Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Chacun est seul responsable de tous" - Page 6

  • L'Unité Nationale, notre fondement et notre avenir

    Quand Clovis a fondé le royaume de France, il a fondé une nation faite de tribus étrangères.

    Le but était d'éviter les guerres tribales de clans qui, les uns après les autres, se pillaient, se trucidaient, s'envahissait joyeusement.

    Nos rois ont compris comment consolider cette idée d'unité nationale en se dotant d'attributs qui ont fait de la France, la Nation millénaire que nous connaissons.

    Clovis, pour asseoir son idée d'unification, va s'appuyer sur l'Eglise qui, depuis Rome, avait structuré le territoire de ce qui allait devenir la France.

    Le royaume se divise à nouveau à cause de la loi qui voulait que le royaume de Clovis soit réparti entre ses enfants.
    Mais rapidement, Dagobert reprend l'idée d'unité de Clovis et l'appuie également sur une justice unifiée.


    Pour tous, il n'y aurait une justice publique, centralisée, rendue au nom du roi souverain, l'impôt, une monnaie, une loi, une défense, une sécurité, un Etat doté de missi dominici chargés de veiller à son autorité sur tout le territoire national, bientôt une école, une langue et ainsi de suite, c'est dans cet esprit que tout ce qui fait de nous des Français, que nous existons en tant que tels, se bâtit.

    Notre nation est une construction politique.


    La grande idée d'unité nationale garantie par un Etat doté à cet effet, avance et ne cessera plus, c'est de cela dont nous sommes les héritiers.

    Lien permanent Catégories : culture
  • En réponse à un anti-IVG


    Les hommes, femmes comprises, n'ont pas attendu la loi sur l'avortement pour ne pas avoir de conscience et avoir l'esprit plein de haine et de violence.

    Au cours d'une vie, les femmes peuvent connaître d'avortements naturels, dans la nature, des animaux tuent leurs progénitures à la naissance par conscience de ne pas pouvoir s'en occuper, notamment quand les femelles sont trop jeunes et/ou le milieu trop défavorable au développement des bébés.

    Vous ne pouvez pas dire que la vie n'est pas respectée dans des sociétés où l'on met tout en oeuvre pour sauver la vie des enfants, les prématurés, les handicapés, les malades, etc.

    Quand les anti-IVG seraient plus pour un loi dite naturelle qui débarrasserait la société de ces "parasites".

    Combien d'anti-IVG donnent leurs enfants à élever par des nounous ? A éduquer par des pensionnats ?

    Quant à votre complot "anti-blanc", là encore, votre conscience est embrumée par l'idéologie.

    Par ailleurs, la société américaine, sectaire et matérialiste, est le modèle de grande liberté dont les anti-IVG sont les plus tenants.

    La liberté, la loi naturelle, a ses dérives immanentes, elle tue les hommes économiquement en désorganisant les sociétés établies en régime protecteur.

    L'individualisme est le fruit de l'anti-société.

    Il faut Dieu, et, César, comprenez bien cela.

    Lien permanent Catégories : Brèves
  • Simone Veil ou de la relative déification des personnages de l'histoire de France

    Monsieur Hulot est-il un grand homme ?
    Aux heures où l'on comprend l’arnaque écologiste du vendeur de shampoings toxiques présentateur de TF1 sponsorisé par les grands groupes financiers, on se demande si, malgré cela, il pourrait finir au Panthéon.

    Pour madame Veil, on en s’est pas posé de questions.

    Madame Veil a connu une adolescence qu’on ne saurait qualifier, elle a connu la Shoah, qui signifie en hébreu qu’on ne peut même pas poser un nom sur cette horreur.

    Madame Veil a su combattre jusqu’à la Shoah en lui opposant, dans son esprit, une force bien plus puissante qui est la volonté de faire le Bien contre la lâcheté et l’ignominie de faire le mal.

    Madame Veil a su trouver cette ressource en elle, l’humain est capable du pire comme du meilleur et possède d’incroyables capacités de résilience, c’est, par delà l’innommable, l’espoir qui nous est permis.

    Madame Veil a-t-elle pour autant réalisé de tels exploits que la France ait à l’honorer comme ceux qui l’ont fondée ou consolidée.

    Il faut avoir fait quelque chose de remarquable pour la France pour mériter d’être inhumé au Panthéon.

    Madame Veil a contribué à inscrire notre civilisation dans une politique de santé publique.

    Des femmes mourraient de ne pas trouver assistance dans leur désarroi, l’avortement se pratique de tout temps et sous toutes les latitudes, même sous les cieux gouvernés par la religion qui l’interdit.

    Les avortements clandestins entraînaient le pronostic vital des femmes, et les avortements se pratiquaient à l'étranger pour ceux qui en avaient les moyens.

    L'avortement, involontaire ou volontaire, est vieux comme le monde, partant de là, on peut, soit le prendre en compte, soit faire l'autruche, les libéraux cons jouent à ces oiseaux de malheur.


    Contrairement à ce qui a été véhiculé, la Loi Veil est une loi sur la vie.


    Son premier alinéa et donc le principal, rappelle ce grand principe.

    Le principe, c'est la vie, l'avortement est l'exception, et toutes les mesures doivent avoir été prises pour que ce soit l'ultime recours.

    Non, toutes les grossesses ne sont pas prévisibles, un oubli de contraception est fréquent, cela arrive aux femmes les plus attentives, les préservatifs ont un coût (même si certains députés n'ont visiblement pas toujours conscience de la façon dont les Français les plus pauvres finissent les fins de mois), et la pudeur même peut amener à une grossesse.

    L'arrivée au monde d'un enfant, s'il est le plus merveilleux des événements, ne peut malheureusement pas toujours être envisagé sous les meilleurs hospices, si l'idée d'un contrôle des naissances est détestable, la lourde responsabilité d'une vie peut être remis en cause.

    Lors de son discours devant les députés, Simone Veil a déclaré :

    « Je le dis avec toute ma conviction : l'avortement doit rester l'exception, l'ultime recours pour des situations sans issue. Mais comment le tolérer sans qu'il perde ce caractère d'exception, sans que la société paraisse l'encourager ? Je voudrais tout d'abord vous faire partager une conviction de femme - Je m'excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d'hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l'avortement. Il suffit d'écouter les femmes. »

    Je serais plus réservée sur l'usage fait de cette loi par certains groupes de pression, et rappelle qu'aux USA, des mouvements d'extrême-droite voient et organisent sournoisement des campagnes allant jusqu'à la stérilisation de certaines parties de la population.


    Je ne m'attaquerai pas à Simone Veil sur ce sujet, de même que je ne suis pas dupe du fait qu'il serve de prétexte à l' expression d'un antisémitisme révoltant.
    Je rappelle d'ailleurs que ce qui déplaît le plus aux libéraux cons n'est pas tant l'avortement en lui-même, que l'intervention de l'Etat qu'ils exècrent. Pour ces gens-là, Dieu doit se substituer à l'Etat, ou plutôt, il est inadmissible que l'Etat se substitue à Dieu.

    Cela étant posé, je m'interroge légitimement sur la personnification de cette loi dite Veil, en réalité loi voulue et dictée par Valéry Giscard d'Estaing.

    Pour ne rien dire du paradoxe étant donné les liens opusiens des centristes (qu'ils se nomment UDF ou autrement) dont Philippe de Villiers était d'ailleurs membre.

    Certes Simone Veil a porté ce combat, avec la force sur laquelle VGE comptait.

    Il avait dans un premier temps souhaité madame Giroud mais cela aurait gêné dans son propre camp étant donné les penchants politiques opposés de la féministe.

    Madame Veil fut d'ailleurs féministe à son corps défendant, et le genre à la mode aura toujours quelques difficultés presque non avouables à défendre l'idéologie très droitière d'une Simone Veil que l'on retrouvera quelques années après, aux côtés de rien moins que La Manif Pour Tous (ce que les lecteurs attentifs de mes analyses comprendront fort bien).

    Le fait est que c'est madame Veil qui fut choisie pour la joute parlementaire, et qu'elle ne partagea pas le morceau.

    N'oublions pas qu'un tel personnage mène une carrière politique et que l'affaire ne se mène pas sans quelques cartouches dans sa besace, dans ce milieu, il faut être prêt à tuer politiquement aussi bien dans le camp adverse que dans le sien propre, et chacun sait ce qu'il en fut en l'occurrence.

    Le ministre Simone Veil accomplit donc sa mission brillamment, comme nous le savons, elle a su échapper à des situations d'une dimension tout autre et même pas comparable.


    Si la condition des femmes a matériellement et symboliquement avancé d'un pas de géant sous son entremise, madame Veil ne fut que le messager d'une législation et aspiration qui la dépassait largement.


    Mais bien pire encore fut son implication dans le démantèlement des attributs de souveraineté de notre Etat qui ont fait la France.

    Je ne doute pas que madame Veil ait été entraînée dans l'idéologie libérale en pensant bien faire, elle avait compris que la plus grande vengeance contre les forces du mal était de faire le bien qui est d'une incommensurable plus grande puissance.

    Cependant, sa volonté de pardon et de réconciliation l'a entraînée dans le piège économiste qui fait de l'idéologie libérale son appât et son vecteur de transmission d'un alignement sur une pensée étrangère à la France, étrangère à l'esprit de nos lois, celui de l'unité et de la protection nationales.

    C'est sous le ministère du parti de Simone Veil que la France s'est vu dessaisir dans ses prémices de son attribut de souveraineté fondamental, celui de la monnaie.

    C'est via son européisme libéral que la France doit se ranger à l'abandon du politique au profit de l'économique et de connaître le chômage de masse, conséquence d'une autorisation de profits sans contrôle, le manque d'Etat révélant le cynisme de la logique de marché et obligeant les citoyens devenus entités individuelles et individualistes, à s'aligner ou à mourir.

    Cette même marchandisation de la société qui oblige à fermer des services publics, dont des maternités et donc des centres d'intervention volontaire de grossesse, par un retour de bâton, la santé publique et celle des femmes au premier chef, se trouve menacée et remise en cause !

    C'est avec la construction européenne tant défendue par Simone Veil et à son idéologie que la France perd tous les jours de son âme, madame Veil a beau avoir été une grande dame de courage et de ténacité, et tous de devoir se ranger à son idolâtrie quelque peu malsaine, je ne peux faire autrement que de regarder son action à l'aune de la grande Histoire de France puisque c'est de cela qu'il s'agit avec son entrée au Panthéon, et de me dire que l'action menée est bien plus destructrice que fondatrice.

    Admettons que dans les facéties de l'Histoire, madame Veil aura pris la place de VGE qui, Macron avant l'heure, se voyait aussi gros qu'un empereur, juste retour de ceux qui pensant utiliser les femmes, se retrouvent replacé par pantalonnade, à la case quasi de "rien" par rapport à "ceux qui ont réussi" à finir au Panthéon.

  • Délit d'initiés, confiscation du débat républicain et vieilleries occultes

    Des ministres et présentateurs télé d'obédiences rivales privatisent les débats citoyens et empoisonnent la sphère publique.


    Dans tous les cas, la république ne reconnaît pas plus les francs-maçons, elle ne connaît que des citoyens, leurs querelles révélant toutefois que certains d'entre eux ont des visions très partiales de nos institutions, qu'il s'agisse de notre unité nationale (égalité des droits) ou de la discrimination faite entre les victimes des crimes et violences internationaux (soutien aux Chrétiens d'Orient), on voit au passage combien ces groupes se trouvent proches des cercles de pouvoir et agissent en dehors des institutions républicaines qui réclament transparence, honnêteté, la res publica ne saurait se privatiser de la sorte.

    Recadrage maçonnique sur Twitter pour la secrétaire d'État Marlène Schiappa
    Sur le réseau social Twitter, une empoignade publique sur la laïcité et le féminisme entre deux personnalités manifestement francs-maçonnes est significative des…
    LAVIE.FR

    Lien permanent Catégories : Brèves
  • Regain, la France à l'intersection Mélenchon-Philippot

    Insuportables Karl Lang et François D'Orcival, ainsi que le sondeur de service, dans le prétendu débat sur LCP/Public Sénat tout à l'heure.

    Ils ont bien remplacé Nicolas Bay, qui s'est désisté, pour répandre la voix puante de l'extrême-droite venant faire croire qu'elle se confondrait avec le Front et surtout, avec les électeurs frontistes.

    Karl Lang n'a toujours pas compris que lui comme Mégret, n'ont pas été éjectés que pour des raisons de personnes ou de stratégie, mais sur une ligne de front de fond, même si JMLP a tourné maintes fois d'idées et n'avait finalement pas assez de connaissances sur les fondements de la France pour pouvoir prétendre la défendre réellement, ce qui lui permettait ces allers-retours entre nos rois, notre nation, Reagan et Thatcher (Jeanne au secours !).

    La ligne dite Philippot existe depuis plus longtemps que Philippot lui-même au sein même du Front.

    Marine a existé politiquement grâce à cette opposition aux racialo-libéraux qui voulaient faire du Front leur chose.

    C'est donc naturellement que Florian Philippot s'est rapproché d'elle et que la fusion s'est faite entre les deux.

    Et oui, il existe bien un lieu où les électorats mélenchonniste et frontiste se rencontrent et se confondent.

    Si l'on prend deux cercles, un mélenchonniste et un frontiste, ils forment une intersection qui regroupe un ensemble majoritaire en dehors duquel on trouve :

    - du côté du cercle de Mélechon, des personnes qui l'entraînent vers une extrémisme libertaire anti-républicain.
     jJémets toutes les réserves sur ses velléités de démocratie directe, en se rattachant à Robespierre, il rallie surtout le modèle anglo-américain, notre république a tranché le débat en optant pour la démocratie représentative qui est bien plus en accord avec l'esprit français de nos lois, quand la DD remet en cause notre principe d'unité fondateur.

    - du côté du cercle de Marine, des individus qui tendent vers un extrémisme racialo-libéral qui par tous les bouts, nie toute idée de chose publique, de parlement représentatif, de démocratie, de souveraineté, d'unité nationale, d'Etat-Nation, bref, de France.

    Il faut rejeter tout individualisme libéral-libertaire, qui ne correspond en rien à nos principes fondateurs français où l'Etat est garant de l'unité nationale et de la prospérité nationale.

    Et garder ce qui nous lie, qui lie les français entre eux, un pont sur lequel se retrouverait la majorité des Français, abstentionnistes bien compris.

    Rejetant toute idée de dérégulation libérale-libertaire d'un Macron, de l'Union Européenne et des puissances financières.

    Cette intersection créatrice de regain de la France, est la France humaniste de nos rois à notre république, elle est un rempart à la barbarie et au replis tribal, à l'individualisme destructeur, elle est l'intérêt général contre les intérêts particuliers, le bien public contre l'appât du gain privé, elle nous enrichit tous et nous fait prendre conscience que nous sommes tous fondus les eux avec les autres, que si l'un tombe, une main peut être saisie, au hasard.

    Cette main n'est pas le poing humiliant, blessant, mortel, aussi détestable que détesté de la main invisible de la loi de la jungle du marché, cette main secourable est celle de notre Etat-Nation, celui qui a fait rayonner la France partout dans le monde.

    Cette main est celle de la poignée franche et amicale, celle qui échange dans l'honnêteté et le respect de l'autre, celle d'un bras armé de sagesse, de connaissance, de reconnaissance et d'espoir, celle d'une puissance intellectuelle contre les puissances d'argent, celle du bon goût contre la vulgarité, celle qui reconnaît le mérite tout en ayant une conscience sociale aiguë et forcément désintéressée.

    Cette main, il faut la tendre au-dessus, plus haut que les bas du front, elle se prend, elle s'attrape, elle se serre, c'est une main française.

  • Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes

    Le Livret de Compétences DéSéCo est une demande du grand patronat européen et mondial (The Roundtables of Industrialists), il a été mis en place dans le but de leur être accessible :




    http://orianeborja.hautetfort.com/archive/2011/09/27/nouvel-ordre-educatif-mondial-un-monopole-du-marche-partie-i3.html


    http://orianeborja.hautetfort.com/archive/2011/09/27/nouvel-ordre-educatif-mondial-un-monopole-du-marche-partie-i2.html

    http://orianeborja.hautetfort.com/archive/2011/09/27/nouvel-ordre-educatif-mondial-un-monopole-du-marche-partie-i1.html


    http://www.bfmtv.com/societe/acces-des-geants-d-internet-aux-donnees-scolaires-des-eleves-un-risque-de-fichage-1181232.html#comment_a28060342dc47a290c8d0ea99aa1f885

  • Bayrou et Sarnez pris la main dans le sac

    Ils prennent vraiment les gens pour des imbéciles.

    Ils ont été un peu plus malins que le FN mais tout aussi malhonnêtes.

    Et maintenant ils s'enfoncent, comme le vulgaire pickpocket qui prend sa petite claque : "C'est pas moi m'sieur", Bayrou et Sarnez méritent une grande gifle électorale.



    Des emplois fictifs au Modem? Le parti de François Bayrou met à disposition ses bulletins de salaires
    Le parti centriste est soupçonné d'avoir salarié des employés en les faisant passer pour des assistants parlementaires européens.
    HUFFINGTONPOST.FR


  • Robert Ménard, le soft power libéral américain, le Qatar et le terrorisme

    Ménard CIA.jpgAprès avoir été financé par la CIA avec Reporter Sans Frontières, Robert Ménard poursuit au Qatar où la Rand Corporation of Developpment (Emanation privée de la CIA) téléguide la Qatar Foundation qui finance le terrorisme.

    "Selon Haoues Seniguer, maître de conférences en science politique, la fondation défendrait « des thèses proches de l'islamisme radical »"jusqu'en 2016, le logo de Qatar Airways s'affichera sur le maillot blaugrana des Catalans. Mais dès 2015, face aux soupçons de soutien au terrorisme par la fondation et la situation sociale au sein du royaume, le président du club, Josep Bartomeu, annonce qu'il ne souhaite pas renouveler l'accord lucratif signé par son prédécesseur Sandro Rosell 2. Un contrat qui prendra fin en 2016."

    Robert Ménard s’installe au Qatar
    Quelques jours seulement après son départ de Reporters sans frontières, dont il était le secrétaire général, Robert Ménard a pris la tête du Centre de Doha...
    LIBERATION.FR

    Oriane Borja http://www.rand.org/topics/qatar.html


    http://www.rand.org/topics/qatar.html Qatar | RAND RAND has conducted research on Qatari issues since 2003. From 2003 to 2013, much of this work was… RAND.ORG J’aimeAfficher plus de réactions · Répondre · Supprimer l’aperçu · À l’instant Oriane Borja Votre commentaire..." target="_blank">Qatar | RAND
    RAND has conducted research on Qatari issues since 2003. From 2003 to 2013, much of this work was…
    RAND.ORG



    http://www.rand.org/education/qatar.html

    RAND Education Projects in Qatar | RAND
    Examines the kindergarten through grade 12 (K-12) education system in Qatar
    RAND.ORG



    Alors que je dénonçais depuis de nombreuses années la WISE :

    http://orianeborja.hautetfort.com/archive/2013/10/28/temp-616ef9d1fa3a8c9a3aee0fe7ef8909e1-5207598.html


    Je m'aperçois que d'autres arrivent aux mêmes conclusions après enquête : :


    "De plus, rien ne dit que le Qatar soit le principal bénéficiaire du jeu sur l'échiquier mondial du "soft power", cette bataille pour l'influence idéologique qui passe par la culture, l'art et l'éducation. Omniprésents à Education City mais aussi au Wise, via la Rand Corporation, think tank ultra-libéral, les champions du monde américains dudit "soft power" sont en embuscade, prêts à ramasser la mise – en l'occurrence affermir la diffusion du modèle capitaliste et de la société de consommation de masse. Et il se pourrait bien, au bout du compte, que ces derniers ne tirent pas moins profit du Wise que le Qatar."

    http://www.letudiant.fr/educpros/opinions/innovation-sommet-mondial-sur-l-education-a-qui-profite-le-wise-2013.html


    http://orianeborja.hautetfort.com/archive/2013/08/04/robert-menard-ou-comment-le-front-national-n-en-finit-jamais.html



  • Quand on peut sponsoriser DAECH comme le PSG, le ballon d'or noir revient à ?

    Le terrorisme libéral passe très bien lui, surtout si c'est pour mourir pour une baballe, c'est si libéralo romantique, et puis, Macron dirait que ce n'est que du Népalais, y a pas mort de banque.

    D'ailleurs rassurez-nous, le PSG continuera de jouer pour DAECH ?


    Mondial 2022: Le Qatar énervé par les 4.000 morts potentiels évoqués par le «Washington Post»
    L'émirat est très critiqué pour sa gestion des ouvriers immigrés...
    20MINUTES.FR

  • Les rageux libéraux au sein du Front National et au-delà

    Jean-Michel Sulzer a débarqué au Front National à un moment où le mouvement national s'éloignait des dérives libérales et où la formation assurait formellement l'interdiction de toutes formes de discrimination et préjugés, c'est-à-dire que la Front, contrairement à ce que presque tout le monde pensait, tournait le dos à toute idéologie d'extrême-droite, quelle soit économique ou politique .

    Jean-Michel Sulzer venait de petits clubs échangistes de droite (dont il n'a jamais cessé d'être).

    Quand il est arrivé, je lui ai bêtement laissé ma place, il voulait une position éligible en IDF, il y avait la mienne à laquelle Marine m'avait mise sans que je le demande, et comme je n'étais pas de ceux qui faisaient des histoires pour une place et que je crois dans l'intérêt général, je me suis désistée pour lui.

    Sauf que Sulzer n'en était pas du tout un défenseur, ce que j'ignorais à l'époque, c'est un vulgaire idéologue d'extrême-droite, libéral et nullement attaché à la France dont les attributs de souveraineté de son Etat sont constitutifs.

    La souveraineté monétaire n'est donc pas du tout un préalable pour lui et pour cause, il place l'économique au dessus du politique, comme tout mondialiste qui ne respecte pas la France.

    La France fait société par son unité et ses institutions qui la garantissent par des mécanismes politiques, d'organisation de la Cité, finement élaborés, dans un but d'intérêt général et de protection du citoyen.

    Nos institutions sont on ne peut plus cohérentes et si l'on ôte une pièce du mécanisme, elles fonctionnent de moins en moins bien et ne peuvent plus assurer la défense du citoyen dans sa globalité.

    Le clivage actuel est celui des partisans de l'unité à la française contre les tenants de la dérégulation anglo américaine, et ce clivage existe à l'intérieur même du Front National.

    Notre principe d'unité, garanti par notre Etat lorsqu'il est pleinement en possession de ses moyens, permet d'assurer au mieux l'égalité des citoyens sur le territoire national.

    Cela ne peut se faire que par la présence d'un Etat au pouvoir centralisé qui contrôle l'application de l'esprit de nos lois sur tout notre territoire.

    Les préfets ont depuis toujours assuré le contrôle de la présence de l'Etat qui agit dans notre intérêt commun.
    L'équation : "Plus d'Etat = Moins de Maffia" et réciproquement, s'avère une règle universelle.

    L'Etat dans notre pays ayant toutes les garanties d'agir démocratiquement, sous contrôle du peuple toute entier, la Nation.

    Le concept d'Etat-nation est propre à la France, il fait que l'Etat, c'est Nous.

    Mais Nous, ne sommes que des hommes, faillibles, corruptibles, le pouvoir des puissances d'argent, agit sans cesse pour se pérenniser et croître, même si leur système d'intérêts particuliers agit contre tous, y compris même entre eux.

    Ce qui nous est alors vendu comme une alternative, défendre certains lobbies financiers contre d'autres.

    On voit bien comment Trump défend l'intérêt des lobbies comme Exxon Mobil contre ceux qui voudraient tout simplement leur ravir le leadership, s'adossant sur l'opinion publique en communiquant sur la sauvegarde de la planète.

    Mais les mêmes qui voient vert, ne se priveront pas de mondialiser leurs profits pour les accroître, de faire travailler au plus bas coût en acheminant à travers la planète les produits comme les hommes -qu'ils ne considèrent pas plus autrement que comme matière à profit-, d'autant qu'ils vous feront payer le coût "éthique" prétendument vert, au prix fort, tout est bénéfice pour eux.

    Les clivages se croisent et se recoupent donc, entre ceux qui croient en une idéologie libérale et ceux qui se font berner par la communication, et ceux qui tentent de résister mais sans réaliser parfois qu'il n'y a de contrôle possible qu'en passant par des institutions qu'ils peuvent condamner par ailleurs.