Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Chacun est seul responsable de tous"

  • Gau-schisme : Marion Maréchal Le Pen accuse ses coreligionnaires

    Marion Maréchal Le Pen doit être totalement paniquée pour dire que le côté libéral cons de Fillon est une fabrication de la gauche (Lu dans Le Parisien)

    Ses petits camarades de Sens Commun sont-ils vraiment la gauche ?

    Le programme de Fillon est fabriqué par les lobbies de l'Institut de Formation Politique, qu'elle connaît très bien, les cadres formés dans les lobbies de Washington par l'IFP circulent près de Fillon comme près du Front.

    La Ligue du Sud chère à Marion ne soutient-elle pas autant Fillon que Marion ?

    Et Marine Le Pen n'envoie-t-elle pas Marion dans le tas en jouant sur tous les tableaux ?

    Mais il semble que Fillon soit un candidat plus crédible pour les groupes de pression libéraux cons, Marion ne sert actuellement que de second couteau.

    Et il va être très difficile pour les libéraux cons du Front de se contenir en fustigeant le programme thatchérien de Fillon qui leur correspond tellement.



    http://www.lefigaro.fr/.../25001-20160531ARTFIG00189...

    Marion Maréchal-Le Pen évoque une possible «alliance» avec Sens Commun
    LEFIGARO.FR|PAR EUGÉNIE BASTIÉ




    http://www.europe1.fr/.../sens-commun-francois-fillon...

    Sens commun : "François Fillon était le plus en phase avec notre vision"
    EUROPE1.FR|DE EUROPE 1

  • Le vol d'enfant, une pratique plébiscitée par les lobbies libéraux cons

    Les convictions des lobbies de la Manif Pour Tous sont plus libérales qu'autre chose, leurs "valeurs", sont celles du libéralisme, ce qui compte, c'est le désengagement de l'Etat dans tous les domaines possibles, pour laisser place à la responsabilité individuelle, l'individualisme étant le paradigme anglo saxon de référence.

    La question religieuse ne sert que de levier à l'extension de la dérégulation économique.

    Ces lobbies ont mis en place de nombreux leviers, école, vaccins, écologie localiste, survivalisme, justice, questions fiscales, démocratie directe, etc. , tout sert de prétexte à discréditer l'Etat et à le dépecer de ses prérogatives, l'intérêt général doit être remplacé par le conflit des intérêts particuliers qui résorbera naturellement tous les parasites sociaux.
    Autrement, Marine tient évidemment un double langage.

    Avec Marion Maréchal Le Pen, mais il y en a bien d'autres, elle a propulsé un cadre libéral tradi de La Manif Pour Tous à la tête du groupe des Pays de la Loire dans le but de rafler l'électorat catho.

    Samuel Potier, puisque c'est lui dont il s'agit, milite essentiellement pour abattre l'Etat, la charte de sa société d'assurance met en avant le fait qu'elle ne rembourse ni IVG ni contraception.

    Il est pour la disparition totale de la sécurité sociale et de toute santé publique.

    Et son libéralisme communautariste et sectaire ne s'arrête évidemment pas aux questions de santé, il en va de même des questions sociaux économiques.

    Le Lab
    Hier, à 16:24 ·
    Une position qui va ravir sa tante, une certaine Marine Le Pen, qui s'efforce de paraître comme la candidate féministe de la campagne présidentielle


    Marion Maréchal-Le Pen veut revenir sur le remboursement "intégral et illimité" de l’avortement
    Marion Maréchal-Le Pen veut revenir sur le remboursement "intégral et illimité" de l’avortement.
    LELAB.EUROPE1.FR



    Tous les lobbies des fachos de Salon Beige s'opposent aux droits des pères et des grands-parents qui veulent garder l'enfant lors d'un accouchement sous X.

    Les lobbies veulent une adoption pleinière, volant l'enfant à sa famille, ils prennent l'enfant en laissant la mère dont ils ne veulent plus entendre parler.

    Ils refusent le droit à l'enfant à connaître ses origines.

    L'intérêt de l'enfant les importe peu, ce qui compte, c'est leur idéologie libérale où l'enfant est une chose qui se donne, se prend, s'achète, se vole.


  • Jeanne au secours !

    Fillon lance une charge contre l'université française dans la presse britannique.
    Pensez, elles sont gratuites et on y diffuse des sciences au lieu de s'en servir de moyen de propagande capitaliste, c'est tout l'esprit français qu'il faut abattre pour le Fillon d'Albion de Boston.

    Lien permanent Catégories : Brèves
  • Marion Maréchal Le Pen fifillonniste

    "Le rétablissement de nos comptes publics, la réforme du droit du travail, la réforme du statut des fonctionnaires, la réforme fiscale, la simplification administrative" (ne cherchez pas Fillon, même si c'est pareil, ce sont les mots de Marion Maréchal Le Pen parlant de ses "priorités"), c'est le programme de l'UE, en sachant que ce qui se cache pudiquement derrière le vocable "réforme", c'est le "saccage de", et c'est le programme de l'ERT (European RoundTable of Industrialists), c'est-à-dire le CAC 40 européen.

    Par ailleurs, je rappelle que la France, contrairement à tous les autres pays, est née de façon unitaire autour de l'impôt et d'une nation unitaire dont les fonctionnaires (anciennement missi dominici royaux) sont là pour veiller au grain national; que notre haut degré d'administration, inspirée de Rome, développée par les ministres royaux, l'Empire puis la république, s'inscrit dans un continuum civilisationnel.

    Civilisation qui est à l'opposé des autres qui se sont justement construites à l'inverse de nous sur l'idée anti-nationale, anti administrative, anti-protections, anti-impôt.

    Lien permanent Catégories : Brèves
  • Sous le Soleil du Camp des Saints (version longue)

    Ce n'est pas Fillon qui est une imposture au souverainisme, mais le souverainisme qui EST l'imposture.

    Le souverainisme est une idéologie d'extrême-droite qui n'a rien à voir avec la souveraineté.

    C'est une idéologie anglo saxonne, naturellement libérale.

    Le souverainisme, c'est l'indépendance de l'individu par rapport aux règles économiques que la France attribue à l'Etat.

    Le souverainisme entend défendre :

    - la liberté monétaire et les monnaies privées
    - la justice décentralisée et la justice privée
    - la police locale et la police privée
    - les armées privées
    - les écoles privées hors-contrat hors contrôle de l'Etat
    - non intervention de l'Etat dans l'économie
    - communautarisme


    Nos pans de souveraineté sont les attributs de l'Etat :

    - droit de battre monnaie
    - droit de faire les lois et de les faire exécuter
    - droit de justice
    - droit de police
    - défense nationale
    - école gratuite pour tous et programme/diplômes nationaux
    - Etat garant de la prospérité (contrôle de l'économie)
    - Etat garant de l'unité nationale


    Le souverainisme et la défense de notre souveraineté n'ont non seulement rien à voir entre eux mais encore s'opposent-ils avec force.

    Le souverainisme est une idéologie, d'origine anglo saxonne à la base, et qui en Europe, a pris naissance avec la Paneurope.

    Le Mouvement paneuropéen a commencé à germer après guerre et notamment dans les correspondances Condenhove Kalergi-De Gaulle.

    De ce mouvement seront issus les Mouvement Pour la France et autre RPF.

    C'est un mouvement étroitement lié à l'idéologie libérale (dans son acception française, le "liberal" anglo saxon étant classé à gauche par les partisans libéraux du souverainisme).

    C'est ainsi que le thatchérien Nigel Farage et le mouvement Libertas du multimilliardaire Jimmy Goldsmith, se sont retrouvés ou se retrouvent dans ce courant.

    Le Front National ne serait a priori pas "souverainiste" a proprement parlé, Marine Le Pen ne sait pas exactement à quoi cela correspond, mais ses partisans libéraux, et notamment ceux liés au Club de l'Horloge (Marine Le Pen est conseillée par Jean-Yves Le Gallou par exemple), ou l'Institut de Formation Politique -qui se revendique ouvertement de maison-mère libertarienne/libérale cons américaine- qui alimente Marine Le Pen (mais pas seulement) en cadres, ou encore l'Ecole de Guerre Economique (également liée aux Américains, notamment via John Laughand, agent de Ron Paul en Europe et Russie), se retrouvent dans le souverainisme.


    La souveraineté est autre chose.

    La souveraineté française se définit clairement par les attributs de souveraineté de l'Etat depuis les siècles qui ont fondé la France.

    Ce sont ces attributs de souveraineté (droit de battre monnaie, droit de faire et d’exécuter les lois, droit de rendre justice, droit de police, droit de défense extérieure) qui garantissent ou garantissaient (puisque la France a perdu peu à peu ses attributs de souveraineté) à la France les moyens d'assurer son grand principe fondateur d'Unité nationale.

    Ce principe d'Unité qui permet à chaque Français, quelles que soient son histoire et notamment ses origines, d'être considéré comme tous les autres, quel que soit son lieu sur notre territoire.

    Cette souveraineté française donnait à la France son indépendance, le droit pour les Français de décider de leur devenir.

    La démocratie avait permis de transférer ce pouvoir jadis détenu dans les mains d'un Roi, dans les mains du peuple, cette population dont la France faisait des Français.


    Le souverainisme a avoir avec la souveraineté européenne.

    Dans l'idée des souverainistes, très liés à l'Opus Déi et au principe de subsidiarité de l'Eglise, ce principe doit également s'appliquer à l'Europe.

    Il s'agit d'un principe libéral.

    "La subsidiarité peut se définir comme la hiérarchisation des pouvoirs au sein d'une société en fonction des compétences propres à chacun des éléments constitutifs de cette dernière.

    Le principe de subsidiarité énonce le souhait que les compétences des groupements d’ordre supérieur doivent se limiter aux tâches que les groupements d’ordre inférieur ne peuvent faire par eux-mêmes.

    Les décisions devraient donc être prises à l'échelon le plus adapté (si possible au niveau de l'individu), de façon à permettre la résolution la plus rapide et la plus efficace des problèmes.

    Le contraire du principe de subsidiarité est la centralisation, qu'elle soit le fait d'une autorité centrale coercitive, ou que les groupements d’ordre inférieur (individus, communes, cantons, régions...) cèdent leur droit à l'entité supérieure, en échange de subventions.

    La subsidiarité rejoint l'idée fédérale et s'oppose au modèle jacobin centralisateur de l'État-nation."


    François Hollande ne se réclame apparemment pas de cette souveraineté française.

    Il parle d'une "souveraineté européenne".

    Faisant référence à un rêve d'indépendance de l'Europe, peut-être vis-à-vis des Américains, comme tel était le projet d'un de Gaulle également.


    La décentralisation des uns et des autres n’est pas exactement de même essence.

    Les partisans de l’UE et leur « landerisation » n’ont pas exactement les mêmes postulats de base que les souverainistes.
    Les partisans de l’UE ont créé les prémices d’un Etat européen, centralisateur pour certaines grandes règles, économiques notamment, vers toujours plus de libéralisme, avec les régions comme cellules de base.

    Les souverainistes sont eux partisans d’un Etat minimaliste, ne garantissant que la liberté nécessaire au libéralisme et la décentralisation est pour eux un moyen de réduire la puissance de l’Etat, que l’Etat se situe au niveau de la nation, ou bien au niveau européen.

    Pour les souverainistes, la décentralisation n’est pas exactement un territoire, elle est le plus petit lieu où peut s’exercer le pouvoir.

    C’est leur principe de subsidiarité, dont ils disent que l’UE l’a inversé.

    Pour eux, le pouvoir doit se situer au plus proche de l’individu, sauf si on ne peut pas faire autrement.

    Ils se calquent sur l’Eglise, et sont liés à l’Opus Déi dont le côté religion n’est qu’un cache-sexe de son extrême-droitisme.
    Mais il faut comprendre que, des deux nuances idéologiques, le souverainisme est celle qui tend vers le plus de libéralisme et pousse à tous les niveaux en ce sens.

    Aucune de ces idéologie n’est la France et n’a de lien avec la souveraineté française, sinon que les souverainistes essaient de noyer leur idéologie derrière la confusion que peuvent entraîner les deux termes.

    La souveraineté française est au service d’une grande idée d’unité nationale qu’ils ne défendent pas du tout.


    Le fait est que le souverainisme appelle aussi l'Europe, dite des nations, à cette indépendance.

    On voit mal comment une Europe libérale serait différente de l'idéologie anglo saxonne libérale, mais ne compliquons pas l'affaire.

    Etant donné que peu semblent déjà maîtriser les termes du débat ...

    Ce que veulent les souverainistes, c'est d'une Europe plus libérale, moins "étatiste", moins réglementée, ils appellent ainsi l'UE : "l'union soviétique européenne".

    Lorsque vous faites appel à la notion de souveraineté, votre nation s'accorde et respecte, également, toutes les autres entités équivalentes dans le monde.

    La France est un Etat-Nation (qui détient donc les attributs de souveraineté) est en en cela, très différente d'autres cadres politiques.

    Un hypothétique principe de "souveraineté européenne" serait-il ainsi sous-tendu par le principe d'unité français, ou par le principe individualiste anglo-saxon ?

    Notre unité implique un pouvoir centralisé, quand le paradigme anglo-saxon s'alimente de décentralisation.

    Le souverainisme est une idéologie qui revendique par ailleurs cette décentralisation, et l'Etat est une plaie à combattre, même s'ils jouent sur le concept d' "Etat fort", car ils veulent un Etat minimal qui défende fortement la liberté individuelle.

    La domination anglo américaine ayant entraîné la France dans ce processus qui nous est étranger car la France a justement toujours lutté contre les pouvoirs et petits intérêts féodaux que cela engendraient, et qui mettaient en péril notre raison d'être, celui de l'intérêt général contre les intérêts particuliers.

    Le modèle allemand, ou britannique naturellement, s'assimilent au modèle fédéral américain en revanche.

    En sachant que ce genre d'organisation politique est très poreux aux lobbies, quand l'Etat y est un rempart.


    Le souverainisme n'a rien à voir avec la France, et on le voit bien, c'est un mouvement politique hors-sol, avec un réseau mondial.

    Le mouvement qui défend la France et sa conception de la souveraineté, s'appelle la France.

    Les souverainistes s'associent au mouvement de Démocratie Directe, conception anglo américaine.

    La bataille des libéraux sur nos institutions est ancienne, nous n'avons pas opté pour ces paradigmes anglo saxons, la France a su rester elle-même grâce à cela, indépendante est souveraine, unitaire, grâce au maintien de notre conception des institutions.

    La Démocratie Directe est la voie des autonomismes et des lobbies.

    Tous ces concepts politiques sont autant de pièges pour la France pour ceux qui ne les comprennent pas.

    En parallèle, l'emprise libérale sur l'Eglise a permis d'associer le principe de subsidiarité de l'église, au souverainisme, pour l'appliquer au politique, de façon à détruire, comme avec la Démocratie Directe, les souverainetés nationales.


    Que l'on ne me demande pas comment un J-P Chevènement et les dits souverainistes de gauche se situent dans cette idéologie, je ne suis pas responsable des incohérences des uns et des autres.

    Mais depuis longtemps les souverainismes sont solubles entre eux et parlementent de façon transversale, sans trop s'avancer sur des questions qu'on ne leur pose jamais, sur leur réelle vision économique, sociale, leurs frontières en quelque sorte, et même celle de leur "indépendance", notamment vis-à-vis de l'idéologie libérale.

  • Sous le Soleil du Camp des saints

    Le camp Fillon devrait au moins apprendre aux ignorants que le souverainisme dont les fillonnistes se réclament, est une idéologie d'extrême-droite qui n'a rien à voir avec la souveraineté.

    Le souverainisme, c'est l'indépendance de l'individu par rapport aux règles économiques que la France attribue à l'Etat.

    Ce n'est pas Fillon qui est une imposture au souverainisme, mais le souverainisme qui EST l'imposture.

  • Fillon, prends garde aux mères de famille !

    En tant que mère de famille nombreuse monoparentale, je n'aurai pas les moyens de subir une hausse de la TVA pour permettre aux actionnaires de s'engraisser davantage.

    Idem pour mon travail, je n'ai pas les moyens que l'on touche à mon pauvre Smic ni de travailler encore davantage pour toucher tout aussi peu car aller travailler a un coût que les travailleurs pauvres ont déjà du mal à assumer, surtout les mères de famille.

    Je n'ai pas plus l'envie que les moyens de voir l'école publique dépouillée pour permettre aux écoles hors-contrat de s'offrir le marché éducatif.

    Idem pour la santé.

    Je dirais même que si l'on touche à notre école et notre santé publiques, avenir de nos enfants et de nos générations futures dont la France a toujours assuré la gratuité, il verra ce qu'est une mère qui sort de ses gonds.

    Et j'en suis certaine, des millions de mamans avec moi.

  • Ne jamais perdre l'axe libéral

    Le patron d'AXA assure ses arrières.

    AXA en grec, signifie recentrer, revenir toujours dans l'axe, au centre.
    En hébreu, le prénom biblique AXA signifie "anneau à la cheville", enchevillé tel un esclave.

    Henri de Castries a toujours été libéral cons, et on le trouve naturellement auprès des hommes politiques d'extrême-droite -toutes tendances confondues-, où il s'assure sans doute de leurs orientations vers cet extrémisme libéral vers lequel il tend.

    De la même promotion Voltaire que François Hollande on retrouve Henri de La Croix de Castries parmi ses nombreux réseaux financiers.

    De sensibilité catholique et conservatrice, ce directeur général du groupe d’assurance AXA, neuvième groupe au monde, après avoir été suffisamment proche de Nicolas Sarkozy pour faire partie des invités de la fameuse fête du Fouquet’s le 6 mai 2007, a soutenu la campagne de François Hollande avec une contribution de 7 500 euros au cercle animé par Jean-Jacques Augier « Répondre à gauche avec François Hollande ».

  • Fillon l'Américain

    La position bras replié, main sur le coeur, est celle des citoyens américains lors des exécutions de l’hymne national des Etats-Unis.

    Et quand il aura saigné à blanc nos hôpitaux et nos écoles, et que les professeurs qui voudront mettre un peu de beurre dans les épinards seront sollicités par les hôpitaux et écoles libres hors-contrat, nous pourrons dire bien plus que Sarkozy encore, Fillon aura trahi la France, notre unité, notre égalité, notre fraternité, qui font toute la liberté et la grandeur de notre pays.

    Lien permanent Catégories : Brèves
  • Surprise suprise

    Entre les sarkozystes qui n'iront pas voter, ceux qui ont voter Fillon au premier tour sans connaissance de cause, et la gauche très mobilisée, rien n'est joué, primaires ouvertes, jeux ouverts.

    Lien permanent Catégories : Brèves