Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

culture - Page 2

  • La privatisation de la république par les think tanks


    Les "think tanks" ne sont pas des institutions républicaines, il s'agit d'une libéralisation de nos institutions.

    Nos lois doivent s'élaborer dans des commissions, dans notre parlement, et nous devons élire les personnes qui donnent les orientations.

    Ces gens se disputent des parts privées de marché, les résultats dont il est question sont ceux de leur influence sur les institutions publiques, c'est à celui qui aura le plus réussi à imposer son poin(t)(g) de vue libéral sur nos politiques publiques.

    Avec des réflexes maffieux liés au pognon en jeu.

    Il faut mettre fin à cette privatisation, renationalisons nos institutions !


    Une main courante déposée contre Dominique Reynié après une altercation place Beauvau
    Convié à une réunion au ministère de l'Intérieur avec les représentants d'autres think tanks, mardi 21 mars, le politologue habitué des plateaux télé s'est violemment emporté contre un participant. Une scène qui a sidéré les témoins...
    MARIANNE.NET

    Lien permanent Catégories : culture
  • Quand Villani joue au sorcier

    Les communautés scientifiques, littéraires, artistiques, des explorateurs ou des aventuriers n'ont pas attendu l'Europe, l'Europe, l'Europe pour voyager, ni revenir vivre entre leurs parents, le reste de leur âge.

    L'Europe est à la fois trop grande, et trop petite pour être une solution, même intermédiaire.

    Trop grande car quid de nos spécificités, de notre façon de penser, quand on nous aligne tous peu à peu sur le Processus de Lisbonne et au-delà, de l'OCDE.

    La France, qui a donné Villani et avant lui, Lafforgue, plus discret médaillé Fields mais bien plus brillant défenseur du pays des sciences des arts et des lettres que nous fûmes, sera vouée à disparition dans un modèle européen où domineront toujours les institutions majoritairement opposées à notre civilisation.

    Comment Villani pourrait-il résoudre des équations impossibles en nous fondant dans un moule qui ne nous correspond pas, la quadrature du cercle politique, un modèle centralisé, unitaire, protecteur sous Etat-Nation comme la France, tiraillé par des systèmes individualistes, décentralisés, royaume des intérêts privés quand notre cadre en est un rempart.

    Il manque au mathématicien tous les aléas institutionnels, historiques, toute cette variable temps qui nous a forgée chacun si différents, et qui, comme il le dit lui-même, fait notre richesse en confrontant nos points de vue au sens littéral.

    Que seront ces points si on les aligne tous sur une droite qui nous relie certes le plus directement possible les uns aux autres, mais en niant la complexité du monde.

    Son utopie appauvrit irrémédiablement le prisme, sa suite tend vers zéro quand notre France à elle seule, nous portait vers l'infini et au-delà de nos frontières en franchissant celles des autres, pour peu qu'elles existent.

    Par delà les sciences, lettres et arts, de l'assassinat de notre civilisation si féconde pour un univers stérile à force de consanguinité organisationnelle, quid des relations très terre à terre du b a ba de nos protections sociales dans un monde fait pour que les gros mangent les petits, pour que les puissances d'argent dominent les rapports humains, que la compétitivité nous mettent dans une compétition à mort quand les structures politiques encadrées seules permettent une humanité viable contre les forces sauvages des lois du marché.

    La planète de ce prince maudit est un cercle circonscrit dans un triangle dont les sommets sont argent, pouvoir, domination, c'est d'urgence la tangente qu'il faut prendre comme direction !


    VIDÉO - Pourquoi Cédric Villani soutient Emmanuel Macron, même s'il n'est "pas super bon" en maths
    #ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2017 : ADDITION - Le mathématicien Cédric Villani était l'invité d'Audrey Crespo-Mara, mercredi 22 mars, pour détailler les…
    LCI.FR

  • La science n'est pas forcément une science exacte

    La médecine est une science complexe peu accessible au quidam et au sein même de laquelle plusieurs thèses peuvent s'affronter.

    Le dernier de mes enfants est atteint d'une maladie auto-immune dont on sait peu de chose et qui tend à se développer de nos jours si bien que l'on suppose entre autres des causes environnementales.

    Pourtant on trouve des traces de ces maladies depuis très longtemps, les médecins avaient par exemple pour habitude de goûter les urines de leurs patients pour savoir si elles contenaient du sucre.

    N'importe quoi peut révéler une maladie auto immune, pour mon fils, le facteur déclencheur fut vraisemblablement le virus de la grippe, en tout cas, c'est suite à cela qu'il est tombé malade et une chose est certaine, il doit sa seconde vie à la médecine, comme beaucoup d'entre nous, moi la première.

    Dans son cas, les progrès de la recherche sont exponentiels.
    Un jour l'on découvre que des cellules souches peuvent recréer ses défenses naturelles, une anomalie faisant que que certaines de ses cellules sont tuées par son propre organisme qui ne les reconnaît plus comme siennes, l'obligeant à suivre un traitement des plus contraignants plusieurs fois par jour ainsi que des contrôles encore plus contraignants qui amputent sur les heures de sommeil.

    Les greffes de cellules souches entraînent des rejets et d'autres traitements qui ont des effets secondaires qui peuvent être encore plus néfastes que la maladie originelle.
    La recherche a trouvé une algue tout-à-fait géniale qui leurre notre système immunitaire, cachant l'élément étranger pour le faire accepter par l'organisme, elle est joliment appelée "cape d'invisibilité" et tous les lecteurs assidus de Harry Potter auront compris de quoi il s'agit.

    D'autres travaux mènent vers une utilisation du vaccin du BCG, en traitement par injections multiples, elle permet de rendre réversible certaines maladies auto-immunes, dont le diabète de Type I (Insulino-dépendant) et la sclérose en plaques.

    Une bonne claque à ceux qui veulent absolument que les vaccins soient à l'origine de tous les malheurs du monde.
    La phase I du protocole de recherche a été validée et la phase II montre des résultats très encourageants.

    "Cette découverte va dans le sens de l'hypothèse hygiéniste, qui considère que les allergies et les maladies auto-immunes (parmi lesquelles on classe la SEP) explosent depuis que notre mode de vie limite notre exposition aux microbes. En effet, la généralisation des antibiotiques, la stérilisation du matériel, l'assainissement des eaux, etc., s'accompagneraient de dommages collatéraux.
    Il a précédemment été montré que l'infestation par des vers parasites contribuait à atténuer les symptômes de la SEP, parce que ces corps étrangers entraîneraient, selon l'hypothèse des chercheurs, les cellules immunitaires à mieux distinguer le soi du non-soi et à arrêter de dégrader la gaine de myéline. Le BCG, constitué d'une bactérie vivante mais atténuée, pourrait donc jouer le même rôle."

    Un monde médical complexe

    La médecine n'est pas quelque chose de miraculeux, pour sauver des vies, elle utilise les vaccins par exemple, et c'est une grande avancée, les résultats sont là, le progrès scientifique en la matière est indiscutable.

    Mais il y a un contre-coût, certains d'entre nous ne savent plus lutter contre les maladies car on les a "forcés" à vivre grâce aux progrès de la médecine en général et aux vaccins en particulier d'une part, et parce qu'en étant moins confrontés aux microbes et virus, nos défenses immunitaires s'installent dans un confort.

    Il y a des effets secondaires néfastes au progrès, c'est un cruel dilemme, des charlatans en profitent, du côté médical comme non médical, avec d'un côté un business du médicament, de l'autre, celui de l'ignorance.

    Reste que les hommes de bonnes volontés sont majoritaires et l'altruisme heureusement supérieur de tout temps aux profiteurs, la preuve par l'humanité, qui aurait disparu depuis longtemps si tel n'était pas le cas, et ça, c'est une preuve scientifique, jusqu'à preuve du contraire.

  • La richesse de la femme se trouve au plus profond de son âme

    Le seul sous-homme est celui qui croit qu'il en est de supérieurs; l'intelligence est une donnée relative, certains hommes quittent l'humanité en se rapprochant de la violence des bêtes sauvages, mais il n'existe ni de sous-, ni de sur-homme, sauf dans la tête de piètres humains.

    Les peuples ne sont par ailleurs que les sociétés issues des différentes organisations politiques, ce que les Identitaires appellent "peuples" s'appelle en réalité consanguinité et engendre la dégénérescence physique et mentale.

    La femme est un homme comme un autre, sa capacité maternelle en fait un être à part si elle la développe, lui permettant de tendre vers l'amour total de ses enfants, mais l'homme en général peut atteindre d'altruisme envers l'humanité toute entière (pardon du pléonasme, mais aimer ses enfants est une forme d'altruisme restreint qui mène vers un amour plus universel).
    La mère qui se consacre pleinement à sa responsabilité de mère, se dirige irrémédiablement vers la philanthropie car tout homme est envisagé comme s'il pouvait être son enfant ou l'enfant de son enfant.


    Ce que je pense me met logiquement les gauchistes et les droitistes à dos.

    Les gauchistes car ils exècrent le côté maternel de la femme, prouvant par là-même qu'il existe des misanthropes qui passent d'abord par la détestation de la femme, voire de soi.

    Les droitistes car ils n'envisagent pas l'humanité comme telle, construisant des idéologies autour de leurs croyances ignorant tout de l'espèce humaine.

    Lien permanent Catégories : culture
  • Les attaques politico numériques d'Assange continuent

    Cela fait des années que tout le monde sait que c'est faisable, il y avait eu un reportage en France où un ingénieur avait démontré en temps réel sous l’œil des caméras de télévision et via une famille cobaye consentante, comment il prenait le contrôle des téléviseurs et smartphones de leur foyer, on avait eu accès à ce qui se passait dans leur maison "à leur insu".

    Comme d’habitude, les libertariens comme Assange enfoncent les portes ouvertes et dans le but toujours affirmé de déstabiliser les Etats, qu'ils veulent abattre pour imposer le nouvel ordre entièrement privé avec guerres incessantes entre attaques et protections numériques, le tout pour le plus grand profit de monopoles privés.

    L'Etat se doit de nous protéger, il lui faut donc des moyens, la science lui permet de grandes avancées, mais l'Etat restera toujours un bien meilleur allié et protecteur de la population que les groupes privés, à moins naturellement que les Etats n'en soient plus et soient sont emprise de groupes privés.

    Moscou, grand ami des libertariens, est déjà dans cette configuration, l'Etat "fort" plébiscité par certains, est surtout cet Etat sans grands attributs économiques mais qui imposent sa loi libérale via un groupe maffieux d'oligarques qui s'en met plein les poches au détriment de la population, et ira ensuite planquer le magot à la City (ce qui permettra d'ailleurs de geler leurs comptes d'un simple clic comme l'a fait Obama, et de bloquer leur business).

    En France, notre Etat est structuré pour assurer un contrôle permanent via des mécanismes de contre-pouvoirs finement élaborés (et dont la complexité est utilisée par ceux qui veulent faire sauter ces verrous pour le déstabiliser).

    Au lieu d'apporter du crédit à Assange et ses réseaux, nous ferions mieux de nous en méfier à l'extrême et de voir comment, de lobbies intrusifs dans les affaires publiques, ils entendent prendre directement le contrôle des manettes comme ils le font avec des marionnettes comme Poutine et Trump.

    En France, ces lobbies hantent tous les partis politiques, ils ont des noms et sont identifiables et j'espère, sous bons contrôles de nos renseignements, qui ne sont au demeurant pas épargnés par ce genre de gangrène.

    Les medias, tout honnêtes qu'ils se veulent, sont émoustillés par ce genre d'informations qui n'est en réalité que coups de communication et propagandes des groupes libertariens.

    Relayer ces informations sans jamais mettre en parallèle les objectifs de ces réseaux de lobbies est un piège, dans lequel tombent des journalistes sous-informés et peu perspicaces comme il peut être normal qu'ils le soient, la formation n'est pas forcément très élitiste.

    Humain trop humain dans un cas, versus Homo homini lupus est; l'éternel combat d'un camp contre un autre, en sachant qu'ils sont potentiellement tous deux traversés par les mêmes travers.


    http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/affaire/assange/wikileaks-revele-que-la-cia-peut-espionner-via-des-smartphones-ou-des-teles-connectees_2086479.html

  • Lavoine et le blé

    Marc Lavoine, c'est la gauche bien pensante qu'on n'entendra jamais dénoncer la famille Poniatowski qui, en matière d'extrême-droite, sera difficilement égalée.

    Famille proche de Charles Millon et de l'Opus Dei, à côté desquels le petit Fillon -même en jouant des coudes pour faire de son mieux- paraîtra presque un bolchevique.

    Et pour cause, le chanteur passe sans encombre des Restos du coeur à son standing caste supérieure via son mariage.

    Les nouveaux Roméo et Juliette, c'est l'ami des Sans-Dents qui s'offre une couronne en épousant ceux qui les leur pètent en s'amusant, tout en se trouvant si miséricordieux de vouloir s'occuper des pauvres qu'ils aiment tant qui, s'ils n'existaient pas, ne feraient pas mieux pour continuer de les pérenniser.

  • Maçonnerie Dégage ! Et tous tes avortons avec toi

    La franc-maçonnerie n'est pas une institution républicaine contrairement à ce qu'elle voudrait faire croire, j'ai étudié le droit dans l'université française qui ne la reconnaît pas.

    Nulle part dans nos institutions est fait une quelconque référence à ces loges.

    La démocratie n'a rien de secret ni rien qui fasse l'intermédiaire entre le peuple et ses représentants politiques.

    La maçonnerie, aux abois aujourd’hui face à la concurrence, revendique ce dont elle a toujours été accusée, à savoir son immission totale dans les sphères du pouvoir durant la IIIème république.

    Elle profite de la folie nazie et de ses collaborateurs pour redorer son blason, mais elle n'est rien d'autre qu'un lobby, ancêtre et précurseur des think tanks actuels.

    Qui finance la maçonnerie, qui paie ses locaux, ses réunions ?

    Des donateurs qui sont des financiers qui y trouvent leurs intérêts, comme pour les autres lobbies.

    Notre république française ne reconnaît aucun lobby, et n'admet, faut-il le rappeler à ses grands républicains, que le fonctionnement de ses institutions, toutes dûment définies et contrôlées par nos assemblées, émanations du peuple.

    Les réflexions s'élaborent au sein de nos instituts de recherche nationaux, sous l'égide de notre université, ces cercles privés n'ont rien à faire dans l'élaboration nationale de nos lois.

    La maçonnerie comme les think tanks qui lui succèdent ne sont qu'affairisme et il faut croire que le business est rentable tant il s'en développe sans cesse, le marché de la maçonnerie s'étant ouvert à la concurrence comme tout marché, le monopole privé s'est fait doubler sur son extrême-droite (anti-parlementarisme, anti-démocratie).

    Lobby tout puissant devenu anecdotique face à l'émergence des nouveaux activistes, il se démène dans un dernier baroud d'honneur pour survivre dans la jungle des cercles de réflexion privés.

    Ils font presque pitié, telle une aristocratie moribonde face à la prolétarisation du lobbying, aujourd'hui, le membre d'un réseau d'influence est un précaire qui doit jouer des coudes pour appartenir à ce petit microcosme dont il faut être dans le petit royaume des sociétés qui n'ont aucune légitimité au regard du citoyen qui, jusqu'à nouvel ordre, est seul grand maître dans la Cité.

  • Pour une définition juste de la fachosphère

    Certains journalistes travaillant pour des groupes de milliardaires assimilent fachospère à patriosphère.

    La fachosphère est bien plus grande que la patriosphère qu'elle englobe.

    Le fascisme est une idéologie dominatrice anti parlementaire, anti républicaine, anti démocratique.

    Or le grand patronat se passerait volontiers de ces contre-pouvoirs pour asseoir ses volontés, ce n'est que l'existence de ces forces de résistance qui contient son lobbying.

    Les grands magnats industrialo financiers sont partie intégrante de la fachosphère.

    Les journalistes qui travaillent pour eux travaillent ainsi pour des fachos à l'insu de leur plein gré.

    Lien permanent Catégories : culture
  • Il y a une vie sinon la vie entre de Gaulle et Pétain

    De mes deux grands-pères, l'un est mort comme radio en 1940 dans les caves d'Alger, et l'autre, chef de la résistance à Nice, refusa la légion d'Honneur mais fut porté maire de sa commune par la population reconnaissante au sortir de la guerre, aucun des deux n'était gaulliste ni pétainiste, pourquoi toujours vouloir enfermer les Français dans un camp !

  • La patrie, une incertaine idée de la France

    Je n'aime pas le terme de patriote, outre le fait que ça fait tout droit sorti de références outre-Atlantique, la patrie, c'est la terre des aïeux, je suis Française, totalement attachée aux principes fondateurs français, mais mes aïeux ne sont pas tous Français.

    Il ne s'agit pas d'un attachement symbolique à nos ancêtres les Gaulois, la patrie est un terme très connoté extrême-droite car rattaché au clan, à une conception étriquée de la société, qui n'est pas la conception française.

    La France, c'est plus grand que la patrie, c'est un Etat-Nation, c'est à mon sens, à ce concept que les tenants de la France se rattachent et doivent s'attacher.

    Nationaliste, oui, mais à associer tout de suite à nationalisme français, qui n'a rien à voir avec les autres nationalismes, puisqu'il s'agit d'une conception opposée à ces autres nationalismes.

    La nation américaine, la nation allemande, la nation corse, etc., n'ont rien à voir avec la nation française, qui se rattache à un Etat aux attributs uniques.

    Mon nationalisme n'est pas la laide conception légitime que l'on s'en fait habituellement, faute d'avoir été entaché de racialisme, de xénophobie, d'antisémitisme, de violence tribale, de pensées obscurantistes.

    Je préfère d'ailleurs ne pas l'employer avant d'avoir explicitement expliqué ce que j'entendais par là, voire ne pas du tout y faire référence, ne parler que de la France, de ses fondements véritables, de son esprit d'unité et de paix sur lequel elle a bâti toutes ses institutions.



    En fait de "Les patriotes sont ceux qui aiment leur pays, les nationalistes sont ceux qui détestent le pays des autres ", je pense l'exact inverse.



    Et comme en France, tout finit par des chansons, a mi me gusta mucho esa :

    José Carreras Canta "Canción Húngara" de la Zarzuela "Alma de Dios"

    https://www.youtube.com/watch?v=L2uOi6GzMjQ

    Lien permanent Catégories : culture