Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Religion et mondialisme - Page 5

  • Au Nom de la rose, le retour

    Les lobbies de l'Opus Dei s'en prennent clairement à l'Education Nationale, sous le prétexte de livres qu'ils interdiraient sous prétexte de sexualité, ce sont l'éducation et l'instruction tout court qu'ils visent.

    A mon époque, je me souviens de la lecture de Ravage de Barjavel, en Cinquième, certains parents s'étaient émus d'une scène de viol, sans aucun recul, contextualisation et réel esprit critique vis-à-vis du texte naturellement.

    Texte d'une autre tenue tant sur le fond que sur la forme, et auquel Vigipirategender n'aurait peut-être rien à redire quand l'EN y aurait étant donné le passé sulfureux de l'écrivain, qui s'est sans doute frotté à des talents de son époque, dont le niveau littéraire était aussi vrai que leurs antisémitisme et collaborationnisme.

    On note par ailleurs que Barjavel, s'il fût précurseur de la science-fiction à la française, est bien ce genre de personnage à qui le progrès, la science, l'homme au final, font peur.

    Car sans doute l'instruction éloigne de leur conception sectaire et autoritaire du fait religieux.

    Les privatologues de l'Opus Dei s'acharnent sur l'EN pour des raisons autres que les prétextes qu'ils avancent; c'est l'instruction publique, la science pour tous qu'ils attaquent, leur fonds de commerce charlatanesque qu'ils défendent, et voulant ignorer sans doute que l'éducation sexuelle permettrait d'éviter les avortements.

  • Le cartel libertaropusien

    Le Figaro ou Contribuables Associés, qui font croire que Le Puy du Fou fonctionne sans subventions (alors que le site a bénéficié de milliards de fonds publics depuis sa création), ne sont pas des medias d'informations mais des lobbies stipendiés pour répandre la propagande liberatarienne et libérale cons.

    Ils luttent contre l'impôt, contre l'Etat et donc contre notre modèle français interventionniste, tout en ne se gênant pas pour faire les poches du contribuables comme ils disent.

    Ce sont de grands manipulateurs, des businessmen, professionnels de l'agit prop et du lobbying et des levées de fonds.
    D'ailleurs, Villiers est allé vendre sa daube à Poutine, chef d'Etat car il sait très bien que leur mythe du self made man n'existe pas, il n'y a que des réseaux d'influence, dans leur monde d'hypocrites.

    D'ailleurs la jonction Villiers-Poutine se fait via les lobbies libertariens américains où se retrouvent extrême-droite, Opus Dei, et maffieux de la pire engeance.

  • Philippe de Villiers réinvente le servage héréditaire

    C'est avec condescendance de la presse entérine la création d'une école privée hors-contrat (naturellement) par la famille de Villiers et destinée à alimenter son vivier de petits-bras.

    Pas la moindre critique sur celui qui, comme les multinationales, fait valoir le chantage à l'emploi pour se maintenir dans son fief et devant lequel on doit mettre genou à terre même pour lui lécher les bottes.

    Ce sont donc les enfants de ses esclaves qui viennent de se faire enrôler dans sa secte, pour en faire ses futurs dévoués au service de son business, une école spécialement créée pour être adossée à une Société Anonyme, c'est une première, une triste première, une première dégueulasse.

    Evidemment, le prince y va de son couplet d'excellence, il vend bien son produit dérivé, son système tribaliste où l'adepte ne sera rien en dehors de sa micro bulle.

    Gageons que les petits élèves auront droit à une histoire revisitée, comme dans les sectes américaines, ainsi qu'à une science intégriste dans laquelle la biologie est limitée aux remparts des pudibonderies religioso spéculatives.

    Car pour se faire berner, encore faut-il avoir l'esprit bridé, la famille Villiers se charge de tout, en deus ex machina.

    On retrouve le pédagogisme de SOS Education, l'enfant au centre apprenant à son rythme, c'est-à-dire qu'on lui souhaite un bon patrimoine génétique, à l'instruction à la carte, mieux avoir quelques As dans son jeu, mais le but est-il de pousser ces gamins vers des études ou de servir le Puy du Fou ?
    La réponse est dans la question, évidente.

    Et personne pour dire, personne pour prendre la défense de ces petits, aucune colère, on se fout d'eux.

    Ce n'est pas parce que l'on est enfant de serf de monsieur le vicomte que l'on doit être condamné à des études courtes de guignol !

    Le primaire est fait pour l'acquisition des savoirs fondamentaux, pas pour apprendre à jongler pour se limiter à servir un disneyland quelconque, fût-il à prétexte régional.

    L'anglais y sera d'ailleurs enseigné selon les critères demandés par l'Economie de la connaissance chère à l'Union Européenne.

    Villiers se range totalement aux desiderata mondialo européens.

    Ce genre d'école se classe parfaitement bien sur le marché éducatif, c'est exactement ce que souhaiterait l'OCDE à terme, des écoles financées par et pour le privé, dans un but utilitariste où l'intelligence et le savoir ne sont que des pièces accessoires dont il vaut mieux se débarrasser, et le plus tôt sera le mieux.

    Pour ne rien dire des problèmes sexuels rencontrés dans ces tribus, où l'ex épouse de Villiers condamnait son fils victime en le faisant passer pour cinglé parce qu'il refusait de se faire violer éternellement, alors que, disait-elle, cela se faisait dans toutes les meilleures familles.


    L'avantage pour les gosses qui cumulent écoles payantes et bénévolat au sein de la même Société Anonyme de bonnes familles à parts fraternelles, c'est que s'ils sont crevés et n'ont pas fait leurs devoirs, ils ont une bonne raison, Villiers les fait bosser, même le dimanche et même la nuit (Car Dieu a dit au seigneur vendéen, le dimanche tu te reposeras sur le travail des autres).
    Bon, comme les gamins sont bénévoles (comme leurs parents), même pas besoin de les payer et donc aucune entorse au droit du travail.


    Une rentrée haute en couleur à l'école du Puy du Fou
    Pour la rentrée scolaire, les 103 élèves de Puy du Fou académie ont eu droit aux honneurs. Discours, costumes et musiques épiques ont donné de la solennité à ce
    OUEST-FRANCE.FR

  • Macron, bonne tête de néolibéralcons

    Macron n'a rien de nouveau en politique.

    Il se situe dans la lignée de Villiers, Millon, il est d'ailleurs soutenu par les exacts mêmes lobbies, et a visiblement été adoubé par l'Opus Dei pour sa foi et religion libérales.

    La mise en scène est juste ringarde à souhait, le discours complètement has been, voire obsolète, l'avenir est à la société, la protection, pas à la libéralisation totalitaire.

    Bref, Macron, c'est Dorian Gray, derrière le miroir, le tableau est hideux, encore plus ridé que l'abus de vacances ensoleillées de sa femme.

    Macron ne tape que dans l’œil de la vieille bourgeoise, et à la rigueur de ses rejetons.

    Le but de ses lobbies n'est d'ailleurs pas tant de remporter des élections, aux USA, on retrouve l'équivalent des Macron dans les Tea-Parties -les lobbies organisés qui comptent sur lui sont affiliés à ses groupes américains-, le but est de répandre les idées libérales de manière transversales, transcourants, de les insuffler de l'intérieur et dans tous les domaines.

    L'objectif est de façonner les consciences à un automatisme libéral, c'est la théorie d'extrême-droite de la métapolitique.
    On fait porter le tout par un poulain fringant pour mieux masquer la laideur et les vieilles antiennes libérales.

    Un blondinet diplômé ou même une poupée Barbie sans cervelle comme Marion Maréchal Le Pen, le tout est de jouer la carte séduction, si tant est que cela fonctionne.

    Ceux-là sont de même facture, on trouve aussi au sein des Tea-Parties des partisans du libéralisme immigrationniste comme des partisans de l'isolement, pour les deux, ne nous y trompons pas, il s'agit de décharger l'Etat du cadeau ou du fardeau selon les goûts, car c'est bien l'Etat qui, in fine, est la cible principale.

    Je suis sûre de mon analyse, nullement surprise de son "Ni droite, Ni gauche", de son prétendu anti-système, de son royalisme larvé, de son coup de JeanneD'Arc, de ses Marc Bloch et autres Bernanos, nullement étonnée de la villégiature macronique chez Villiers, de ses SMS Kerdreliens, de ses autocars Beigbedien, j'attends sereinement la suite.


    Le couple Macron à la Une: les nouveaux Sarkozy de la politique?
    Après Paris Match, c'est à la Une de VSD que s'affiche le couple Macron. Une stratégie de communication people pour le moment efficace, mais qui pourrait…
    CHALLENGES.FR|PAR PAR BRUNO ROGER-PETITVOIR TOUS SES ARTICLES

  • Les nègres de Macron ne sont pas tout blancs

    Macron citant Marc Bloch et la fête de la Fédération, ou Bernanos, reprenant Jeanne, cavalant au Puy du Fou, encensé par Valeurs Actuelles et ami Kerdrel, refilant ses cars à Beigbeder.


    Pourquoi cela ne nous étonne pas ?


    Transversalité, métapolitique, infiltration des milieux médiatiques, culturels, économiques, politiques, choix des poulains, la patte des lobbies d'extrême-droite est juste patente.


    Quand Macron reprend une citation jadis utilisée par Le Pen
    #POLITIQUE : LITTERATURE - Mardi soir, pour clore son intervention au journal de 20H de TF1, Emmanuel Macron a cité l’écrivain Bernanos. Il ne savait sûrement pas que la…
    LCI.FR

  • Collard entend donner des gages à l'extrême-droite

    L'avocateux s'en prend une fois de plus à Florian Philippot, et donc à Marine Le Pen, auxquels il reproche leurs positions économiques et sociales que Collard et ses coreligionnaires qualifient de gauche.

    Le Radiocourtisan veut rassurer l'extrême-droite, et sous-entendre aussi par là-même que son engagement aux côtés de Marine aurait quelque effet sur les velléités marinistes de ne pas suivre la ligne qu'on voudrait tracer pour elle.

    Il veut garantir aux Kerdrel et autres Beigbeder macronistes que Marine Le Pen ne fera pas pencher la campagne présidentielle en dehors du giron d'extrême-droite, et qu'elle marche bien dans les clous telle un vulgaire Juppé ou Sarkozy, qui, s'ils s'étripent sur leur plus ou moins vielle connerie des neiges libérales d'antan, se couchent tout pareil dans le lit libéral dans lequel les lobbies financiers entendent les aplaventrer avec force grandes génuflexions, les carpettes politiques s'essuient tous les pieds en éventail sur la France, l'idéologie dominante est anglo saxonne et tient à le rester.



    Et le Collard de s’éventer sur une Marine bien à lui, sur qui Philippot n'aurait aucune influence.

    Une Marine qui ne serait pas "Le Pen", ce mot sur lequel il faut cracher pour plaire et le déplaisant Collard en a besoin pour masquer ses vices.


    Pourtant Collard est bien plus Le Pen quand Florian Philippot est bien plus Marine.

    Collard est rattaché à l'extrême-droite via tous ses réseaux, Radio Courtoisie et sa Manif Pour Tous au premier chef.

    Comme Le Pen, qui après des querelles et aller-retour incessants avec l'extrême-droite, a fini par s'y rendre pour mourir comme il a vécu, en ordure se victimisant au prorata de sa culpabilité.

    Malheureusement Marine se commet à l'extrême-droite, et notamment via des personnages comme Collard.

    Florian Philippot la rattache bien plus à la Marine libre qu'elle aurait pu et dû être, c'est-à-dire détachée de tous les lobbies d'extrême-droite, dont Florian Philippot est la tête de turc, et Collard une âme damnée.




    Gilbert Collard explique qu'au FN, "Florian Philippot ne décide rien" - Le Lab Europe 1
    Gilbert Collard explique qu'au FN, "Florian Philippot ne décide rien".
    LELAB.EUROPE1.FR

  • Le danger pour la France, c'est l'extrême-droite, c'est Macron

    La photo choisie est parlante.

    Il a depuis longtemps été adoubé par l"Oeuvre, qui recherche des poulains "bankables" au libéralisme décomplexé.
    L'extrême-droite veut le pouvoir et elle y a mis les moyens.

    Macron est un des nombreux poissons-pilotes de ce que les lobbies libéraux font de pire.

    Ils sont ni de droite ni de gauche, ou de droite et de gauche, selon.

    Pourquoi personne ne lui pose jamais la question de savoir ce qu'il prend d'un Bastiat, quelle est la place de l'Etat qu'il conçoit, ce qu'il pense des visées économiques de l'Opus Dei ?

    Ces lobbies ont été activés en France depuis une trentaine d'années et sont aujourd'hui à leur apogée.

    Ils sont de maisons-mères américaines et agissent aux USA comme en Europe, en Russie et ailleurs de façon transversale dans tous les milieux et sont politiquement trans-courants.



    Macron à l'Oeuvre

    Macron à l'Oeuvre.jpg

    L'honnêteté d'Emmanuel Macron l'oblige à vous dire qu'il démissionne du gouvernement
    LELAB.EUROPE1.FR

  • Mode et religion ou pas

    Personnellement, je considère le voile comme un objet de mode, de mode identitaire, si tant est que ce ne soit pas un pléonasme.
    La foi est quelque chose de bien plus profond et pudique qu'une vulgaire distinction de m'as-tu vu et bien vu.
    Le sportif est un porteur de sponsoring religieux hors-pair, qui porte un gri-gri, qui se signe et embrasse sa petite grosse croix en or, qui se remet de son alcoolisme et autre drogue par un Born Again et voit Jésus partout, ou Mahomet, selon l'environnement dernière tendance.
    Comme toute mode, elle passera, se renouvellera sous d'autres formes, la jupe plissée fut un uniforme avant de symboliser une tenue sexy, le voile se porte aussi de façon à marquer sa différence uniformalisée, son maquillage tendance, et à attirer l'attention de la gent masculine.

  • Francis Cousin, une idole révisionniste marxiste de plus du Grand Capital

    Cousin n'existerait même pas s'il n'avait pas été coopté par les réseaux libéraux (Radio Courtoisie, ER, IFP, ect.) pour son anti étatisme afin de répandre le libéralisme total.

    Mais sans doute en effet, le chaos libéral amènerait-il aux sociétés primitives communautaristes dont il semble qu'elles soient la panacée à son regard.

    L'homme des cavernes avant la caverne de Platon.

    C'est bien la réalité qui fait peur à cousin, il préfère les ténèbres à la lumière, croit et fait croire que le bonheur parfait est dans l'ignorance de soi et des autres.

    Ce n'est sans doute pas faux.

    Mais je préfère le malheur, l'avènement de l'écriture, de la pensée, du politique, de la Cité, de la civilisation, de l'Histoire.

    Qui permettent de comprendre la distinction de l'être et de l'avoir par la raison.

    En tous les cas, qu'espère-t-il ?

    Un retour anachronique au Paradis terrestre ?

    Ca va servir la boutique survivaliste de San Giorgio assurément, et au-delà, celles de toutes les multinationales qui financent les réseaux libertariens qui rêvent du chaos qui (r)amènera le meilleur ordre libéral et les systèmes communautariste primitifs et, n'en déplaise au philoso"f"eux Cousin, primaires.

    Ca sert aussi sûrement les intérêts de l'Opus Dei, liés aux réseaux à qui Cousin sert de rabatteur et d'agitateur, les êtres inférieurs ont-ils besoin d'avoir accès aux lettres, aux sciences et aux arts.

    Les Amérindiens ne savaient en effet pas compter car ils n'en avaient pas besoin, ils se sont fait avoir davantage par des coups de whisky que de fusils à pompe, ils furent laminés, certes par plus sauvages qu'eux, mais par leurs propres faiblesses mentales.

    Les mêmes dont rêve Cousin, pour les autres.


    Faut lui offrir un Bonnet d'âne Rouge à çui-là, l'alliance du paysan-esclave et du patronat ultra libéral, c'est bien ça.

    Si vous ne savez pas pourquoi on lui déroule le tapis rouge dans les milieux libertariens, un oeil averti le comprend aisément, si Cousin n'est pas libéral en intention, ses moyens et les buts qu'il atteindrait le seraient.

    Quant à ses sociétés primitives sans argent et partage des biens, c'est d'autant plus mal connaître ces sociétés où la hiérarchie est organisée, un système judiciaire existait même dans les sociétés cannibales, certes pour le moins expéditif et pour cause (mais sans doute que quand tu veux bouffer ton chien, tu dis qu'il a la rage, enfin la rage de vivre si tu veux le bouffer sain), ainsi que des systèmes de troc, il est vrai plébiscités par les libertariens.

    Cousin ne prône pas l'ignorance, il dit que les sociétés primitives étaient heureuses car elles avaient tout et étaient centrées autour de l'Être et non de l'avoir.

    Le même individualisme de base là aussi que dans le libéralisme, et un nihilisme de la condition humaine, il nous parle de sociétés utopiques (La Fondation Thomas More est aux anges, à se demander pourquoi également, Thomas More est une idole des intégristes libéraux opusiens) d'avant La Pomme et le Pêché originel.

    Il fait une relecture de l'histoire, très Bonnet Rouge en effet, mettant au centre des épiphénomènes et niant la manipulation de la noblesse locale, avide des pouvoirs du Roi, dans les Jacqueries paysannes.

    Cousin est un de ces multiples révisionnistes que les réseaux libéraux cooptent dans le but de déstabilisation de l'Etat, un attrape-nigauds pour les mettre sous esclavage libéral.

  • Eglise Sainte Rita, une grotesque mise en scène

    L'extrême-droite se pâme contre l'expulsion de l'Eglise de ses militants; du site de l'Opus Dei Boulevard Voltaire à TVLibertés en passant par Gilbert Collard, tout le bataillon de croisés est lancé, outré, déguisé, utilisation des enfants bien comprise.

    C'est la faute aux méchants mécréants musulmans à peine s'en faut, l'"Etat socialiste" dans son oeuvre, ils ne doutent de rien.


    La réalité est bien plus tristement comique.


    L’édifice Sainte Rita n’appartient pas à l’Eglise catholique. C’est le propriétaire privé de ce bâtiment au style néogothique situé rue François Bonvin, l’association des Chapelles Catholiques et Apostoliques, qui demande sa démolition en vue d’une opération immobilière confiée à la société Garibaldi.

    Ce qui est amusant, c'est que les activistes qui s'insurgent sont les plus grands tenants de la propriété privée et de la grande liberté libérale du marché libre de l'homme libéré.

    Ils se trouvent donc en parfaite contradiction avec eux-mêmes, sauf que l'agit-prop se moque des détails.

    L'Eglise Sainte Rita appartenait à des familles catholiques qui l'avaient achetée avec des dons via une association, elles la revendent aujourd'hui pour du fric.

    Les mêmes achètent nos châteaux avec l'argent de dons (au nom du patrimoine naturellement) pour faire de l'argent, toujours la même chose, dettes publiques, profits privés.

    La droite qui s'insurge est par ailleurs la même va militer contre l'encadrement des loyers qui permet aux personnes normales de se loger quand ils entendent réserver les logements aux plus riches.

    Rappelons que la seule autorité que réclament ses militants de l'ordre naturel divin, est celle d'un "Etat fort" de garantir le libéralime triomphant de la société des sectes.

    Et que les petits camarades de TVLibertés, Bob Ménard, Courtoisie et autres Collard, vont spécialement se former auprès de la maison-mère de Washington, dans les groupes d'influence les plus puissants, afin d'instaurer cet ordre libéral sur la Terre, comme aux Cieux.