le conseil scientifique de l'Institut des sciences sociales, économiques et politiques en tandem avec Jacques de Guillebon5."

    FR.WIKIPEDIA.ORG
    Patrick Louis (homme politique) — Wikipédia
    Député européen entre 2004 et 2009, il est secrétaire général du Mouvement pour la France depuis 2008. Il a été conseiller du 6e arrondissement de Lyon et conseiller de la communauté urbaine de Lyon de 2008 à 2014. Conseiller régional de Rhône-Alpes de 1998 à 2004 puis de 2010 à 2015...




  • Ils voulaient être Dieu contre César, ils finiront à tous les diables


    Renaud Dely recevait Rachida Dati sur France Info ce matin.
    Il lui posait la question de son engagement au côté de François-Xavier Bellamy, vraisemblable tête de liste LR aux prochaines élections européennes.

    Rien que le prénom, mon oncle se nomme François-Xavier, il a été mis au séminaire à cinq ans et forcé à devenir prêtre, comme cela se fait dans toute bonne famille bourgeoise catho.

    C'est que Françou (en hommage à mon tonton qu'on appelle "TontonSou") Bellamy n'est pas n'importe qui.

    Chef des "Veilleurs" durant la manif Pour Tous, ce mouvement se chargeait de passer ses jours et ses nuits sur le parvis des églises, allongé par terre avec même pas la Bible pour oreiller, afin de prier et cierger tous les alentours afin d'obliger Satan à stopper ses méfaits.

    Bref, tout un programme politique qui sied bien à droite, qui, pour ne point perdre son "Sens Commun", s'entiche à la folie de ses ouailles d'un autre temps.
    Il ne s'agira pas ici de remonter tous leurs réseaux et implications dans tous les mouvements déstabilisateurs de ces dernières années, gilets jaunes bien compris, il y a assez de messes basses autour de leur sacro saint secret des affaires que de leurs pudibondes humbles réserves et discrétions quant à leur appartenance à l'Oeuvre de Dieu.

    Et puis ces gens-là sont de sacrés gaillards, que la loi divine s'abatte sur Ghosn, qu'un Bolloré et un bibendum Michelin surgissent comme par miracle et tout est pardonné (Si tu reviens tout est pardonné disait l'un des leurs).

    Mais revenons à notre Rachida, brebis égarée dans la gueule du loup.
    Telle la petite chèvre de monsieur Séguin, pas du genre à se laisser faire, elle en a vu d'autres, et de pédaler dans la semoule de la question du journaliste Observateur, mais de retomber sur ses pieds.

    On ne la lui fait pas, elle qui porte la toge blanche noire de Madame Veil.
    Oui, Rachida est obligée de nous rappeler qu'elle doit certains de ses diplômes en chocolat au fait du Prince, et que Simone, ayant sans doute comme un Roland Dumas sacrant avocat le compagnon de Marine le Pen, quelques comptes à régler avec ses anciens compagnons de fortune et d'infortune, la fit reine en lui offrant la profondeur qu'elle avait du mal à acquérir seule.

    Dans tous les cas, ne nous leurrons, pour asseoir sa place en politique, il faut avoir avaler autant de couleuvres qu'on a donné de coups de couteaux, la grande Simone comme tous les autres.
    Le paradoxe est le même, la translation identique.

    Personne ne s'est jamais posé la question de savoir pourquoi la loi sur l'IVG passe avec VGE et Raymond Barre aux commandes, notoirement "proches " comme on dit, de l'Opus Dei ?

    Madame Veil comme Rachida Dati aujourd'hui, sont des hommes de main à tout faire, et d'excellents pions pour les basses œuvres de l'Oeuvre.

    Raymond Barre sans doute tout heureux, mais pas encore gâteux, pour laisser croire à une apparition du "lobby juif", VGE qui, faisant passer la Loi sur le regroupement familial, permet là d'éviter une reproduction de l'ordre du "grand remplacement".

    La reproduction des sous-élites, ce n'est pas très opuso compatible.

    Car ne vous y fiez pas, Villiers n'était pas loin, et ce n'est ni à lui ni à la famille Gaymard que sont destinées ces lois de populasse.

    A moins que la consanguinité ait trop joué rendant la multiplication des petits opusiens impossible, ces familles sont très prolifiques, même la petite Christine Boutin entre deux psaumes, ne dit pas non à une petite partie de jambes en l'air avec son cousin germain, et attention de ne pas vous prendre un coup de la Sainte Bible si vous y voyez à redire. Comme elle n'a pas lu la Bible de toute façon car n’ayant pas appris l'hébreu, elle ignore tout des règles d'hygiènes de base, qu'il a fallu attribuer à Dieu afin de les imposer aux croyants ...

    Ce n'est pas là de la simple méchanceté de ma part (je vous vois venir), mais il fallait que j'appelle à venir à moi tous les petits enfants du Bon Dieu pour vous expliquer la chose.

    Voyez Christine, qu'on ne peut soupçonner un instant de pacte avec le diable, tout juste un nichon légèrement dévoilé sur une antenne télé pour montrer qu'elle n'est pas celle que vous croyez, et puis quoi, Kim Kardashian n'est pas seule sur le créneau de la communication à usage commerciale, si on veut vendre sa daube, il faut bien consentir à quelques sacrifices.

    Et voilà Christine, allant faire son marché manifestant à Washington dans l'antre du Resarch Family Council.

    Le RFC est la branche famille d'un des plus puissants groupes d'influence au monde, c'est là que la petite Maréchal a été reçue lors de son intronisation dans le petit monde international de l'extrême-droiture religioso libérale planétaire.

    L'Heritage Foundation, puisque c'est de lui dont il s'agit, a été notamment fondé par la famille de multimilliardaires Mellon Scaife, des entreprises et banques du même nom.

    Père issue de l'OSS, ancêtre de la CIA, ayant fait fortune dans les matières premières, ils sont également à l'origine du Planning Familial (horreur malheur, Vampirella en personne).

    Mais pas d'affolement, les Américains n'ont pas nos pudeurs, ils vous expliquent doctement que l'objet est de "rationaliser" la population noire, à qui les campagnes de "stérilisation" s'adressent prioritairement.

    Pour leur bien, ils sont pauvres, les pauvres.

    Du reste madame Boutin oublie ses vapeurs quand il s'agit de gagner des élections, la droite joue sa carte crédit catho avec ce genre de personnages, les petits arrangements avec dieu et le diable, c'est la même paroisse.

    Et quand madame Boutin va à Washington faire son école buissonnière en prenant des cours privés hors-contrat républicain, elle n'y va pas seule, mais en sainte Trinité, Franck Margain et Béatrice (Béa pour les intimes) Bourges.

    Et devinez quel grand saint manitou a ouvert la voie ?

    The Jack in the box, la famille Millon et Fils pardiou, au grand complet, qui forme religieusement tout un tas de petits protégés aux saintes huiles libérales, Ron et Rand Paul bien compris.

    Les deux pontes expliquant que la liberté passe avant tout.

    Alors la grande liberté, c'est un truc divin, sans Etat, exit César, reste ?

    Bref, j'ignore si François-Xavier Bellamy a accompli son pèlerinage dans les plus puissants groupes d’influence, le fait est qu'il en a reçu l'onction.

    Et si Rachida y trouve son compte, au moins bancaire, elle pourra toujours feindre les premières communiantes en nous jouant le sermon attendu d'elle, de Jeannette Bougrab ou d'une autre Zineb, toutes Gatestone pratiquantes.

    Mais ne nous y trompons pas, comme le groupe Lafarge, entre deux messes, financent Daech en deniers du culte dollars, bénis par Dieu, il serait mal comprendre l'intégrisme libéral si on ne comprend pas, qu'en même temps, Jour de Colère et Farida Belghoul sont chargés d'agiter les milieux musulmans et Fils de France, la succursale de Camel Bechick, de les rassembler au sein de la mouvance.

    Leur dieu n'a d'ennemi que l'Etat, ne l'oublions jamais, le reste n'est que decorum.

    Quels réseaux plus maillés, plus fidèles et plus lucratifs que celui des croyants ?
    Les politiques l'ont toujours compris, et de s'y adosser, le monde économique encore davantage visiblement.

    Pourtant, en France, il existe une singularité, l'exemple de Richelieu en est un grand symbole, cardinal, il fut surtout un de nos plus grands serviteurs de l’État, lui qui avouait sur son lit de mort qu'il n'avait jamais eu d'autres ennemis que ceux de l'Etat.

    Comme les époques passent mais les éternelles querelles restent, comme nous comprenons Richelieu et nous confondons à son service, celui que la parole de Dieu réserve à César, mieux vaut s'adresser à ces affaires plutôt qu'à ses saints, rien de nouveau sous le soleil de Satan.

  • Les voeux pieux du président des riches

    C'est donc un menhir (homme debout) comparé au dolmen, couché abattu de décembre, qui nous a présenté ses voeux.

    Une érection politique due à l'espoir des "réformes nécessaires" qui animent Emmanuel Macron et qui consistent, ne nous y trompons pas, à s'aligner sur les directives libérales initiées par l'Union Européenne.

    Car oui dans cet enchaînement-là, there is no alternative et le logiciel macronien est programmé à cet échéance.


    La démocratie du non-choix est celle qui réduit le politique au plus petit dénominateur commun qui ne saurait être que le plus grand diviseur commun social puisqu'il ne peut que nous confondre avec la courbe toujours ascendante des inégalités.

    Inégalités sociales et jusque devant l'impôt que seule la progressivité peut rendre juste, couplées à une inégalité de genre car dans cette injustice, les femmes car les plus mal considérées et loties, subiront toujours la double peine d'un système libéral qui les réduit à une simple variable d'ajustement.

    La sacro-sainte flexibilité demandée par un monde où l'économie domine le politique va de pair avec la simple volonté de ne jamais donner de statut réel aux travailleurs les plus pauvres.

    Ce sont eux (et rappelons-le, elles), qui servent à faire tenir tout l'" équilibre" de la pyramide, sans l'écrasement par le bas de la base laborieuse, l'édifice pyramidal s'effondrerait comme château de cartes.

    Le "modèle" allemand si souvent porté aux nues n'est jamais que la consécration flamboyante de cette saloperie économique.
    La femme comme le travailleur étranger venant occuper ce poste clef de voûte de la domination par et pour l'argent.

    Main d'oeuvre jetable et interchangeable à volonté puisque la pauvreté n'est pas denrée rare et que la poule aux œufs d'or est fabriquée en quantité industrielle.

    Déstabilisation des pays pourvoyeurs de souffrance humaine acculée à s'offrir au marché occidental et déconsidération volontaire de la femme dont on nie sciemment les multiples rôles porteurs de la société.

    Le géant Atlas qui porte le monde, c'est la femme pauvre, elle le fait comme si ce rôle lui avait été dévolu sur ordre divin, à l'heure des super héros hollywoodiens femmes ou de couleur, phantasme bien maintenu à cet état par des règles qui resteront inchangées dans le monde du marché puisqu'il ne tient qu'à ce fil, celui de donner un statut qui tiendrait enfin compte du fait que la précarité, ça se paie.

    75 % du travail précaire est un temps partiel subi, si on rémunérait cet aléa, le politique reprendrait ses droits sur l'économique et la face du monde en serait changée, combien de temps César restera-t-il insensible à cela ?

  • Etat versus activisme, balle au centre

    Face à l'utilisation de l'Internet par les groupes d'influence, les Etats réagissent heureusement et ont enjoint les GAFA à agir contre les agissements des activistes qui font remonter artificiellement leurs actions par des algorithmes falsifiés.

    Certes des manipulations portent encore aujourd'hui leurs fruits, -les Gilets Jaunes en sont une émanation, comme la Manif Pour Tous (même si les relais de terrain comme les Eglises et autres chapelles ont été naturellement actionnés, comme les plus traditionnels partis politiques), comme les Jours de Colère et autres Nuits Debout- mais les suppressions sont effectives et les capacités de nuisances virtuelles s'amoindrissent.

    Les fora de JeuxVidéos.com sont surveillés, la première plateforme de discussion de France a été sommée de réagir face à l'entrisme et au trollage dont ils faisaient l'objet, touchant des dizaines de millions de jeunes, avec une puissance de frappe considérable.

    You Tube et Facebook étant évidemment concernés, ces remous font déjà des vagues au sein d'ER puisque des droits sonnants et trébuchants s'associaient à ces comptes fallacieux artificiellement gonflés, ces réseaux utilisant les moyens de l'ennemi pour se financer.

    Et même s'il persistera toujours un fonctionnement intrinsèque du monde 2.0 qui favorisera une liberté d'expression totalement biaisée à la base.
    Je suis, en tant que rédacteur au site Agoravox, bien placée pour savoir comment cela fonctionne.
    Mon introduction dans le réseau y ayant été permise grâce à ER et au Front, puis, mes articles censurés par mes anciens camarades de jeu, puis adoubés par les réseaux de gauche plus radicale, et enfin, plutôt adulés comme détestés des uns et des autres car tapant trop sur tout le monde à la hauteur du grade de chaque saloperie découverte.

    La liberté d'expression a surtout ses limites au sein de ses plus fervents tenants ...


    Pour ce qui est des États, ils ont toujours un temps de latence pour répondre aux attaques ennemies, celui de l'analyse et de la riposte. Les voyous utiliseront toujours de nouvelles méthodes mais on avance dans la connaissance des données d'escroqueries utilisées via les nouvelles technologies.

    Et restent toujours des méthodes plus traditionnelles en utilisant des moyens légaux qui demeurent efficaces.


    Ainsi même si Le Rassemblement National arrivait au pouvoir par des concours de circonstances, il vivrait les mêmes moments qu'un Macron aujourd'hui.

    Il faut bien comprendre que ce ne sont ni Hollande, ni Macron ni demain Le Pen qui sont visés, mais l'Etat.

    Macron a beau avoir toutes les volontés de réformes qu'il veut, notre Etat est très solide et seul le chaos pourrait entraîner sa chute.

    Ce chaos est l'objectif des forces libérales à l'oeuvre.

    Ces forces ne sont pas des lubbies de complotiste, elles ont des visages et des moyens, elles ont pénétré tous les milieux depuis des dizaines d'années selon des techniques précises.

    Elles ont mené à la Manif Pour Tous hier, aux Gilets jaunes aujourd'hui, en passant par les Jours de Colère ou les Nuits Debout.

    Elles agissent de façon transversale dans tous les milieux politiques, économiques, médiatiques, culturels, universitaires, même notre renseignement est travaillé par ces réseaux.


    Evidemment, les groupes d'influence qui manipulent les masses dans le but de déstabiliser les Etats voient dans le traitement qu'ils subissent par un contrôle plus intensif de leurs vecteurs de pénétration, un complot contre leur liberté et la preuve qu'ils seraient dans le vrai.


    Ajoutons que les méthodes de Cambridge Analytica n'étaient pas nouvelles et ont été utilisées par la CIA au moment des révolutions colorées, BHL comme les Glucksman auraient beau jeu de critiquer celui d'un Bannon, d'autant que parfois, les fils se touchent ...

    Et puis les activistes peuvent toujours encore se rabattre sur le téléphone de RTL, de RMC ou de Sud Radio, d'autant que les présentateurs sont tout prêts à collaborer.

    Et l'IFRAP ayant placé Natacha Polony un peu partout et notamment à la tête de Marianne, la république a toujours de quoi trembler en croyant dormir sur ses deux oreilles.

  • Contrepoints fait le coup de poing avec son réseau subalterne, et laisse Le Monde ébahi

    Le Monde qui site Contrepoints, qui est un des sites des libertariens et libéraux cons américains, issu de la Bourse Tocqueville et formé directement à Washington, la fachosphère la plus sérieuse implantée en France.

    Reste que les transferts de souveraineté datent malheureusement d'avant 73 et que Maastricht a totalement parachevé l'ablation de notre souveraineté monétaire.
    Quant à Contrepoints de vue de Washington, étant donné que pour eux, tout doit à terme passer dans les mains du privé ...

    Le mystère réside pour moi dans le fait que Contrepoints (issu de la Bourse Tocqueville de Contribuables Associés) est intimement lié aux souverainistes, John Laughland, homme lige de Ron Paul en Europe, est de toutes les sauteries souverainistes.

    Certes il faut tenir compte des querelles libérales qui opposent les tenants de l’anéantissement total de l'Etat et ceux de sa restriction minimale, notamment aux droits régaliens (ce qui oppose par exemple les très liés Farage et Dupont Aignan).

    Le fait est que les économistes de Contrepoints connaissent bien les hommes de leurs propres réseaux et ont pu bien identifier la personne à l'origine de la diffusion de la théorie qui a ensuite inondé la fachosphère plus guignol .

    Mais Le Monde qui se réfère aux sites de Radio Courtoisie, ça fait toujours un peu sourire, d'autant que bien qu'intégrés aux plus puissants groupes d'influence de Washington et donc du monde, ils devraient rester assez confidentiels en terme d'existence réelle, ne serait-ce que pour s'en tenir à la fameuse dichotomie maurrassienne.


    LEMONDE.FR
    Non, la loi « Pompidou-Giscard-Rothschild » de 1973 n’a pas créé la dette française

  • Denis Robert, peut encore mieux faire

    Denis Robert (que l'on remercie de son travail) fait une erreur d'analyse en pensant que ses révélations sur la prédation des Etats par les milliardaires amènent l'extrême-droite au pouvoir comme cela s'est fait au Brésil par exemple.

    Des milliardaires d'extrême-droite font exactement la même chose, les frères Koch, la famille Mellon Scaife, Exxon Mobil aux USA, Beigbeder en France mais bien d'autres dans les réseaux de Millon/Opus dei.

    Beigbeder, qui travaille avec Bannon -un de ceux qui ont porté Trump au pouvoir- qui chapeaute Marion Maréchal Le Pen et l’Institut de Formation Politique qui forme les cadres de droite et d'extrême-droite (différence ténue, seule l'étiquette permet d'élargir la part de marché politique), et qui les forme autant en France qu'aux USA, à Washington, dans les grands groupes d'influence comme l'Heritage Foundation, le Cato Institute ou encore l'American Enterprise Institue par exemple), mais il faut savoir qu'Exxon Mobil dépêche des formateurs qui viennent déverser leur propagande anti-Etat en France, les invitations se font par Internet dans ces réseaux pro Union des droites.

    Beigbeder se positionne sur tous les marchés issus de la libéralisation des services publics, les énergies (Poweo), les cars dits Macron (alors que ce sont des gens comme Beigbeder qui sont à l'origine de ce marché, bien avant Macron), Macron a été le pion politique qui a fait avancer l'affaire, ils sont déjà positionnés sur la privatisation du rail, avec l'UE comme tout premier des verrous.

    En sachant que ces réseaux trouvent l'UE encore trop réglementée, voilà pourquoi ils veulent la faire imploser pour repartir sur des bases encore plus libérales.

    J'ajoute, et c'est important de le comprendre, que la démocratie directe des Chouard ou Mélenchon, est un des leviers qu'ils entendent actionner car c'est un formidable moyen d'affaiblir l'Etat qui est le dernier rempart contre les puissances privées.

  • Quand le fils de Raphael Enthoven et de Carla Bruni rejoint la fachosphère

    Cette semaine aura vu l’entrée en grandes pompes (funèbres) du fils et petit fils Enthoven dans la fachosphère.

    C’est dans l’air du temps, le fils de Claude Nougaro vient d’apporter son soutien au Trump brésilien, le monde de l'extrême-droite est petit et international, ses réseaux sont puissants, ses méthodes efficaces, son impact redoutable.

    Entendons-nous bien, il paraît normal, surtout pour une jeunesse désabusée et toujours plus mature, sevrée à l’Internet et ouverte de façon exponentielle, de rejeter les partis traditionnels, c’est même de bon augure et pourrait être salvateur.
    Si et seulement si l’offre alternative n’était pas si cousue de fils blancs et seulement l’oeuvre d’une société dominatrice qui entend préserver sa part de gâteau.

    Mais voilà, qu’un fils à papa de l’intelligentsia et de la jet-set se fourvoie à l'extrême-droite et les mêmes accablent ceux qui osent le dire quand le pauvre gamin sans avenir fils de communistes votent pour les extrêmes et c'est un fils de pute.

    C’est ainsi que je réagissais amusée sur le fil Twitter d’une oiselle protégée de l’aile de grande envergure de Raphael Enthoven, la pipelette déplorait, en reprenant apparemment le gazouillis de son mentor, que Bruno Gaccio fasse son guignol en trouvant intéressant les analyses de Polemia au sujet des mésaventures de Jean-Luc Mélenchon.

    Et de stigmatiser l’alliance rouge-brun sans jamais l’analyser et voir les points d’intersection.

    Il faut pourtant bien comprendre que dès qu'on parle de la France, de sa justice et de son Etat séculaires en particulier, l'extrême-gauche et l'extrême-droite gueulent au totalitarisme, on se gausse, il n'y a pas que la gauche, la droite et tous les centres pour nous enterrer et nous atterrer.

    Je fis donc remarquer benoîtement, et en réponse du commentaire de la demoiselle sur le “torchon” de Polemia, qu’ Enthoven, le petit dernier, allait peut-être bientôt écrire pour les torchons d'extrême-droite, que UPR/Ménard/Club de l'Horloge/Polemia, c'était la même boîte, et que la boucle était bouclée.

    Nous venions tous d’apprendre publiquement le ralliement d’Aurélien Enthoven, fils que Carla Bruni a eu avec le fils de son amant de l’époque après l’avoir piqué à sa femme, la fille de Bernard Henri Levy soi-même, à l’UPR de François Asselineau.

    Et puis quoi, notre Finky national n’a t-il pas fini en Zemmour des bacs à sable.
    La vieillesse est un naufrage, la jeunesse une galère (qu’allait-il faire dans ...) , et au milieu, c’est le radeau de la méduse, de Charybde en Scylla, chacun mène sa barque.

    Grands dieux, que n’avais-je dis, je me suis pris tout le fan club des chanteuses, pleureuses, et philosopheuses réunis sur le dos, que j’ai rond, j’ai roulé ma bosse, j’encaisse bien.

    Rien sur le fond, blocage en règle de la phil-ature de Raphael Enthoven qui se pique justement de ne pas manger de ce pain-là, insultes en tout genre, qualifiée de “lâche “par le papa car même si j’écris toujours sous mon nom, celui-ci aurait voulu encore que je le marque comme je l’attaque.
    Je n’attaquais personne, je faisais une remarque trop bien placée sans doute.
    Et le papa de me traiter d’Insoumise avec un I majuscule et un hashtag, bah, au prix où sont les signes sur twitter, je n’avais pas ameuté toute la smala, d’autant que le parrain n’est jamais loin de sa filleule.
    Et puis la nouvelle ayant fait le tour de la toile, je n’avais rien dévoilé de sa vie privée.

    Le père Enthoven à qui je rétorque avoir dit quelques vérités déplaisantes, dit alors que mon hypothèse est stupide, et lâche, puisque finalement, ce n’est plus moi qui suit lâche mais mon hypothèse. Dont acte, le rattrapage est dans le filet de l’albatros qui s’est fait prendre mais admettons. Je lui disais à mon tour d’arrêter de faire son Mélenchon, qui, pris les doigts dans la confiture et en pleine ignominie relationnelle, montrait un visage sanguin quand on aurait attendu plus de maîtrise.

    Lâche, accuser sans connaître, va pour le papa-poule qui nous pond un fromage, mais Insoumise, ai-je une tête pensante à penser démocratie directe, là encore, préjugés mal placés, mais si je n’ai jamais été lâche de ma vie, me faire traiter de mélenchoniste est vexant.
    Enferme-t-on les gens dans des cases ainsi, c’est un peu court pour un Enthoven, ne trouvez-vous pas ?

    Même Natacha Polony, entre obésité et anorexie médiatique, y est allée de son grain de sel.

    Il est vrai que j’en avais rajouté, expliquant que pour les réseaux de Bannon/ Institut de Formation Politique, Ménard, comme Asselineau, les Le Pen, Chouard, Soral, Zemmour et autres singularités plus ou moins compatibles, sont tous en réalité des moyens de déstabiliser l'Etat, que leur cible, c'est l'Etat. Et que d’ailleurs le souverainisme est un libéralisme.

    Et de replacer quelques définitions :
    http://orianeborja.hautetfort.com/archive/2015/10/09/souverainisme-versus-souverainete-encore-des-efforts-monsieu-5697525.html

    Et d’argumenter sur les incohérences des uns et des autres :
    “Prenez SOS Education (IFRAP) tenant de l'Austrian School, elle réclame le voucher, chèque pour les écoles privées hors-contrat, c'est-à-dire de faire les poches du contribuable alors que SOS Education (où Zemmour et Polony font leurs ménages), c'est aussi Contribuables Associés. “

    Et là, paf, Natacha sort du chapeau, comment, où avait vu ça ?

    Ben là Natacha :

    http://www.fondationpourlecole.org/images/stories//pdf/2010/dpresse_fpe_vf.pdf

    https://www.fondationpourlecole.org/intervention-natacha-polony/

    “Un communiqué commun des collectifs « Reconstruire l'école », « Sauver les lettres » et « Sauver les maths », également engagés dans la défense des méthodes traditionnelles, a vivement critiqué SOS Éducation, l'accusant de gonfler le nombre de ses adhérents par des procédés de publipostage massifs empruntés à Avenir de la Culture23. SOS Éducation poursuit Sauver les lettres pour diffamation publique. SOS Éducation perd son procès[réf. nécessaire] en première instance le 27 novembre 200824 puis fait appel et perd à nouveau son procès devant la Cour d'Appel le 1er juillet 2009.
    Comme d'autres associations proches (Institut pour la Justice, Sauvegarde Retraites, Contribuables Associés, etc.) toute contrôlées des membres de la famille Laarman, SOS Éducation collecte des financements et des milliers de contact. Cette nébuleuse est adossée à une série de sociétés prestataires de services chargées de leur communication, de leur marketing et de leur gestion de fichiers également apparentées aux mêmes personnes25.”

    “Sites émanant de SOS-Éducation :
    - Blog de la liberté scolaire : Anne Coffinier (Fondation pour l’école)- Créer son école : Pour créer des écoles dépendant de SOS-Éducation- Fondation pour l’école : Favorable aux écoles hors-contrat : « Susciter un renouveau éducatif en France en concourant à l’essor d’établissements scolaires libres, ne bénéficiant pas, en l’état actuel du droit, du soutien financier direct de l’État. »- Institut Libre de Formation des Maîtres : Créé par la Fondation pour l’école pour former les enseignants des écoles de SOS-Éducation.
    Sites en connexion avec SOS-Éducation :
    - Enseignement et Liberté : Anne Coffinier est administratrice- La Librairie des écoles : Fondée en 2007, cette maison d’édition de manuels scolaires dirigée par Jean Nemo fils du philosophe libéral Philippe Nemo, référence intellectuelle de SOS-Éducation. En décembre 2007, SOS-Éducation lance une campagne pour des manuels scolaires “de qualité”... édités par la Librairie des écoles (voir le numéro 3 de La lettre de SOS-Éducation). En juillet 2008, la Librairie des écoles reçoit un prix pour « l’excellence éducative » décerné par SOS-Éducation (voir le numéro 5 de La lettre de SOS-Éducation) , la Librairie des écoles est devenue en 2010 une filiale des éditions Magnard - Lire-Écrire : « soutien pédagogique des familles »- OIDEL : Organisation internationale pour le droit à l’éducation, « collabore avec de nombreux experts et intervient auprès des organisations internationales et des gouvernements dans le but de promouvoir le droit à l'éducation et la liberté d'enseignement. » - Permis de lire : « Collectif pour un enseignement efficace de la lecture » ayant embrigadé Marc-Olivier Sephiha et Marc Le Bris.- Pratiques pédagogiques - Trans-Maître- Veille Éducation : Site de veille « sur l’école dans une perspective chrétienne »


    Bref, ces vieux réseaux se sont diversifiés, avec toujours les mêmes techniques, les ramifications ont visé et atteint tous les milieux : religieux, économiques, médiatiques/journalistiques, artistiques, activistes (Bonnets Rouges, demain Gilets Jaunes), politiques naturellement, l’Institut de Formation Politique (Millon) et sa petite sœur Marion Maréchalienne, tous directement reliés aux réseaux américains religioso libéraux dont Bannon faisait partie.

    Bannon tentant à présent de ce refaire quelques billets en vendant son savoir-faire en vue des élections européennes.


    Trêve de déception, allons sur le fond sur lequel je n’ai eu, il faut bien le mentionner, aucun retour.

    Si, de tout le fan club, soutenant, jacassant, insultant, une question salvatrice, qu’est-ce que l’extrême-droite me demande-t-on, car François Asselineau ne saurait être d’extrême-droite selon un UPR intrigué par mon propos.

    Le fait que RT (Russia Today) ait annoncé en Une le rapprochement et le lancement explosif de la star-UP-R n’a ému personne.

    Il est vrai que la chaîne d’infauxmations avait fait son lancement en charmante compagnie, tout le gotha d’extrême-droite était convié, Asselineau bien compris.

    Et puis quoi, Bob Ménard et son boulevard d’Horlogers directement tombés de Polemia, le torchon qui repasse les plats à tout le réseau, et quelques libertariens bon teint n’étaient-ils pas invités et bien présents aux côté d’Asselineau lors de ses premières universités d’automne ?

    Le petit Aurélien n’a pas étudié la généalogie des prédators qu’il accompagne, 2012, ce n’était pas la Préhistoire, et puis ces mammouths-là n’ont pas disparu (heu, pardon pour le mammouth, pour des haineux anti-Etat qui font passer l’Union Européenne pour l’Union Soviétique, le terme est malheureux).

    Et pourtant, les éléphants de l’extrême-droite marchent certes sur des œufs, mais avec de gros sabots et la porcelaine du magasin fait du bruit.

    Voyez la fiche de RT, deuxième chaîne d'informations aux USA après CNN, portant Trump au pouvoir, qualifiée par plus qualifiés que moi de complotiste, antisémite, et toutes les casseroles d’extrême-droite que l’on peut imaginer, présentée en France par les ex-mégrétistes qui pourfendaient le gaucho-lepénisme, faisant des débats où débattent un libéral Identitaire, une libérale cons et one Students For Liberty (ne rigolez pas).

    Voyez le Bannon intégrocons de service, ne le voit-on pas défendu sur les site UPR à l’époque de Charlottesville pour avoir traité de crétins les bas du front manifestant leur racialisme de base, dixit John Laughland sur RT.

    Des militants UPR citant John Laughland, comme c’est mignon.

    Cet agent de Margaret Thatcher est à présent celui de Ron Paul où les étudiants de l’Institut de Formation Politique de Charles Millon finissent leur formation lobbyiste, dans son bureau à Washington après être passés dans les différents groupes d’influence libertariens et libéraux cons, classés comme les plus puissants au monde (Heritage Foundation, Cato Institute, American Enterprise Institute pour ne citer qu’eux).

    Attention, je rappelle que quand John Laughland emploie le terme de "libéralisme", c'est comme Eugénie Bastié (qui a fait ses classes à Washington, et bébé d’Elisabeth Levy/ Beigbeder et de Natacha Polony) le fait, un contre-sens dû au fait que les deux pensent américain comme leurs maîtres-formateurs, "liberal" n'a rien à voir avec notre "libéral" français.

    Le "liberal" américain est interventionniste, quand les pions de Ron Paul et d'Exxon Mobil sont pour la privatisation de l'armée, la réduction maximale de l'impôt et donc de l'Etat, qui n'a donc pas à intervenir, ni en matière d'affaires étrangères comme intérieures.

    Les groupes anti-Etat américains ont les mêmes ennemis, l'OTAN, le Pentagone, le Département d'Etat, la monnaie fédérale américaine, ils aident donc à l'organisation des groupes qui luttent ailleurs contre ce qu'ils veulent éliminer.

    Le fait est que Russia Today est un lieu des groupes américains anti Etat, pas étonnant qu'Asselineau en ait été et que RT utilise les techniques de manipulation et les éléments de langage élaborés à Washington (notions d’Etat profond et d’Etat fort).

    En partant d’Asselineau et non des réseaux qui l'ont coopté, le parcours n'est pas incohérent. Les gaulistes, la Paneurope, ont une vision très anglosaxonne, ils veulent concurrencer les USA en se calquant sur eux.

    La démocratie directe est un des nombreux vecteurs de pénétration de ces lobbies, celle-ci étant un des meilleurs moyens d'affaiblir l'Etat, Mélenchon ou un vulgaire identitaire seront alignés sur ce principe par exemple.

    Les réseaux d'extrême-droite ont même réussi à fonder un groupe multipartis mené par un spin doctor formé à l'Ecole de guerre économique (dont le patron forme les cadres de droite et du Front au sein de l'IFP ou des partis directement) au sein même de l'Assemblée nationale.

    Par ailleurs, le projet d'Union des droites fut celui du Club de l'Horloge avant d'être celui de Bannon, mais j'ai reçu en personne les directives américaines en anglais il y a plus de vingt ans, les liens des réseaux Millon existent depuis très longtemps avec les USA (il n’est pas nouveau que l’Opus Dei soutiennent les dictatures libérales).

    Ce qui compte, c'est d'affaiblir l'Etat, dénigrer ses institutions par tous les moyens, le privé tout prêt à prendre la place dans le lit encore chaud (ce que fait Beigbeder en France, il était sur le coup des énergies puis des cars dits “Macron” avant même que Macron ne s’en charge, il est déjà sur la privatisation du rail).

    On ne compte plus les faisceaux d'attaques de nos institutions tant ils sont devenus légion, les lobbies de la Manif Pour Tous, formés à Washington ont multiplié les fronts, dans tous les groupes religieux, quelles que soient les religions.

    Ces religions pouvant aller jusqu'aux vegans ou aux chasseurs, le tout est d'agiter les particularismes les uns contre les autres, tout ce qui peut casser l'unité nationale est un bon levier.

    Guère étonnant de retrouver John Laughland en Russie puisqu’il fait le pont entre les partisans anti-Département d’Etat américain et les oligarques maffieux russes proches de Poutine.

    RT n'est qu'une officine d'Exxon Mobil portée par les ultra minorités que sont en France, les libéraux cons, les libertariens (on m'a traitée de folle lorsque je parlais d'eux il y a quelques années) et autres libéraux identitaires.

    Poutine acquiesce puisque l'objet est de défendre sa politique et de détruire l'Etat fédéral américain et Exxon permettant l'exploitation et l'écoulement du pétrole et du gaz russes, mais les manettes sont américaines.


    Nous vivons dans un monde dominé par l'extrême-droite, la loi du plus fort sur le plus faible.

    La France, de par ses institutions fondatrices, est une civilisation qui est l'inverse de l'extrême-droite, la civilisation anglo-saxonne qui domine le monde, en est le berceau.

    L'extrême-droite est antidémocratique et par redondance anti-parlementariste, anti-républicaine, elle entend organiser son emprise par des sociétés où la liberté prime sur le reste via la responsabilité individuelle.

    L'anti-société s'organise autour de groupes qui ont les mêmes intérêts, les mêmes points de vue et qui ne se mélangent pas.

    La notion française d'unité nationale autour d'un Etat-Nation où l'Etat fait sien toute personne quelles que soient ses origines, idées, etc., est l'inverse.

    Les groupes d'influence anglo-saxons entendent organiser le monde selon les principes de libertés individuelles, ce sont leurs raisons et ils sont soutenus par les grands groupes financiers qui ont tout à y gagner quand les Etats protecteurs sont des remparts à leurs affaires.

    Les grands groupes financiers ont aujourd'hui des budgets supérieurs à bien des Etats, ils entendent être des Etats hors-sol avec leurs propres règles. Exxon Mobil est une Oil and gaz International Company qui entend avoir jusqu'à son propre ministère des affaires étrangères.

    Exxon s'affranchit des lois de son propre pays, ainsi entend-elle se soustraire à l'embargo contre la Russie. Sa guerre contre le Département d'Etat et le Congrès est déclarée depuis longtemps.
    Des milliardaires s'évertuent à bloquer le congrès dès que possible.

    Le Département d'Etat court-circuite ces velléités comme il peut, en gelant les avoirs russes à la City afin de bloquer les ressources d'Exxon.

    Exxon et d'autres groupes financent eux des groupes d'influence chargés d'organiser la riposte au niveau international en recrutant et formant des cadres chargés de répandre l'idéologie née des Fils de la liberté, fondateurs de la Boston Tea party, anti-fiscalisme et libertés individuelles au centre.

  • Fichier S, rayons X et solutions lambda

    Marine n'a pas les capacités intellectuelles pour comprendre notre droit.

    La France est un Etat de droit

    Outre le fait que le fichier S ne concerne pas seulement les individus religieusement radicalisés, et le fait que ces radicalisés peuvent concerner aussi bien des personnes extrémistes qu'elle fréquente elle-même (toute la famille Le Pen est peut-être fichée S du fait de leurs liens avec de dangereux maffieux internationaux, idem pour Sarkozy), cette surveillance n'implique pas preuve.

    La fiche S permet de surveiller afin de trouver des éléments probants, nécessaires dans un Etat de droit, à une suite judiciaire.

    Si ces preuves sont établies, la France n'a attendu personne pour agir, et condamner.

    Il vaut par ailleurs mieux pour notre sécurité que nos condamnés effectuent leur peine en France au lieu de les récupérer dans la nature en tant que clandestins s'ils tentaient de revenir.

    Donner plus de moyens à la justice, à la police, aux affaires étrangères, à l'école, aux associations, aux services publics en général, voilà toujours les meilleurs moyens de lutter contre les dérives dont l'homme est hélas capable.

    C'est à ce niveau qu'un chef d'Etat doit agir.

    Ce qu'il faut, c'est donner les moyens à la France d'être elle-même, et en cela, aucun homme politique actuel n'en prend vraiment la direction, toujours prêts à se laisser attirer par les sirènes anti-unitaires, privées/décentralisatrices.




    Marine Le Pen divague (encore) sur les fiches S
    En déroulant ses mesures pour lutter contre le terrorisme, la candidate FN raconte n'importe quoi sur la fiche S qui ne concerne pas que jihadistes... et n'est pas une preuve de culpabilité.
    LIBERATION.FR

  • Gauvain bientôt chevalier au pancréas artificiel ?

    Le dernier Congrès de l'Association des Jeunes Diabétiques qui a eu lieu à Nantes les 17 et 18 mars dernier, fût l'occasion d'annoncer une révolution technologique de premier plan concernant le confort des personnes atteintes d'insulino-dépendance, c'est-à-dire d'un diabète de type 1, qui concerne 200 000 personnes en France (et qui n'a rien à voir avec le diabète plus connu de type 2).

    Si l'avancée est remarquable, elle n'est pas sans laisser d'interrogations et de critiques (toutes relatives compte tenu de l'exploit scientifique que permet l'intelligence artificielle et la conception d'un logiciel grâce à des algorithmes complexes simulant l'activité du pancréas, organe qui est en soi un véritable ordinateur dont seule l'insuffisance permet de se rendre compte du rôle vital de sécrétion de l' hormone insuline indispensable à l'assimilation des sucres nécessaires à l'alimentation de notre organisme).

    Après euphorie et il faut bien le dire, quelques larmes d'émotion, il semblerait que le dispositif ne sache pas prendre en compte tous les moments d'une vie de DID.

    Comme anticiper une activité susceptible de provoquer une Hypo et pour laquelle on programme d'ordinaire une baisse d'unités d'insuline, avant voire après.

    S'il faut entrer les données des menus consommés à chaque fois, cela semble encore plus contraignant que les injections manuelles, et sous-entend qu'il ne saurait pas gérer une activité physique ou intellectuelle non programmée qui entraînerait une chute de la glycémie.

    Quid des garde-fous de sécurité alors qu'un buggue pourrait injecter des doses létales (le capteur actuel buggue souvent) ?

    Enfin, outre :

    - les contrôles pluriquotidiens,

    - les injections pluriquotidiennes

    - les calculs des dosages en fonction de l'activité physique ou intellectuelle, de la faim, des repas, de la fatigue, du froid, de la chaleur, du stress, des émotions, d'une infection ou virus éventuels, d'une correction, de la croissance et j'en oublie sans doute (activité du foie, des hormones, de l'inconscient ...). [Dont une partie serait vraisemblablement prise en charge par l'algorithme ultra complexe intégré au pancréas artificiel]

    - la peur incessante d'un coma lorsque le cerveau se "déconnecte" dès que l'apport en sucre ne passe plus et engendrerait séquelles neurologiques et/ou physiques voire la mort,

    - ou en cas d'hyper, que les organes se détériorent à long terme (plus rares aujourd’hui grâce au suivi qui reste très contraignant), les conséquences, notamment cardiaques d'une hyper prolongée sur quelques jours seulement due à un contrôle peu approfondi des dosages,

    un des facteurs qui rend la maladie à la longue tellement pénible, reste le fait de devoir faire un dernier contrôle à une heure tardive, surtout lorsque les activités sportives (indispensables au meilleur équilibre du diabète), obligent à rentrer et manger tard.
    Dernier contrôle qui impliquera de remanger si nécessaire afin de permettre une nuit sans Hypo.

    Je doute que le pancréas artificiel puisse injecter les doses d'insuline qui permettraient d'éviter ce dernier contrôle et repas potentiel (comme le ferait le calcul d'un pancréas sain). D'autant qu'un mécanisme d'alarme reste aléatoire face au sommeil de plomb d'un ado, ou d'une personne au sommeil lourd, surtout si elle était déjà en Hypo, ou Hyper.

    Bref, j'ai un peu peur d'un relatif bénéfice du dispositif (même si je reste enthousiaste face au moindre progrès de la recherche).

    D'autant que l'on peut déjà toucher du doigt le capteur qui doit nous simplifier la vie d'insulino dépendant et que l'apport n'est pas forcément convainquant.

    Le capteur buggue souvent, soit complètement car les griffes ne tiennent pas, soit qu'il indique qu'il faille attendre dix minutes pour renouveler le contrôle pour des raisons obscures.
    Si le patch n'est pas inopérant dès le départ, il ne tient pas toujours les quatorze jours promis et peut s'avérer très douloureux sur des bras musclés, laissant d'ailleurs des traces bleues comme un coup ou de griffes rouges dont il faut parfois retirer les agrafes avec une pince à épiler.

    Mon fils Gauvain (dont Alexandre Astier avait semble-t-il eu l'intuition qu'il aurait quelques soucis de pancréas) a tendance à préférer l'ancien prélèvement de goutte de sang au bout des doigts.

    Il ne veut par ailleurs pas de pompe à insuline, que d'autres malades préfèrent, car il dit que ça fait vraiment malade, alors que ses stylos injecteurs et piqueur -même s'il ne s'en sépare jamais- l'accompagnent dans une saccoche ad hoc au lieu de lui coller sans cesse à la peau.

    Cela lui permet sans doute un semblant de vie sans insulino dépendance entre les petites heures ou demi-heures qui espacent les contrôles.

    Des contrôles pourtant pas évidents, il m'arrive la nuit lorsque je préfère qu'il dorme et les lui faire, d'avoir à piquer plusieurs doigts, munie de ma lampe frontale, afin de faire surgir une goutte à prélever.
    Il a un lit mezzanine afin d'agrandir l'espace qu'il partage avec un de ses frères, je ne vous raconte pas le spectacle de maman spéléologue montant l'échelle avec tout son matériel de prélèvement et de contrôle, parfois obligée de redescendre chercher des munitions dans le salon parce qu'un barillet de six et trois languettes n'ont pas permis de satisfaire le vampire électronique rechargeable qui nous autorise à dormir ou pas ...
    Pour ne rien dire du stade juste avant, où, légèrement assoupie, on n'a pas envie de se lever et que l'on se figure, mère indigne qui, par fatigue, serait prête à laisser son enfant, devenir encore plus handicapé qu'il ne l'est déjà.

    Et de me dire que dans l'avenir, une autre personne qui l'accompagnerait prendrait le relais de l'inquiétude, et des rappels, et des comas, comme le mari d'une amie de mon âge à qui je demandais si elle en faisait, hoche plusieurs fois la tête en avant pour dire que c'était lui qui se chargeait d'emmener sa femme à l'hôpital les fois où elle avait été moins vigilante dans son traitement (malgré la pompe).

    Mais hauts les cœurs, le pancréas promis n'est qu'un bon début, et puis nous aurons bientôt des nouvelles, non pas du bio-pancréas dont les cellules bêta meurent encore trop prématurément, mais du traitement pas BCG, d'autres cellules souches, des algues d'invisibilité leurrant le système immunitaire auto-immun inhumain.

    Sans compter "le cycle des robots", l'intelligence artificielle au service de l'homme, nos amis les cyber data techniciens mieux connectés en chemins électriques synaptiques que la création divine humaine débarquent en invasion providentielle.

    Auto-immunité, au denier état de la recherche, vraisemblablement liée à l’hygiénisme qui nous a permis d'éradiquer et de lutter contre de biens plus graves causes de mortalité, certains payant injustement et arbitrairement le coût de ces bienfaits induits par l'avancée de la science, l'obligeant à courir après des effets secondaires indésirables mais qui sont le prix à payer de notre bien-être général, ainsi va la vie, qui peut être aussi belle que dure, et qui reste, malgré tout la plus merveilleuse des aventures.

    Lien permanent Catégories : Science
  • Le media l'ebchaud vraiment autrement libre différemment

    L'Ebdo, l'actualité autrement, comprendre, l'actualité objectivement vue du point de vue subjectif d'un ancien comparse de Hollande en déroute venu nous remontrer le chemin, puisqu'il en a la volonté.

    L'Ebdo se gaufre malgré l'énormité de ses financements et la place que cela lui a donnée dans les medias pour se lancer.

    Il faut dire que l'Ebdo gaucho libéral ose s'en prendre à un gauchiste libéral en chef en la personne du présentateur de TF1 et vendeur de shampoings toxiques, Nicolas Hulot.

    Non pas pour dénoncer ses mondanités libérales polluantes, mais la plainte pour viol dont il a fait l'objet de la part d'une des petites filles de François Mitterrand.

    C'est un peu comme si Le Figaro ne soutenait pas les campagnes Kadhafkaienne de Sarkozy ou s'il mettait en boîte Sophie de Menthon, voire Fillon au violon.

    Ou si VA dénonçait l'âme peu charitable des grenouilles de bénitier ou l'arnaque des écoles privées hors-contrat (sujet qu'il aurait naturellement traité en partenariat avec Le Figaro).

    Mais encore comme si Le Media lançait un débat sur la nature anti-républicaine de la démocratie directe, royaume des lobbies, avec un financement suisse exclusif.

    Bref, on se fout du monde, mais parfois, il est heureux de voir que ça ne prend pas bien.