Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alain de benoist

  • Un sale quart d’heure américain, ou, comment l’extrême-droite ne danse pas que la valse autrichienne

    [Avertissement :
    il n’est pas nécessaire de m’écrire que je suis folle, alcoolique ou droguée à la suite de la lecture de ce papier, mon propos ne s’adresse qu’à ceux qui ont les connaissances suffisantes, et accessoirement les compétences, pour en saisir le sens.
    De même, il est inutile de me préciser ce qu’a écrit un tel ou un tel, j’ai plus de vingt-cinq ans de politique à mon actif, je ne lis plus les gens avant de savoir précisément d’où ils parlent.
    Merci.]



    américanisation,résistance,pdr,dupond aignan,alain de benoist,robert de herte,jean-yves le gallou,polemia,club de l'horloge,abel mestre,voix de la russie,natalia narotchnitskaia,robert ménard,boulevard voltaire,revue elément,patrick péhèle,ensauvagement,extrême-droite,nigel farage,paul-marie couteaux,fnIl est des personnes qui luttent contre l’américanisation/mondialisme, contre, vraiment tout contre.

    Il en est ainsi d’un Paul-Marie Coûteaux qui combat ardemment pour une France, américaine, aux côtés de la garde avancée des Etats-Unis en France comme je l‘ai démontré dans mon article précédent.

    D’un Nicolas Dupont Aignan qui, non content de son passé de Young Leader, s’acoquine avec, THE, libertarien pure souche, on ne le décolle plus de son Nigel Farage (qui dîne secrètement avec Rupert Murdoch

    http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/surprise-as-ukip-leader-nigel-farage-dines-with-rupert-murdoch-8525616.html



    http://orianeborja.hautetfort.com/archive/2011/10/17/rupert-murdoch-sait-qu-il-peut-s-asseoir-sur-l-umps.html


    ), et même s’ils sont synchro pour dire moi c’est moi et toi … tais-toi, la façon dont Nigel a de présenter le petit Nicolas comme dans un show d’entreprise à l’américaine en l’adoubant comme son poulain, ne laisse guère place au doute, même si les partisans de NDA assurent, by God, que le leader de l’extrême-droite (la droite poussée à son paroxysme, cf. mes articles sur la question) britannique ne veut que le bien de la France. L'Anglais doit avoir ça dans le sang sans doute…


    Mais NDA est un micro phénomène, il est déjà de droite, via Debout La République, il s'agit de grappiller le mouvement national, le coeur de cible, c'est évidemment le Front.

    Mais bon, selon la majorité du mouvement national, les services anglo américains, dans leur grande bonté légendaire, ont décidé d'épargner la France de leur soft power.
    On ne les intéresse pas du tout mais alors pas du tout, quand la CIA vient chez nous, c'est pour la Tour Eiffel, Pigalle, le Languedoc, le Pas-de-Calais ...

    Robert Ménard affirmait à la presse récemment lors de ses vœux à Béziers où il est en train de monter une liste d’Union des droites (Elie Aboud, l’homme de Copé, DLR avec les souverainistes de Dupond Aignan, et hélas, en pourparlers avancés avec les gars de Marine le Pen) qu'il avait de nombreux mécènes remontant de sa période Médecin sans frontières. Je vous laisse imaginer quels sont ces mécènes, qui a les moyens aujourd'hui d'être de généreux donateurs à but politique ...
    Même Alain de Benoist, que le Club de l’Horloge à l’heure américaine intègre naturellement dans ses Liens (Cf. la liste des Liens en bas à droite en rouge) :

    http://archives.polemia.com/article.php?id=4817


    écrit et est payé par Bob Ménard (Boulevard Voltaire).

    Patrick Péhèle, qui tient la page facebook de la Revue Eléments, aime, logiquement, Laurent Obertone, le dernier vendeur de livre propagande lobbyiste, ou quand Fdesouche, les Identitaires et l‘Institut pour la Justice se liguent pour sortir un best seller.
    Il n‘y aurait qu‘à googliser Laurent Obertone le jour où entant que cible potentielle, vous avez reçu le mail de publicité de ce livre, pour décliner tout le réseau, d‘Atlantico à Nouvelles de France en passant par toutes les autres filiales des Contribuables Associés.

    United spirit of liberalism.

    «Le Front national de Marine Le Pen ne propose rien qui permette de sortir de la spirale à emmerdements. [...] Hormis un discours cohérent sur la sécurité, l’immigration et l’espace Schengen, son programme relève du gauchisme social.»

    Pas assez à l’extrême droite à son goût? Lui «espère au contraire que les responsables de gauche et de droite vont réagir et ne pas laisser ce sujet au FN» et raconte avoir reçu un mail positif en privé d’un «responsable d'un petit parti», dixit Obertone qui fait semblant de ne pas comprendre que l‘ensauvagement, c‘est l'américanisation de notre société, mais sans doute voudrait-il encore saborder les derniers pans de justice à la française qu'il nous reste.

    Un petit parti un petit parti, le SIEL est un micro parti, mais DLR est un petit parti, je dirais que le petit Nicolas Dupond Aignan a dû reconnaître un des siens.


    En aménageant l'Union des droites, à la base, puisque chacun sait bien que cela ne peut se faire au sommet pour des tas de raisons, on fait en sorte d'assimiler le Front à la droite, le Front serait une sorte d'Ump en laissant le choix aux électeurs entre la tête des uns ou des autres.

    Ce faisant, on brouille le message, on l'assimile à la droite et lors d'élections, on vote pour les plus crédibles, c'est-à-dire, sauf exceptions pour la vraie droite.





    L'agent Bob Ménard en Géorgie :

    En septembre 2012, Robert Ménard rejoint le Comité consultatif international de Channel 9, une chaîne de télévision géorgienne contrôlée par l'homme d'affaires et politique Bidzina Ivanichvili, classé 153e fortune mondiale en 2012.

    Le 17 octobre 2012, après la victoire de sa coalition, le Rêve géorgien, Bidzina Ivanichvili est nommé Premier ministre par le président atlantiste Mikheil Saakachvili.

    Depuis le 5 juin 2012, une enquête est ouverte à l’encontre de la coalition Rêve géorgien pour des faits d’achat de voix, des activistes étant soupçonnés d’avoir distribué des tracts promettant des cadeaux de valeur aux électeurs qui assisteraient à la manifestation du 5 juin à Kutaisi. Le 11 juin 2012, une amende de 90,9 millions de dollars pour violation des règles de financement de parti politique a été notifiée à Bidzina Ivanichvili.

    Saakachvili est un fervent défenseur du libéralisme économique et il est persuadé qu'un désengagement de l'État en matière économique est une bonne idée pour son pays. Sous son administration, l’économie géorgienne franchit une nouvelle étape et augmente l'encaissement des impôts, qui va de pair avec une réduction des taux d'imposition. De plus, la Géorgie s’implique progressivement dans le marché international et, en 2007, la Banque de Géorgie a émis pour 200 M$ d'obligations à cinq ans de 100 % de la valeur faciale, avec un coupon de 9 %, après que les prix ont été initialement fixés à 9,5 % et que les investisseurs ont fait croitre leurs ordres d'achat jusqu’à 600 M$.

    Le président Saakachvili oriente sa politique internationale sur deux axes consistant à nuire aux intérêts russes et à servir les intérêts des USA (il est d'ailleurs à l’initiative du doublement des troupes en Irak, faisant de la Géorgie l’un des plus grands contributeurs à la coalition militaire en Irak, et a laissé ses troupes au Kosovo et en Afghanistan afin de renforcer la sécurité globale). Ainsi depuis son arrivée au pouvoir, Saakachvili a tenté de nuire à son grand voisin sur tous les fronts : mise en place de l'oléoduc BTC contournant la Russie, obsession de voir son pays intégrer l'OTAN, blocage de l'entrée de la Russie dans l'OMC...

    Le système est en train de pousser les vieux pions -comme il l'a fait pour les pays méditerranéens- pour en mettre de nouveaux encore plus collabo.

    On dit Ivanichvili proche de Poutine, pourtant :

    http://fr.rian.ru/world/20121005/196235373.html

    http://fr.rian.ru/world/20130314/197796313.html


    Quand je pense qu'Abel Mestre du Monde.fr pense que la future télé de Ménard et de Le Gallou est un coup de Poutine, quand la Voix de la Russie même est truffée de libertariens.
    Il n’est d'ailleurs pas nouveau que Natalia Narotchnitskaïa les fréquente, ce qui est assez paradoxal sauf via des amitiés chrétiennes.
    On arrive même à faire cohabiter un Douguine et Sos Education de Contribuables Associés, et donc des Think tanks américains, à la même table et parlant bien d’alliance Chrétienne contre le libéralisme sous les bons auspices du Centre Saint Paul.
    Après tout le terme libéralisme comme le terme conservateur ont cela de particulier qu’ils signifient à peu près l’exact opposé que l’on se situe côté russe ou côté occident. Quant au fond, reste à savoir lequel des deux camps prend plus l’autre pour un imbécile et même s’il ne faut jamais sous-estimer le niveau d’ignorance des uns et des autres.

    Enfin visiblement Le Monde ne suffit pas, il ignore que le monde réel est tout petit.