Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Quand le fils de Raphael Enthoven et de Carla Bruni rejoint la fachosphère

    Cette semaine aura vu l’entrée en grandes pompes (funèbres) du fils et petit fils Enthoven dans la fachosphère.

    C’est dans l’air du temps, le fils de Claude Nougaro vient d’apporter son soutien au Trump brésilien, le monde de l'extrême-droite est petit et international, ses réseaux sont puissants, ses méthodes efficaces, son impact redoutable.

    Entendons-nous bien, il paraît normal, surtout pour une jeunesse désabusée et toujours plus mature, sevrée à l’Internet et ouverte de façon exponentielle, de rejeter les partis traditionnels, c’est même de bon augure et pourrait être salvateur.
    Si et seulement si l’offre alternative n’était pas si cousue de fils blancs et seulement l’oeuvre d’une société dominatrice qui entend préserver sa part de gâteau.

    Mais voilà, qu’un fils à papa de l’intelligentsia et de la jet-set se fourvoie à l'extrême-droite et les mêmes accablent ceux qui osent le dire quand le pauvre gamin sans avenir fils de communistes votent pour les extrêmes et c'est un fils de pute.

    C’est ainsi que je réagissais amusée sur le fil Twitter d’une oiselle protégée de l’aile de grande envergure de Raphael Enthoven, la pipelette déplorait, en reprenant apparemment le gazouillis de son mentor, que Bruno Gaccio fasse son guignol en trouvant intéressant les analyses de Polemia au sujet des mésaventures de Jean-Luc Mélenchon.

    Et de stigmatiser l’alliance rouge-brun sans jamais l’analyser et voir les points d’intersection.

    Il faut pourtant bien comprendre que dès qu'on parle de la France, de sa justice et de son Etat séculaires en particulier, l'extrême-gauche et l'extrême-droite gueulent au totalitarisme, on se gausse, il n'y a pas que la gauche, la droite et tous les centres pour nous enterrer et nous atterrer.

    Je fis donc remarquer benoîtement, et en réponse du commentaire de la demoiselle sur le “torchon” de Polemia, qu’ Enthoven, le petit dernier, allait peut-être bientôt écrire pour les torchons d'extrême-droite, que UPR/Ménard/Club de l'Horloge/Polemia, c'était la même boîte, et que la boucle était bouclée.

    Nous venions tous d’apprendre publiquement le ralliement d’Aurélien Enthoven, fils que Carla Bruni a eu avec le fils de son amant de l’époque après l’avoir piqué à sa femme, la fille de Bernard Henri Levy soi-même, à l’UPR de François Asselineau.

    Et puis quoi, notre Finky national n’a t-il pas fini en Zemmour des bacs à sable.
    La vieillesse est un naufrage, la jeunesse une galère (qu’allait-il faire dans ...) , et au milieu, c’est le radeau de la méduse, de Charybde en Scylla, chacun mène sa barque.

    Grands dieux, que n’avais-je dis, je me suis pris tout le fan club des chanteuses, pleureuses, et philosopheuses réunis sur le dos, que j’ai rond, j’ai roulé ma bosse, j’encaisse bien.

    Rien sur le fond, blocage en règle de la phil-ature de Raphael Enthoven qui se pique justement de ne pas manger de ce pain-là, insultes en tout genre, qualifiée de “lâche “par le papa car même si j’écris toujours sous mon nom, celui-ci aurait voulu encore que je le marque comme je l’attaque.
    Je n’attaquais personne, je faisais une remarque trop bien placée sans doute.
    Et le papa de me traiter d’Insoumise avec un I majuscule et un hashtag, bah, au prix où sont les signes sur twitter, je n’avais pas ameuté toute la smala, d’autant que le parrain n’est jamais loin de sa filleule.
    Et puis la nouvelle ayant fait le tour de la toile, je n’avais rien dévoilé de sa vie privée.

    Le père Enthoven à qui je rétorque avoir dit quelques vérités déplaisantes, dit alors que mon hypothèse est stupide, et lâche, puisque finalement, ce n’est plus moi qui suit lâche mais mon hypothèse. Dont acte, le rattrapage est dans le filet de l’albatros qui s’est fait prendre mais admettons. Je lui disais à mon tour d’arrêter de faire son Mélenchon, qui, pris les doigts dans la confiture et en pleine ignominie relationnelle, montrait un visage sanguin quand on aurait attendu plus de maîtrise.

    Lâche, accuser sans connaître, va pour le papa-poule qui nous pond un fromage, mais Insoumise, ai-je une tête pensante à penser démocratie directe, là encore, préjugés mal placés, mais si je n’ai jamais été lâche de ma vie, me faire traiter de mélenchoniste est vexant.
    Enferme-t-on les gens dans des cases ainsi, c’est un peu court pour un Enthoven, ne trouvez-vous pas ?

    Même Natacha Polony, entre obésité et anorexie médiatique, y est allée de son grain de sel.

    Il est vrai que j’en avais rajouté, expliquant que pour les réseaux de Bannon/ Institut de Formation Politique, Ménard, comme Asselineau, les Le Pen, Chouard, Soral, Zemmour et autres singularités plus ou moins compatibles, sont tous en réalité des moyens de déstabiliser l'Etat, que leur cible, c'est l'Etat. Et que d’ailleurs le souverainisme est un libéralisme.

    Et de replacer quelques définitions :
    http://orianeborja.hautetfort.com/archive/2015/10/09/souverainisme-versus-souverainete-encore-des-efforts-monsieu-5697525.html

    Et d’argumenter sur les incohérences des uns et des autres :
    “Prenez SOS Education (IFRAP) tenant de l'Austrian School, elle réclame le voucher, chèque pour les écoles privées hors-contrat, c'est-à-dire de faire les poches du contribuable alors que SOS Education (où Zemmour et Polony font leurs ménages), c'est aussi Contribuables Associés. “

    Et là, paf, Natacha sort du chapeau, comment, où avait vu ça ?

    Ben là Natacha :

    http://www.fondationpourlecole.org/images/stories//pdf/2010/dpresse_fpe_vf.pdf

    https://www.fondationpourlecole.org/intervention-natacha-polony/

    “Un communiqué commun des collectifs « Reconstruire l'école », « Sauver les lettres » et « Sauver les maths », également engagés dans la défense des méthodes traditionnelles, a vivement critiqué SOS Éducation, l'accusant de gonfler le nombre de ses adhérents par des procédés de publipostage massifs empruntés à Avenir de la Culture23. SOS Éducation poursuit Sauver les lettres pour diffamation publique. SOS Éducation perd son procès[réf. nécessaire] en première instance le 27 novembre 200824 puis fait appel et perd à nouveau son procès devant la Cour d'Appel le 1er juillet 2009.
    Comme d'autres associations proches (Institut pour la Justice, Sauvegarde Retraites, Contribuables Associés, etc.) toute contrôlées des membres de la famille Laarman, SOS Éducation collecte des financements et des milliers de contact. Cette nébuleuse est adossée à une série de sociétés prestataires de services chargées de leur communication, de leur marketing et de leur gestion de fichiers également apparentées aux mêmes personnes25.”

    “Sites émanant de SOS-Éducation :
    - Blog de la liberté scolaire : Anne Coffinier (Fondation pour l’école)- Créer son école : Pour créer des écoles dépendant de SOS-Éducation- Fondation pour l’école : Favorable aux écoles hors-contrat : « Susciter un renouveau éducatif en France en concourant à l’essor d’établissements scolaires libres, ne bénéficiant pas, en l’état actuel du droit, du soutien financier direct de l’État. »- Institut Libre de Formation des Maîtres : Créé par la Fondation pour l’école pour former les enseignants des écoles de SOS-Éducation.
    Sites en connexion avec SOS-Éducation :
    - Enseignement et Liberté : Anne Coffinier est administratrice- La Librairie des écoles : Fondée en 2007, cette maison d’édition de manuels scolaires dirigée par Jean Nemo fils du philosophe libéral Philippe Nemo, référence intellectuelle de SOS-Éducation. En décembre 2007, SOS-Éducation lance une campagne pour des manuels scolaires “de qualité”... édités par la Librairie des écoles (voir le numéro 3 de La lettre de SOS-Éducation). En juillet 2008, la Librairie des écoles reçoit un prix pour « l’excellence éducative » décerné par SOS-Éducation (voir le numéro 5 de La lettre de SOS-Éducation) , la Librairie des écoles est devenue en 2010 une filiale des éditions Magnard - Lire-Écrire : « soutien pédagogique des familles »- OIDEL : Organisation internationale pour le droit à l’éducation, « collabore avec de nombreux experts et intervient auprès des organisations internationales et des gouvernements dans le but de promouvoir le droit à l'éducation et la liberté d'enseignement. » - Permis de lire : « Collectif pour un enseignement efficace de la lecture » ayant embrigadé Marc-Olivier Sephiha et Marc Le Bris.- Pratiques pédagogiques - Trans-Maître- Veille Éducation : Site de veille « sur l’école dans une perspective chrétienne »


    Bref, ces vieux réseaux se sont diversifiés, avec toujours les mêmes techniques, les ramifications ont visé et atteint tous les milieux : religieux, économiques, médiatiques/journalistiques, artistiques, activistes (Bonnets Rouges, demain Gilets Jaunes), politiques naturellement, l’Institut de Formation Politique (Millon) et sa petite sœur Marion Maréchalienne, tous directement reliés aux réseaux américains religioso libéraux dont Bannon faisait partie.

    Bannon tentant à présent de ce refaire quelques billets en vendant son savoir-faire en vue des élections européennes.


    Trêve de déception, allons sur le fond sur lequel je n’ai eu, il faut bien le mentionner, aucun retour.

    Si, de tout le fan club, soutenant, jacassant, insultant, une question salvatrice, qu’est-ce que l’extrême-droite me demande-t-on, car François Asselineau ne saurait être d’extrême-droite selon un UPR intrigué par mon propos.

    Le fait que RT (Russia Today) ait annoncé en Une le rapprochement et le lancement explosif de la star-UP-R n’a ému personne.

    Il est vrai que la chaîne d’infauxmations avait fait son lancement en charmante compagnie, tout le gotha d’extrême-droite était convié, Asselineau bien compris.

    Et puis quoi, Bob Ménard et son boulevard d’Horlogers directement tombés de Polemia, le torchon qui repasse les plats à tout le réseau, et quelques libertariens bon teint n’étaient-ils pas invités et bien présents aux côté d’Asselineau lors de ses premières universités d’automne ?

    Le petit Aurélien n’a pas étudié la généalogie des prédators qu’il accompagne, 2012, ce n’était pas la Préhistoire, et puis ces mammouths-là n’ont pas disparu (heu, pardon pour le mammouth, pour des haineux anti-Etat qui font passer l’Union Européenne pour l’Union Soviétique, le terme est malheureux).

    Et pourtant, les éléphants de l’extrême-droite marchent certes sur des œufs, mais avec de gros sabots et la porcelaine du magasin fait du bruit.

    Voyez la fiche de RT, deuxième chaîne d'informations aux USA après CNN, portant Trump au pouvoir, qualifiée par plus qualifiés que moi de complotiste, antisémite, et toutes les casseroles d’extrême-droite que l’on peut imaginer, présentée en France par les ex-mégrétistes qui pourfendaient le gaucho-lepénisme, faisant des débats où débattent un libéral Identitaire, une libérale cons et one Students For Liberty (ne rigolez pas).

    Voyez le Bannon intégrocons de service, ne le voit-on pas défendu sur les site UPR à l’époque de Charlottesville pour avoir traité de crétins les bas du front manifestant leur racialisme de base, dixit John Laughland sur RT.

    Des militants UPR citant John Laughland, comme c’est mignon.

    Cet agent de Margaret Thatcher est à présent celui de Ron Paul où les étudiants de l’Institut de Formation Politique de Charles Millon finissent leur formation lobbyiste, dans son bureau à Washington après être passés dans les différents groupes d’influence libertariens et libéraux cons, classés comme les plus puissants au monde (Heritage Foundation, Cato Institute, American Enterprise Institute pour ne citer qu’eux).

    Attention, je rappelle que quand John Laughland emploie le terme de "libéralisme", c'est comme Eugénie Bastié (qui a fait ses classes à Washington, et bébé d’Elisabeth Levy/ Beigbeder et de Natacha Polony) le fait, un contre-sens dû au fait que les deux pensent américain comme leurs maîtres-formateurs, "liberal" n'a rien à voir avec notre "libéral" français.

    Le "liberal" américain est interventionniste, quand les pions de Ron Paul et d'Exxon Mobil sont pour la privatisation de l'armée, la réduction maximale de l'impôt et donc de l'Etat, qui n'a donc pas à intervenir, ni en matière d'affaires étrangères comme intérieures.

    Les groupes anti-Etat américains ont les mêmes ennemis, l'OTAN, le Pentagone, le Département d'Etat, la monnaie fédérale américaine, ils aident donc à l'organisation des groupes qui luttent ailleurs contre ce qu'ils veulent éliminer.

    Le fait est que Russia Today est un lieu des groupes américains anti Etat, pas étonnant qu'Asselineau en ait été et que RT utilise les techniques de manipulation et les éléments de langage élaborés à Washington (notions d’Etat profond et d’Etat fort).

    En partant d’Asselineau et non des réseaux qui l'ont coopté, le parcours n'est pas incohérent. Les gaulistes, la Paneurope, ont une vision très anglosaxonne, ils veulent concurrencer les USA en se calquant sur eux.

    La démocratie directe est un des nombreux vecteurs de pénétration de ces lobbies, celle-ci étant un des meilleurs moyens d'affaiblir l'Etat, Mélenchon ou un vulgaire identitaire seront alignés sur ce principe par exemple.

    Les réseaux d'extrême-droite ont même réussi à fonder un groupe multipartis mené par un spin doctor formé à l'Ecole de guerre économique (dont le patron forme les cadres de droite et du Front au sein de l'IFP ou des partis directement) au sein même de l'Assemblée nationale.

    Par ailleurs, le projet d'Union des droites fut celui du Club de l'Horloge avant d'être celui de Bannon, mais j'ai reçu en personne les directives américaines en anglais il y a plus de vingt ans, les liens des réseaux Millon existent depuis très longtemps avec les USA (il n’est pas nouveau que l’Opus Dei soutiennent les dictatures libérales).

    Ce qui compte, c'est d'affaiblir l'Etat, dénigrer ses institutions par tous les moyens, le privé tout prêt à prendre la place dans le lit encore chaud (ce que fait Beigbeder en France, il était sur le coup des énergies puis des cars dits “Macron” avant même que Macron ne s’en charge, il est déjà sur la privatisation du rail).

    On ne compte plus les faisceaux d'attaques de nos institutions tant ils sont devenus légion, les lobbies de la Manif Pour Tous, formés à Washington ont multiplié les fronts, dans tous les groupes religieux, quelles que soient les religions.

    Ces religions pouvant aller jusqu'aux vegans ou aux chasseurs, le tout est d'agiter les particularismes les uns contre les autres, tout ce qui peut casser l'unité nationale est un bon levier.

    Guère étonnant de retrouver John Laughland en Russie puisqu’il fait le pont entre les partisans anti-Département d’Etat américain et les oligarques maffieux russes proches de Poutine.

    RT n'est qu'une officine d'Exxon Mobil portée par les ultra minorités que sont en France, les libéraux cons, les libertariens (on m'a traitée de folle lorsque je parlais d'eux il y a quelques années) et autres libéraux identitaires.

    Poutine acquiesce puisque l'objet est de défendre sa politique et de détruire l'Etat fédéral américain et Exxon permettant l'exploitation et l'écoulement du pétrole et du gaz russes, mais les manettes sont américaines.


    Nous vivons dans un monde dominé par l'extrême-droite, la loi du plus fort sur le plus faible.

    La France, de par ses institutions fondatrices, est une civilisation qui est l'inverse de l'extrême-droite, la civilisation anglo-saxonne qui domine le monde, en est le berceau.

    L'extrême-droite est antidémocratique et par redondance anti-parlementariste, anti-républicaine, elle entend organiser son emprise par des sociétés où la liberté prime sur le reste via la responsabilité individuelle.

    L'anti-société s'organise autour de groupes qui ont les mêmes intérêts, les mêmes points de vue et qui ne se mélangent pas.

    La notion française d'unité nationale autour d'un Etat-Nation où l'Etat fait sien toute personne quelles que soient ses origines, idées, etc., est l'inverse.

    Les groupes d'influence anglo-saxons entendent organiser le monde selon les principes de libertés individuelles, ce sont leurs raisons et ils sont soutenus par les grands groupes financiers qui ont tout à y gagner quand les Etats protecteurs sont des remparts à leurs affaires.

    Les grands groupes financiers ont aujourd'hui des budgets supérieurs à bien des Etats, ils entendent être des Etats hors-sol avec leurs propres règles. Exxon Mobil est une Oil and gaz International Company qui entend avoir jusqu'à son propre ministère des affaires étrangères.

    Exxon s'affranchit des lois de son propre pays, ainsi entend-elle se soustraire à l'embargo contre la Russie. Sa guerre contre le Département d'Etat et le Congrès est déclarée depuis longtemps.
    Des milliardaires s'évertuent à bloquer le congrès dès que possible.

    Le Département d'Etat court-circuite ces velléités comme il peut, en gelant les avoirs russes à la City afin de bloquer les ressources d'Exxon.

    Exxon et d'autres groupes financent eux des groupes d'influence chargés d'organiser la riposte au niveau international en recrutant et formant des cadres chargés de répandre l'idéologie née des Fils de la liberté, fondateurs de la Boston Tea party, anti-fiscalisme et libertés individuelles au centre.