Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Chacun est seul responsable de tous" - Page 3

  • Macron et Philippe ne sont pas des Honnêtes Hommes

    A la commission de notre histoire, l’honnêteté du tandem présidentiel ne tient pas la route

    Macron et Philippe ne sont pas des Honnêtes Hommes, qui sont des généralistes (qui s'opposent aux "idiotès"), forts en maths et forts en thème, selon la conception de l'Académie platonicienne puis du XViième, le philosophe doit être géomètre, nul n'entre ici s'il ne l'est.

    Le spécialiste se dit en grec, "idiotès", celui qui s'enferme dans sa spécialité jusqu'à en devenir idiot, obtus, idéologue; la science ne suffit pas, la philosophie ne suffit pas, il faut être un généraliste, embrasser la société dans sa globalité et pour cela, posséder des connexions neuronales extrêmement variées.

    Villani pourra faire le calcul, le binôme au pouvoir est nul en maths, il n'est qu'agent communiquant de la finance qui en finit avec les lobbies en installant directement ses intérêts dans le nid public.

    Des beaux parleurs, voilà leur réussite, des escrocs, aucune base scientifique et donc incapables d'appréhender la complexité du pouvoir, et surtout de l'intérêt général, pour ne rien dire des conflits d'intérêts qui les animent explicitement.

    Macron et Philippe sont des littéreux, les nouveaux certifiés d'études littéraires sont d'une profonde indigence en la matière, ne sachant qu'aligner des idéologies, des pensées toutes faites qu'ils savent savamment répéter en boucle, ce qui a pour effet d'épater la galerie, mais qui, à l'analyse, sont pathétiques.

  • De Juppé à Beigbeder, à l'Heure de l'extrême-droite

    De Juppé à Beigbeder, à l'Heure de l'extrême-droite :


    Club de l'Horloge Juppé.jpg


    Carrefour de l'Horloge — Wikipédia
    Le carrefour de l'Horloge — dénommé club de l'Horloge de 1974 à 2015 — est un cercle de pensée politique français fondé en 1974 notamment par Yvan Blot, Jean-Yves Le Gallou et Henry de Lesquen.
    FR.WIKIPEDIA.ORG

  • A quoi sert l'immigration



    Migrants: l'Allemagne crée des emplois ... à 80 centimes de l'heure.
    INTERNATIONAL - Berlin compte créer 100.000 "minijobs" à destination des populations réfugiées en Allemagne pour faciliter leur intégration. A moindre coût.
    EUROPE1.FR|DE EUROPE 1

    Lien permanent Catégories : Brèves
  • Maréchal le Pen, une fille à papas de conviction

    Un papa à Paris et une maman en Afrique, On sent que "cette petite fille" qui est sa fille est toujours au centre de ses préoccupations ...
    Et d'opérer un grand remplacement des cadres africains par des Maréchaux ?



    Marion Maréchal-Le Pen quitte la politique pour s’installer en côte d’Ivoire - Trace FR
    Marion Maréchal-Le Pen quitte la politique, la députée du Vaucluse a annoncé son retrait de la vie politique, après la défaite du Front National aux élections…
    FR.TRACE.TV|DE MUSICFEELINGS

    Lien permanent Catégories : Brèves
  • La droite hors-les-murs au tout-à-l’égout, vite !

    Les intégro libéralo cons ont toujours tenté le putch en interne, sans succès, mais ils persistent.

    Echec les premiers temps car JMLP voulait garder la main sur tout, et le voilà aujourd'hui à se ranger dans le camp des félons d'hier et sur le même programme.

    Tous les groupuscules d'extrême-droite s'y sont essayés, puis Mégret/Olivier qui ont eux-mêmes passé la main à Lang, Gollnisch restant dans la place selon la théorie de la résistance interne que reprend Pierre Cheynet.

    MMLP semblait ensuite tenir la corde mais la voilà qui la rompt, et sa jeune garde qui hésite à la suivre quand la vieille demande aux troupes de tenir.

    La droite hors-les-murs les pousse ou les retient, selon la stratégie du moment, que ne forment-ils pas leur propre bande, MMLP, Ménard, Villiers, Collard, Gollnisch, et (mauvaise) compagnie, que la droite hors-les-murs prenne la porte, et ne repasse plus par les fenêtres !

    Lien permanent Catégories : Brèves
  • Aparté familial, professionnel et militant

    Enfants Iles Morbihan.jpg Personnellement, j'ai élevé mes enfants toute seule tout en travaillant et en militant.

    Je travaillais à la maison pour pouvoir les élever et lorsque je militais, soit nous les laissions à la mère du père de mes enfants une fois couchés à 20 heures (nous habitions chez elle la moitié du temps lorsque nous n'étions pas en région parisienne), nous boitions et collions la nuit avec le père de mes enfants dans la région de la Presqu'île, je pouvais repasser pour un éventuel allaitement de nuit, mes enfants étaient programmés comme du papier à musique; soit je les amenais aux réunions publiques.

    Je ne les ai jamais même laissés à leur grand-mère seuls lorsqu'ils étaient éveillés, sauf une fois, lors du premier mariage de Marine, ça a créé chez moi un tel choc que je suis arrivée à Montretout avec la moitié du visage paralysée, j'ai dû passer à l'hôpital de Saint Cloud juste en dessous pour passer un scanner, et les photos du mariage témoigne de cette réaction.

    Plus tard lorsqu'ils étaient scolarisés, j'ai travaillé à temps partiel pour pouvoir militer le temps où ils étaient à l'école et en périodes électorales, je mettais à profit mes jours de congés pour les campagnes, pendant que mes enfants étaient chez leur père un we sur deux ou trois et une partie des vacances puisque nous sommes séparés depuis que le quatrième était bébé.

    J'ai pris un congé parental d'éducation durant les trois premières années de mon dernier enfant (moment durant lesquels nous avons vécu tous les cinq avec moins que le RMI à l'époque).
    Puis j'ai ensuite aménagé mon temps de travail en fonction de leurs emplois du temps, pour les emmener à l'école tous les matins et pour manger ensemble à la maison entre midi et treize heures.
    Et de veiller à ce qu'ils aient des activités sportives culturelles et sociales.

    J'ai pu proroger mon temps de travail le soir quand ils ont pu rentrer seuls à la maison tous les quatre ensemble sous la garde des deux plus grands.

    Je dois dire avec fierté qu'ils ont toujours été d'une grande facilité et d'un grand sérieux, faisant leurs devoirs seuls à leur retour et ayant tous pris leur douche avant que je n'arrive pour faire le repas du soir tout en vérifiant éventuellement les leçons mais simplement pour ce plaisir partagé, ils ont toujours tout su tous seuls.

    Je leur ai seulement tous appris à lire, écrire et compter (et surtout, l'amour de l'école, des maîtres et d'apprendre ) avant le cours préparatoire, justement pour qu'ils puissent travailler seuls et avoir acquis les bonnes bases pour cela.

    Je pouvais partir le mercredi en les laissant le matin devant un jeu d'échecs et revenir vers 13 heures en les trouvant encore dessus à alterner entre lecture et partenaire de jeu. Nous n'avions ni télé ni console, ils avaient seulement accès à l'ordinateur en ma présence.

    L'éducation de mes enfants a été ma plus grande joie et ma plus belle fierté, je ne les remercierais jamais assez d'avoir été les enfants qu'ils ont été, joueurs, joyeux, vivants mais toujours sages et sérieux, j'ai toujours été étonnée, admirative et reconnaissante de leur comportement que toutes les personnes qu'ils ont pu côtoyer ont toujours trouvé remarquable.

    Mais jamais pour rien au monde, je n'aurais laissé le soin de s'en occuper à quiconque, c'était extrêmement prenant mais terriblement satisfaisant et gratifiant.

    Je pense leur avoir donné les plus solides bases affectives en espérant qu'elles les portent loin et longtemps.Personnellement, j'ai élevé mes enfants toute seule tout en travaillant et en militant.

    Je travaillais à la maison pour pouvoir les élever et lorsque je militais, soit nous les laissions à la mère du père de mes enfants une fois couchés à 20 heures (nous habitions chez elle la moitié du temps lorsque nous n'étions pas en région parisienne), nous boitions et collions la nuit avec le père de mes enfants dans la région de la Presqu'île, je pouvais repasser pour un éventuel allaitement de nuit, mes enfants étaient programmés comme du papier à musique; soit je les amenais aux réunions publiques.

    Je ne les ai jamais même laissés à leur grand-mère seuls lorsqu'ils étaient éveillés, sauf une fois, lors du premier mariage de Marine, ça a créé chez moi un tel choc que je suis arrivée à Montretout avec la moitié du visage paralysée, j'ai dû passer à l'hôpital de Saint Cloud juste en dessous pour passer un scanner, et les photos du mariage témoigne de cette réaction.

    Plus tard lorsqu'ils étaient scolarisés, j'ai travaillé à temps partiel pour pouvoir militer le temps où ils étaient à l'école et en périodes électorales, je mettais à profit mes jours de congés pour les campagnes, pendant que mes enfants étaient chez leur père un we sur deux ou trois et une partie des vacances puisque nous sommes séparés depuis que le quatrième était bébé.

    J'ai pris un congé parental d'éducation durant les trois premières années de mon dernier enfant (moment durant lesquels nous avons vécu tous les cinq avec moins que le RMI à l'époque).
    Puis j'ai ensuite aménagé mon temps de travail en fonction de leurs emplois du temps, pour les emmener à l'école tous les matins et pour manger ensemble à la maison entre midi et treize heures.
    Et de veiller à ce qu'ils aient des activités sportives culturelles et sociales.

    J'ai pu proroger mon temps de travail le soir quand ils ont pu rentrer seuls à la maison tous les quatre ensemble sous la garde des deux plus grands.

    Je dois dire avec fierté qu'ils ont toujours été d'une grande facilité et d'un grand sérieux, faisant leurs devoirs seuls à leur retour et ayant tous pris leur douche avant que je n'arrive pour faire le repas du soir tout en vérifiant éventuellement les leçons mais simplement pour ce plaisir partagé, ils ont toujours tout su tous seuls.

    Je leur ai seulement tous appris à lire, écrire et compter (et surtout, l'amour de l'école, des maîtres et d'apprendre ) avant le cours préparatoire, justement pour qu'ils puissent travailler seuls et avoir acquis les bonnes bases pour cela.

    Je pouvais partir le mercredi en les laissant le matin devant un jeu d'échecs et revenir vers 13 heures en les trouvant encore dessus à alterner entre lecture et partenaire de jeu. Nous n'avions ni télé ni console, ils avaient seulement accès à l'ordinateur en ma présence.

    L'éducation de mes enfants a été ma plus grande joie et ma plus belle fierté, je ne les remercierais jamais assez d'avoir été les enfants qu'ils ont été, joueurs, joyeux, vivants mais toujours sages et sérieux, j'ai toujours été étonnée, enthousiasmée, émerveillée, admirative et reconnaissante de leur comportement que toutes les personnes qu'ils ont pu côtoyer ont toujours trouvé remarquable.

    Mais jamais pour rien au monde, je n'aurais laissé le soin de s'en occuper à quiconque, c'était extrêmement prenant mais terriblement satisfaisant et gratifiant.

    Je pense leur avoir donné les plus solides bases affectives en espérant qu'elles les portent loin et longtemps.

  • Marion Maréchal Le Pen, un grand placement en remplace un autre

    Grosse opération de communication donnée en exclusivité chez les intégristes libéralo identitaires.

    La fille à papas et à Daddy veut postuler au rôle de mama.

    Pour s'occuper de "cette petite fille" répète-t-elle en boucle dans un message récurrent dans les medias, drôle de façon de parler de sa fille qui doit lui être bien étrangère.

    Faire semblant de s'intéresser à son enfant quand on l'a délaissé bébé pour mener une carrière, même si c'est pour flatter sa cour dans le sens du poil, c'est assez culotté, même avec un discours préparé Famille/Libre entreprise, le théâtre ne prend pas.

    La jeune femme qui découvre aujourd'hui qu'elle est mère figure pourtant dans les bons derniers de la classe à l'Assemblée nationale malgré une surmédiatisation due à sa peopolisation.

    Et voilà qu'on lui prête une autre place de fille à papa, il est vrai qu'en Afrique, auprès des grands démocrates françafricains, elle aurait plus de temps pour sa fille.

    Même si les nounous existent partout comme le rôle de potiche est universel, la farce pourrait prendre.

    Et de nous rejouer ensuite le retour de l'enfant prodigue, la mascarade du pied dans la réalité, pourquoi pas un guide de l'entreprise facile tant qu'elle y est, dans la pièce "J'écris un bouquin sur ma traversée du désert".

    Le théâtre de la vie politique est une vaste comédie humaine où les tristes clowns blancs portent le nez rouge de l'Auguste loufoque, le cirque continue.

    Lien permanent Catégories : Brèves
  • Le Retour de la France, un Nouvel Espoir

    Il faut inscrire dans la charte constitutive du nouveau parti qui défendra la France :

    - les préalables fondamentaux extrêmement explicites, ce parti n'admet aucune forme de racisme, y compris l'expression d'un anti-racisme sournoisement paternaliste (qui s'assimile à du racisme), comme le proposent certains autres partis.
    Le racisme, l'antisémitisme (variante racialiste), l'anti-islamisme, et autres déclinaisons, sont des vieilles croyances de personnes aussi peu instruites qu'humanistes.

    En France, il n'y a que des Français, dès lors qu'ils ont la nationalité française, et c'est la France qui les fabrique, c'est la France qui fait le Français.

    Les populations étrangères sont nos frères en humanité et toute politique étrangère doit s'efforcer de les respecter a priori.
    Notre programme n'est destiné qu'à préserver nos institutions fondatrices et l'esprit de nos lois, un esprit d'ouverture et de protection.

    - le libéralisme et le conservatisme nous sont des idéologies étrangères car étrangères à la France.

    - ce parti devra expliquer ce qu'est la France, un Etat-Nation unitaire.

    Cette unité des citoyens français dont notre Etat est garant, n'est assurée que par les institutions françaises respectées.
    L'Etat est doté d'attributs de souveraineté qui seuls permettent l'unité nationale.

    Au premier chef de ces attributs se trouvent la souveraineté monétaire.

    Il s'agit d'être extrêmement ferme sur le sujet et de démontrer en quoi notre France tant admirée par le monde, ne peut répondre de ce qu'elle est, que par cette clef de voûte.

    Et de renvoyer les prétendus intellectuels qui accusent notre souveraineté -celle-là en particulier- de tous les maux, c'est à la France qu'ils s'en prennent.

    Les attributs de souveraineté de notre Etat sont définis et expliqués dans nos livres d'histoire de notre droit.

    - Il convient d'expliquer en quoi la France diffère des autres civilisations, dans sa façon de préserver l'intérêt national et l'unité nationale, et notamment contre les intérêts particuliers, ceux des puissances d'argent en premier chef.

    - Il faut expliquer comment notre société est fondée sur l'impôt qui est notre contribution à notre présent et au futur de nos enfants.

    Cet impôt ne devant nullement servir à alimenter ceux qui se goinfrent déjà sur le dos des Français et qui seront d'ailleurs formellement contrôlés par l'Etat qui est l’émanation de tout le peuple français. Tel que le veut notre tradition.

    Ebauche

  • La dame de coeur mérite bien une petite pique et le roi de trèfle d'être mis au carreau

    Elle l'a forgé, elle est son Pygmalion, elle en a fait un banquier, à l'image de son premier mari/amour.

    Derrière la dame du jeu d'échec, se cache en réalité un vizir, chacun le sait, la première dame ad-ministre tant l'affaire de coeur que les affaires qui devraient lui être étrangères, sous la jupe courte, madame porte la culotte, elle veut en faire le premier de la classe dirigeante.

    Il faut tout de même mettre la dame en perspective, la grande humanité de la finance est légendaire, ça va donner des leçons de morale en se vautrant dans le lucre, ça côtoie le monde de la culture et cultive l'art de compter ses sous sur le dos des autres, c'est beau comme du grand Zola qui aurait avalé un petit Beigbeder.

    Une dame de coeur ? Un couple d'amour ?
    Qui méprise les gens qui ne sont pas de leur hauteur phantasmée.

    On voit le coeur quand on l'a sur la main, pas sur le porte-monnaie.

    Leur histoire de papier glacé est glaciale et glaçante, faite de communication, de coup de bluff et d'arnaque commerciale, on nous vend du rêve quand on va nous refourguer un cauchemar social.

    La magie Macron est celle d'être lapin sorti du chapeau du Medef. Sur la "société civile" de Macron, combien d'encartés au Club gattazeux ? Et Les journalistes et leurs pudeurs, pourquoi ne pas avoir invité Parisot qui s'est dite prête pour Matignon (quand y'a l'la gêne, y a pas d'plaisir ...) ou l'Yvon Junior, sur les plateaux quand cette victoire était surtout la leur !

    Pendant que Macron fait sonner les trompettes d'Aida, le peuple entonne le chant des esclaves.
    Mais du haut de cette pyramide, trois siècles nous contemplent et au-delà, ça va mal finir cette histoire.

    Notre république, notre France, si souvent invoquées, n'ont rien des paradigmes européens, hiérarchies des normes encore et toujours inversées.

    Notre république n'est pas une chimère, elle s'adosse à nos institutions, il n'y a plus de chose publique dans l'Europe libérale des banques, forcément libérale et des banques.

    Qui ne comprend pas qu'il n'y a pas de république française sans France, Etat-Nation doté d'attributs propres dont l'Europe la défait.

    Macron, l'envoyé des dieux de la finance, le messie du marché.

    Le Traité de Lisbonne à l'honneur au soir du second tour, passé par les fenêtres après avoir été rejeté par la porte par les Français, il revient en force sur le tapis rouge de l'Elysée macronien.

    Selon Macron et les européistes, la sortie de l'Europe serait la fin de la pêche française, la fin de l'agriculture française, la fin de l économie française, etc. Quelle est donc cette Europe qui aurait droit de vie et de mort sur tout ce qui NOUS concerne. Raison de plus d'en sortir.

    Et ceux-là d'assumer, et d'arrêter de dire : « Vive la république, vive la France », qu'ils disent juste « Vive l'Europe », ce sera plus juste et plus honnête, et même dire : « Vive l' Europe libérale » car c'est bien la seule qui puisse exister et qu'ils souhaitent, vous imaginez la tête de leurs soutiens s'il en était autrement.

    La France qui va bien n'a pas de coeur, son ascension vient d'avoir écrasé tous les autres et son maintien de pérenniser ce saccage.

    Le coup de fouet de la maîtresse et le sourire du bellâtre en sucre qui aide la médecine à couler.
    La nouvelle Claire Chazal va permettre de vendre du papier jusqu'à ce que de la gravure de mode passe sa crise, en attendant, l'inversion de la hiérarchie des normes, ce sera leur truc sur lequel ils veulent nous aligner.

    Leur roman à l'eau de rose (qui explique sûrement le vote vieille rombière dont Macron a été gratifié) versus la réalité d'un Zola.

    On s'en fout de leur romance qui ne démontre qu'un malaise à la limite de la légalité, la dame a détourné le mineur, en a fait un banquier, un homme de pouvoir et pavane dans les magazines de mode quand les Français sont abandonnés par ceux-là mêmes qui leur doivent protection.

    Salauds, vous serez traités de salaud parce que vous n'avez pas les moyens de voter Macron, salauds de pauvres toujours.

    Certains ont dû voter avec une pince-à-linge sur le nez en 2002, cette fois, ils ont dû se rendre ... aux urnes en serrant les fesses.

    C'est doté d'un cul sans nom qu'il se positionne en tête quand la France entière rejetait les prémices de son projet, comme Napoléon répondait que la première des qualités de ses généraux était la chance, c'est bordé de nouilles que le jeune coq en pâte a abordé la bataille.
    Le coup d'Etat démocratique, le hold up républicain, ça marche.

    Il existe un vote fasciste en démocratie qui consiste à voter contre ses idées à cause du théâtre en fascisme de l'adversaire.

    Au lieu de donner les moyens à l'État de contrôler l'économie et de donner du travail et un salaire décent à tous, le bourgeois, qui a du mal à voir au-delà de son petit intérêt personnel, dira qu'un travail sous-payé suffira bien, en ajoutant du pain pourri refourgué par les associations caritatives, il dira en plus que c'est écologique et que ça évite le gaspillage.

    Il n'y a pas plus que coeur que d'âme chez cette dame du Touquet, que du toupet, elle ne sait plus sur quelle rive habiter, entre Café de Flore et avenue Montaigne, du nom des véritables mentors du Bel Ami/Rastignac.

    C'est un couple Dorian Gray, il faut aller voir de l'autre côté du miroir.


    Un Français sur trois s'est abstenu, sur les deux tiers restants, la moitié des électeurs Macron a voté contre Le Pen, soit 16 % d'adhésion dont la plupart admettent ne même pas connaître du projet.

    Marine Le Pen réunit plus de vote d'adhésion que les adhérents d'En Marche.

    La France avec Macron, mourra de l'inversion des paradigmes, comme elle serait morte sous le joug identitaire.
    Inversion de la hiérarchie des normes, décentralisation, démantèlement de l'Etat, tout y est.

    Et d'aller en banlieue ou envoyé à Canossa à Alger pour le compte de la Silicon Valley qui a besoin d'esclaves consentants pour ubériser la société.

    Macron est là pour forcer les Français à s'aligner sur des bas revenus, des moindres protections, un travail aléatoire, il leur vend une servitude volontaire.

    En échange, il leur file trois cacahuètes à avaler à grand coups de schlague pour jouer les bons Samaritains, mais derrière le visage de gravure de mode, se cache l'âme damnée de Dorian Gray, l'inhumanité.

    A côté, l'extrême-droite folklorique qui rôde autour de Marine Le Pen, c'est du pipi de chat, même si l'amorce d'Union des droites tend à rejoindre le même exact axe destructeur de res publica, l'extrême-droite sérieuse est En Marche, aidé par les saloperies des dirigeants frontistes qui servent de repoussoirs pour nous pousser tous dans les bras de l'esclavage.

    Au sommet de la pyramide, au sommet de l'oligarchie, la saloperie règne en maître, elle n'est pas à un petit racisme près, un goût d'herbe amère que tous les peuples opprimés connaissent bien, maror, maror.

    Si Macron gagne, pas besoin de quitter la France, c'est elle qui nous quitte.

  • La bande des complotistes assure le complot à trois bandes

    Si l'extrême-droite est si férue de théorie du complot, c'est qu'elle en est aussi la reine.

    Ses adeptes ont largement diffusé hier le message d'un complot interne maison selon lequel Trump/Poutine/Assad était de mèche pour le bombardement américain.

    Avec le concours à l'insu de son plein gré du complexe militaro industriel naturellement.

    Extrait :

    "Sans l'accord des russes, les missiles américains n’auraient jamais pu passer... En fait, il s'agit d'une affaire intérieure américaine ... Il y a eut un accord Trump / Poutine / Assad il s'agit de calmer l'opposition intérieure américaine ... Le système de défense russe a été opportunément désactivé et la base évacuée par les syriens ... Ils étaient au courant de l'attaque ! Seuls 23 missiles ont atteint leur but (les autres ont été déroutés par les russes) et ils n'ont fait que 6 victimes syriennes... Les installations ont été remises en état en 24 h... et de nouveaux les avions de chasse peuvent décoller de la base ... bref une opération montée de toutes pièces...".

    Lien permanent Catégories : Brèves