Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Dissidence, système et embrouillassement

    Les dissidents sont libéraux, ils aiment Trump et Poutine, mais pas la Corée du Nord étatique, les dissidents sont en lutte contre l'Etat, ils font donc la distinction entre les dictatures folkloriques.

    Le système pour eux, c'est l'Etat, ils mettent dans le même panier, la Corée du Nord, le Département d'Etat US, la France.
    Mais attention, comme le dit Zemmour, respect pour l'Etat Islamique, qui est libéral identitaire maffieux.

  • Les enjeux institutionnels en question révélés par la crise des migrants


    En toute chose, force doit rester à l'Etat, parce que c'est une question de justice humaine sans doute plus complexe à faire comprendre, mais l'Etat doit réserver sa main à ses prérogatives.

    C'est par un biais autre qu'il doit aider les populations extérieures, par une politique internationale plus respectueuse.
    Et en matière nationale, il s'agit de recouvrer nos moyens de préserver notre population et d'assimiler nos politiques migratoires.

    Les initiatives privées ne sont que poudre aux yeux, communications, voire, maffias et guerre de maffias, elles ne font pas une politique digne de ce nom, politique qui a ses contraintes et donc ses limites, mais qui, au final, s'avère d'une justice supérieure, le dilemme est toujours le même, celui de l'intérêt commun contre les intérêts particuliers, l'intérêt commun est plus complexe, plus difficile à mettre en place et à comprendre, mais il est notre bien commun à tous.



    Les ONG sont-elles responsables de la crise des migrants en Méditerranée ?
    En portant secours aux migrants, les associations disent suppléer à la carence des États. Qui les accusent de favoriser un "appel d'air". Qu'en est-il ?
    LEPOINT.FR

    Lien permanent Catégories : Brèves
  • Serait-il possible qu'on me laisse un peu de paix ?

    De mieux en mieux, après l'amende de ma fille de 100 euros alors qu'elle a un abonnement, voici l'amende de 1875 euros que je viens de recevoir parce que j'ai payé une amende pour excès de vitesse de 71 km au lieu de 70 et que je n'aurais pas "dénoncer la personne physique d'un des véhicules de ma flotte".

    Je ne suis même pas une personne morale ni une profession libérale, je suis employée par des agences ou des particuliers et ma voiture (une Fiat Panda de 2007 et de 200 000 km) et mes déplacements sont à ma charge, ce qui me fait gagner moins que le Smic horaire et, mère de famille nombreuse monoparentale, je travaille à temps partiel pour m'occuper de mon quatrième enfant qui souffre de handicap.

    Et ce n'est pas une arnaque, c'est une véritable amende, elle a été dénoncée en mai par les associations de consommateurs, mais jusqu'à présent, elle ne touchait que les personnes morales ou les professions libérales, voilà qu'elle s'étend à des cas comme le mien.

    J'ai envoyé un formulaire de réclamation mais je ne suis pas rassurée pour autant.

    Et puis, j'ai l'habitude en août, c'est toujours ma fête, en général, on me sucre les allocations familiales pour des raisons plus ou moins mystérieuses pour me les rendre quelques mois plus tard, ou les allocations d'enfant handicapé parce que naturellement, au lieu d'être hospitalisé en urgence vitale, mon enfant ressuscite tous les six mois aux yeux de ceux qui n'en ont pas.

    Naturellement, je ne dois pas être la seule dans ces cas-là mais serait-il possible que les grands ordonnateurs de ce pays se demandent comment les gens comme moi peuvent s'en sortir quand tout s'acharne ainsi ?

    Lien permanent Catégories : Brèves
  • Est Français celui qui résiste aux lois du marché pour consacrer les lois de notre société unitaire

    La souveraineté nationale signifie simplement que ce sont les Français qui décident pour eux-mêmes (au lieu de laisser ce soin aux grands groupes financiers, lobbies de Bruxelles au pouvoir en Union Européenne qui agissent selon des principes qui sont étrangers à la France, répondant aux lois libérales anglo saxonnes du marché), et la souveraineté monétaire (et donc la sortie de l'Euro) est une condition nécessaire pour recouvrer ce droit de la France à gouverner selon ses propres principes dans son esprit d'unité et de protection.

    Si nous voulons que la France reste ce pays unique où l'école, la justice, la police, la défense sont publiques, les lois sont les mêmes pour tous les citoyens, les droits sont protecteurs, nous avons besoin de notre souveraineté monétaire, la monnaie n'est pas qu'un moyen d'échange, elle est un moyen de rester libre, de penser et de décider pour nous-mêmes.